mis à jour le

"Crimes du colonialisme": Alger instaure une journée de la Mémoire

L'Algérie a instauré une journée de la Mémoire, le 8 mai, en souvenir des massacres de 1945 commis par les forces françaises dans le Constantinois, au moment où la mort de George Floyd ravive le débat sur les exactions des anciennes puissances coloniales.

Cette initiative -- qualifiée d'"historique" par les députés -- est inscrite dans une loi adoptée mardi à l'unanimité lors d'une séance plénière de l'Assemblée nationale populaire (APN), la chambre basse du Parlement.

Lors de la présentation du projet de loi, le ministre des Moudjahidine (Anciens combattants), Tayeb Zitouni, avait fustigé "le colonisateur français qui n'a pas hésité à réprimer les manifestants à travers une féroce campagne ayant fait des dizaines de milliers de victimes".

Le 8 mai 1945, alors que la France célébrait la victoire des démocraties sur le nazisme, des manifestations indépendantistes ont eu lieu à Sétif, Guelma et Kherrata, trois villes de l'est algérien où des nationalistes défilèrent, drapeaux algériens à la main. 

Elles furent brutalement réprimées par les forces coloniales françaises faisant des milliers de morts. Les Algériens parlent de 45.000 victimes. Les Français de 1.500 à 20.000 morts, dont 103 Européens.

- "Date symbole" -

"Le 8 mai est une date symbole. Le symbole de la rupture, de la cassure définitive entre la France coloniale et l'Algérie colonisée", souligne Fouad Soufi, archiviste et historien, chercheur au Centre de recherche en anthropologie sociale et culturelle d'Oran (nord-ouest).

Un député du Front de libération nationale (FLN), majoritaire au Parlement et parti de l'ex-président déchu Abdelaziz Bouteflika, a estimé que "la France doit reconnaître ses crimes en Algérie durant la période coloniale et demander pardon".

En outre, la commission juridique de l'APN propose d'inclure un article sur "la criminalisation des actes perpétrés par le colonialisme français inique le 8 mai 1945 contre le peuple algérien". Cette recommandation sera soumise au ministère des Anciens combattants.

Le président Abdelmadjid Tebboune avait décidé d'instaurer cette "journée nationale de la Mémoire" à la veille du 75e anniversaire des massacres de Sétif.

Il avait qualifié les massacres de 1945 de "crimes commis contre l'humanité et contre les valeurs civilisationnelles, car fondés sur la purification ethnique".

- "Crime contre l'humanité" -

Le président algérien avait également dénoncé "les man½uvres des courants et lobbies racistes de l'autre rive de la Méditerranée".

En février 2017, alors qu'il était candidat à la présidentielle, Emmanuel Macron, en visite à Alger, avait qualifié la colonisation de l'Algérie de "crime contre l'humanité", de "vraie barbarie", ce qui lui avait valu de vives critiques de responsables politiques de droite en France.

Assurant que l'Algérie "n'a rien contre le peuple français, parmi lequel elle compte des amis ayant participé à sa guerre de libération", le ministre des Moudjahiddine a estimé que "les relations commerciales, industrielles et culturelles entre les deux pays ne sauraient peser devant la mémoire nationale".

Comme l'a encore prouvé la récente brouille diplomatique entre Alger et Paris, à propos de la diffusion d'un documentaire français sur la jeunesse antirégime, les relations bilatérales restent volatiles. Même si Paris s'efforce de ne pas mettre d'huile sur le feu alors que le discours antifrançais demeure un puissant facteur de légitimation aux yeux des autorités algériennes.   

La France s'est ainsi gardée de toute critique après une série d'arrestations de militants du "Hirak", le mouvement populaire qui réclame le départ de toute la classe dirigeante, accusée d'avoir trahi les idéaux de la révolution algérienne. 

Ces crispations récurrentes se nourrissent de la perception à Alger que la France ne fait pas assez pour solder son passé colonial.

Les autorités algériennes veulent remettre sur la table le dossier des "disparus" pendant la guerre d'indépendance (1954-1962) -- plus de 2.200 selon Alger -- et celui des essais nucléaires français dans le Sahara algérien qui "ont fait et continuent à faire des victimes".

Reste que "l'écriture de l'histoire de la +révolution algérienne relève jusqu'à nos jours du domaine exclusif de l'Etat algérien", rappelle Pierre Vermeren, professeur d'histoire contemporaine à l'université Paris-I-Panthéon-Sorbonne, spécialiste de l'Afrique du Nord, dans son livre "Le Choc des Décolonisations" (2015).

AFP

Ses derniers articles: Mali: l'ex-ministre des Affaires étrangères Moctar Ouane chargé de former le gouvernement de transition  Afrique du Sud: une ministre réprimandée pour mélange des genres  RDC: sanglante incursion de miliciens armés dans la capitale minière Lubumbashi 

Alger

AFP

Amnesty appelle Alger

Amnesty appelle Alger

AFP

Le ministre espagnol de l'Intérieur

Le ministre espagnol de l'Intérieur

AFP

Virus: Alger sévit face aux agressions contre les blouses blanches

Virus: Alger sévit face aux agressions contre les blouses blanches

mémoire

AFP

France: la douloureuse mémoire des enfants morts dans les camps de Harkis sort de l'oubli

France: la douloureuse mémoire des enfants morts dans les camps de Harkis sort de l'oubli

AFP

Les proches du "père de l'indépendance" cultivent la mémoire d'un autre Mali

Les proches du "père de l'indépendance" cultivent la mémoire d'un autre Mali

AFP

Niger: stèle érigée

Niger: stèle érigée