mis à jour le

Angola: Isabel dos Santos juge "injustifié" d'être visée par un éventuel mandat d'arrêt

La femme d'affaires angolaise Isabel dos Santos, suspectée de corruption dans son pays et au Portugal, a jugé vendredi "injustifiée" l'émission d'un éventuel mandat d'arrêt international la visant, comme l'a évoqué le parquet angolais.

Fille de l'ancien président angolais Jose Eduardo dos Santos, elle est soupçonnée par la justice et les autorités angolaises d'importants détournements de fonds publics, récemment évalués à 5 milliards de dollars.

Jeudi, le procureur général d'Angola a indiqué qu'il n'excluait pas de délivrer un mandat d'arrêt contre la milliardaire de 47 ans, qui a toujours nié les allégations la visant.

Cette éventualité est "manifestement injustifiée", a réagi Isabel dos Santos dans un communiqué publié vendredi sur sa page Facebook.

Elle a insisté sur sa "disponibilité à collaborer", via ses avocats, avec les justices angolaise et portugaise tout en  affirmant ne "pas avoir reçu de demande spécifique" en ce sens.

La procédure qui la vise est basée sur des documents "faux et/ou grossièrement contrefaits", a-t-elle encore assuré, se disant victime d'une campagne de "diffamation".

En décembre, un juge civil de Luanda a ordonné le gel des comptes bancaires et des actifs d'Isabel dos Santos et de son époux d'origine congolaise, Sindika Dokolo, dans une pléiade de sociétés angolaises.

Un mois plus tard, le Consortium international des journalistes d'investigation (ICIJ) a publié une enquête, les "Luanda Leaks", qui l'accuse sur la foi de documents piratés d'avoir "siphonné les caisses du pays".

Dans la foulée, la justice portugaise a à son tour gelé les comptes et des actifs de Mme dos Santos au Portugal, où elle a investi dans la banque et la téléphonie.

AFP

Ses derniers articles: Tunis: le chef de la diplomatie française reporte de trois jours son voyage au Mali  Présidentielle en Guinée: tensions toujours vives dans l'attente de résultats officiels  Le président du Nigeria intransigeant face au soulèvement populaire 

juge

AFP

Maroc: le journaliste Omar Radi, détenu depuis fin juillet, chez le juge d'instruction

Maroc: le journaliste Omar Radi, détenu depuis fin juillet, chez le juge d'instruction

AFP

Algérie: jugé en appel, le journaliste Khaled Drareni rejette les accusations

Algérie: jugé en appel, le journaliste Khaled Drareni rejette les accusations

AFP

Zimbabwe: un juge interdit

Zimbabwe: un juge interdit