mis à jour le

Sénégal: le président annonce un parc de 10 hectares, trop peu disent les assoiffés de vert

Le président sénégalais Macky Sall a ordonné la création d'un parc de dix hectares sur une partie de l'ancien aéroport de Dakar, futur et rare espace vert, bien éloigné cependant de satisfaire ceux qui rêvaient d'une vaste étendue où s'oxygéner dans la capitale envahie par le béton.

Le président a ordonné au gouvernement de réserver ces 10 hectares sur les quelque 600 de l'aéroport Léopold-Sédar-Senghor dans le nord de la capitale, selon un communiqué du conseil des ministres publié mercredi soir.

Il s'agit de créer là un "espace de détente, constitué d'un bois, de bocage, de marais et d'aires de jeu, (...) une zone de promotion de la biodiversité floristique", dit le communiqué.

Le ministère de l'Environnement n'a pas répondu jeudi à l'AFP qui lui demandait des détails sur le projet.

Celui-ci, malgré ses dimensions, retient l'attention. Métropole de plus de 3,5 millions d'habitants, soit près du quart des plus de 16 millions de ce pays pauvre, Dakar n'abrite que de rares espaces verts que lorgnent des promoteurs immobiliers à l'appétit féroce. La capitale sur l'Atlantique est actuellement le théâtre d'un débat sur la bétonisation de son littoral et la réduction de l'accès du public à la côte.

Autrefois appelée Cap-Vert en raison de la luxuriance de sa végétation, la presqu'île et ses alentours sont de plus en plus bétonnés et pollués du fait notamment d'un parc automobile sans cesse grandissant et pour l'essentiel usagé.

Les 600 hectares de l'aéroport Senghor représentent une rare trouée dans le tissu urbain, avec les quelque 60 hectares du parc forestier du quartier de Hann. Reconverti en aérodrome militaire depuis la mise en service fin 2017 d'une nouvelle infrastructure à Diass, à une cinquantaine de km de Dakar, le lieu est sous-exploité.

Le gouvernement a récemment décidé de mettre 30 hectares sur les 600 entre les mains de la Caisse des dépôts et consignations, institution financière qui devra les vendre.

Cette ressource foncière a donné à d'autres l'idée d'un poumon vert. Un collectif a recueilli plus de 23.000 signatures depuis janvier pour transformer le site en un Central Park local, en référence au parc à New York.

Mamadou Sakho, militant de l'environnement et responsable du collectif, a dit "bravo" à ceux qui se battent pour cette cause. Mais le compte n'y est pas, a-t-il dit à l'AFP.

"Dans le monde, les parcs, ce n'est pas moins de 60 hectares. Central Park, c'est 300 hectares", déclare-t-il.

"Réserver 1,5% de 600 hectares montre que ce n'est pas la priorité du gouvernement alors que l'environnement est une priorité au Sénégal", dit-il.

AFP

Ses derniers articles: Sahel: face au danger mortel des engins explosifs, les armées cherchent  Ouganda: 6e mandat présidentiel pour Museveni, réélu avec 58,6% des voix  En Afrique du Sud, survivre 

parc

AFP

RDC: au moins six rangers tués dans une attaque dans le parc des Virunga

RDC: au moins six rangers tués dans une attaque dans le parc des Virunga

AFP

RDC: un écogarde tué dans le parc national des Virunga

RDC: un écogarde tué dans le parc national des Virunga

AFP

RDC: crash d'une avionnette dans le parc de Kahuzi-Biega

RDC: crash d'une avionnette dans le parc de Kahuzi-Biega

président

AFP

Guinée: le gouvernement présente sa démission au président Condé

Guinée: le gouvernement présente sa démission au président Condé

AFP

Ouganda: Yoweri Museveni, l'ex-guérilléro devenu président inamovible

Ouganda: Yoweri Museveni, l'ex-guérilléro devenu président inamovible

AFP

Algérie: le président Tebboune retourne se faire soigner en Allemagne

Algérie: le président Tebboune retourne se faire soigner en Allemagne

vert

AFP

Sabre, statues: feu vert parlementaire

Sabre, statues: feu vert parlementaire

AFP

Ethiopie: feu vert du Parlement

Ethiopie: feu vert du Parlement

AFP

Génocide au Rwanda: feu vert

Génocide au Rwanda: feu vert