mis à jour le

Présidentielle en Guinée: un ancien proche d'Alpha Condé candidat d'un parti d'opposition

Un ancien proche du président guinéen Alpha Condé, Ousmane Kaba, est devenu samedi le premier responsable de l'opposition à se lancer dans la course à l'élection présidentielle, alors que les adversaires d'un éventuel troisième mandat du chef de l'Etat s'apprêtent à reprendre leurs manifestations.

"J'accepte votre proposition d'être le candidat de notre parti pour la prochaine élection présidentielle, que nous allons gagner", a-t-il dit devant environ 200 délégués de son parti réunis à Conakry.

La date du premier tour proposée par la commission électorale, le 18 octobre, n'a pas encore été entérinée par le président guinéen.

Economiste de 65 ans, plusieurs fois ministre, M. Kaba avait été exclu en 2016 du Rassemblement du peuple de Guinée (RPG), le parti d'Alpha Condé dont il était un membre influent, après avoir exprimé publiquement son désaccord avec le chef de l'Etat.

Dans l'opposition, Ousmane Kaba dirige actuellement le Parti des Démocrates pour l'Espoir (Pades), une formation créée en 2017 qui est surtout populaire dans les milieux urbains et éduqués, notamment en Haute-Guinée, fief également du RPG.

Le parti au pouvoir doit pour sa part choisir son propre candidat lors d'une convention les 5 et 6 août dans la banlieue de la capitale.

L'opposition, qui a organisé depuis octobre des manifestations, souvent violemment réprimées, est persuadée qu'Alpha Condé, 82 ans, briguera un troisième mandat. Lui-même a jusqu'ici entretenu l'ambiguïté en répétant que "c'est (son) parti qui décidera".

Le Front national pour la défense de la Constitution (FNDC), composé des principaux partis d'opposition et de membres de la société civile, a appelé ses partisans à reprendre le 6 août les manifestations.

Le mouvement, qui mène la contestation, avait boycotté au début de l'année des législatives et un référendum ouvrant la voie à un troisième mandat.

Devant son parti, Ousmane Kaba a réaffirmé son "appartenance" au FNDC mais affirmé qu'il fallait "barrer la route" d'Alpha Condé "dans les urnes" s'il ne renonçait pas à se représenter.

"Aux pessimistes qui pensent que le Pades ne fera que crédibiliser des élections perdues d'avance, nous disons qu'ils se trompent", a-t-il dit en dénonçant un "régime agonisant".

Alpha Condé, ancien opposant historique, était devenu en 2010 le premier président démocratiquement élu après des décennies de régimes autoritaires dans cette ancienne colonie française d'Afrique de l'Ouest où plus de la moitié de la population vit dans la pauvreté malgré la richesse de son sous-sol. Il avait été réélu en 2015.

AFP

Ses derniers articles: Nord du Nigeria: attaque contre une université, des étudiants enlevés  Tchad: le fils Déby prend les pleins pouvoirs  Côte d'Ivoire: un camp militaire attaqué, 3 assaillants tués, un soldat blessé 

candidat

AFP

Présidentielle au Tchad: 15 partis d'opposition désignent un candidat unique

Présidentielle au Tchad: 15 partis d'opposition désignent un candidat unique

AFP

Tchad: le président Déby investi candidat

Tchad: le président Déby investi candidat

AFP

Présidentielle au Congo: Sassou Nguesso officiellement investi candidat du parti au pouvoir

Présidentielle au Congo: Sassou Nguesso officiellement investi candidat du parti au pouvoir

présidentielle

AFP

Au Mali, le pouvoir dominé par les militaires fixe la présidentielle

Au Mali, le pouvoir dominé par les militaires fixe la présidentielle

AFP

Le Tchad compte les voix au lendemain de la présidentielle

Le Tchad compte les voix au lendemain de la présidentielle

AFP

Le Bénin attend dans le calme les résultats d'une présidentielle sans suspense

Le Bénin attend dans le calme les résultats d'une présidentielle sans suspense