mis à jour le

En RDC, rentrée partielle des classes

Les écoliers et étudiants ont en partie repris le chemin des classes lundi en République démocratique du Congo, après la fin de l'état d'urgence pour lutter contre la pandémie de nouveau coronavirus.

"Le virus n'a pas disparu", a souligné le président Félix Tshisekedi dans une salle de classe de l'Athénée de la Gombe, un grand établissement public dans le nord de Kinshasa, exhortant les élèves au respect des gestes barrières.

Mais les rues de la capitale, comme celles de Kisangani et des autres grandes villes du pays, n'étaient pas envahies d'écoliers en uniforme, comme à l'ordinaire.

A Bukavu, chef lieu du Sud-Kivu dans l'est, une marche de protestation des enseignants a été dispersée par des tirs de sommation et de gaz lacrymogène de la police. 

Les enseignants de Bukavu reprochent au gouvernement de ne pas avoir respecté son engagement d'harmoniser leur salaire de 185.000 francs congolais (97 dollars) avec celui d'un huissier d'une école de Kinshasa qui gagne 360.000 francs congolais (189 dollars) et de ne pas avoir non plus payé 22.000 enseignants nouvellement recrutés.

"La reprise des cours a été effective dans toutes les écoles du pays. A Bukavu, quelques enseignants ont marché. Je respecte leur action, mais il faut aussi qu'ils écoutent la voix de nos enfants qui ont également marché pour réclamer la poursuite des enseignements", a déclaré à l'AFP Willy Bakonga, le ministre congolais de l'Enseignement primaire, secondaire et professionnel, interrogé par l'AFP.

"La réflexion continue avec des experts dans plusieurs domaines avant de prendre la mesure de réouverture des autres classes. Pour le chef de l'État et le gouvernement, il n'y aura pas d'année blanche. Si, à la limite on est toujours bloqué, il y aura des solutions appropriées", a expliqué M. Bakonga.

La rentrée ne concernait lundi que les élèves des dernières années de primaire et de secondaire, ainsi que ceux en cinquième année à l'université. Les élèves et étudiants, autres que ceux des classes terminales, ne sont pas autorisés à reprendre le chemin des classes.

Au réputé collège catholique Maëlé de Kisangani, des dispositifs de lavage des mains étaient installés devant chaque salle. Le port du masque était obligatoire dans les classes pour les enseignants et les élèves.

Des vendeurs ambulants de masques se sont d'ailleurs installés à proximité de nombreux établissements scolaires.

Les écoles et les universités ont été fermées le 24 mars en RDC, sur décision du président Tshisekedi, dans le cadre de l'état d'urgence sanitaire décrété face à l'épidémie de Covid-19.

La fin de l'état d'urgence a été annoncée le 21 juillet et la reprise partielle des cours programmée ce lundi pour parachever l'année scolaire 2019-2020.

Depuis le début de l'épidémie en mars, 9.489 cas ont été enregistrés dont 224 décès, d'après les chiffres officiels publié lundi.

AFP

Ses derniers articles: Sahara occidental: le grand désarroi du ferrailleur de Guerguerat  Ethiopie: appels  Fuyant la guerre, des Ethiopiens accueillis dans des maisons soudanaises 

rentrée

AFP

Algérie/virus: appréhension et soulagement pour la rentrée scolaire

Algérie/virus: appréhension et soulagement pour la rentrée scolaire

AFP

RDC: rentrée des classes sur fond de défi de la gratuité de l'enseignement

RDC: rentrée des classes sur fond de défi de la gratuité de l'enseignement

AFP

RDC: la rentrée des classes sur fond de défis de la gratuité de l'enseignement

RDC: la rentrée des classes sur fond de défis de la gratuité de l'enseignement