mis à jour le

Syrte, ville aux 1.001 vies,

Verrou stratégique entre l'est et l'ouest de la Libye, Syrte, ville natale de l'ex-dictateur Mouammar Kadhafi puis bastion du groupe Etat islamique (EI), est de nouveau au centre du conflit entre pouvoirs rivaux, avec en arrière-plan leurs parrains internationaux.

Samedi, le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi, un allié du maréchal Khalifa Haftar -l'homme fort de l'Est--, l'a présentée comme une "ligne rouge" à ne pas franchir par les forces du Gouvernement d'union libyen (GNA), reconnu par l'ONU et soutenu par la Turquie. M. Sissi a menacé de faire intervenir directement son pays.

- Localité stratégique -

A 300 km des rives européennes, Syrte est située à mi-chemin entre la capitale Tripoli, à l'Ouest, et Benghazi, la principale ville de Cyrénaïque (est).

Cette région désertique a longtemps servi de séparation entre les provinces romaines et helléniques d'Afrique du Nord.

Syrte est historiquement formée de villages épars, avec une population rurale appartenant à quatre principales tribus: les Kadhafa -clan du futur dictateur Mouammar Kadhafi-, les Werfalla, les Forjane et surtout les Magariha, qui seront les plus fidèles soutiens à Kadhafi.

La ville a compté jusqu'à 120.000 habitants, mais nombre d'entre eux ont fui durant la révolution de 2011 ou après sa prise par l'EI en 2015. Il resterait quelque 50.000 civils.

Sur un axe nord-sud, la ligne qui relie Syrte à al-Joufra (à 280 km de distance) est historiquement considérée comme la frontière entre Tripolitaine et Cyrénaïque, et pendant des siècles, son principal intérêt a résidé dans cet axe géographique.

Cet intérêt s'est accentué durant la période contemporaine au regard de sa proximité avec la zone du "croissant pétrolier", plus à l'Est, où se trouvent les principaux terminaux et ports du pays.

- Choyée par Kadhafi - 

Le statut de la ville a été encore davantage chamboulé à partir de 1970, avec l'arrivée au pouvoir d'un de ses enfants, Mouammar Kadhafi.

Celui-ci a tout fait pour mettre sa ville natale à l'honneur, tentant même d'en faire la capitale de sa "Jamahiriya" ("Etat des masses", NDLR).

Dans les années 1990, le dictateur a un temps ordonné l'installation des ministères à Syrte, avant d'y faire siéger son Parlement, mais le nombre de victimes, dont des ministres, sur la route a fini par décourager ses plans.

Kadhafi est en revanche parvenu à créer une nouvelle province administrative pour sa région: "al-Wosta" ("la centrale"), en plus des trois autres déjà existantes --Tripolitaine, Cyrénaïque et Fezzan (sud).

Son centre de conférence "Ouagadougou", érigé pour accueillir les sommets africains et internationaux et servir sa politique panafricaine, a connu la genèse de l'Union africaine (UA), avec la "déclaration de Syrte" du 9 septembre 1999.

Dans les années 2000, les dignitaires étrangers prennent la direction de Syrte pour y rencontrer, sous sa tente, le fantasque dictateur libyen.

Dans le tumulte du Printemps arabe, Kadhafi est finalement capturé et tué à proximité de Syrte, en octobre 2011, après que son convoi eut été visé par un raid aérien de la coalition menée par la France, la Grande-Bretagne et les Etats-Unis.

- Bastion de l'EI -

Après 2011, Syrte, perçue comme un symbole de l'ancien régime, est livrée à elle-même, dans un pays à la dérive.

Profitant de ce chaos, l'EI, alors à son apogée, en fait son principal bastion libyen.

A compter de juin 2015, le drapeau noir des jihadistes flotte sur les bâtiments publics de la cité portuaire où mains et têtes sont tranchées en place publique.

Sa reconquête vient finalement de Misrata, important comptoir à 250 km à l'Ouest, d'où partent en mai 2016 la majorité des forces pro-GNA, gouvernement qui s'est installé quelques semaines plus tôt à Tripoli.

En décembre, appuyées par l'aviation américaine, les forces pro-GNA chassent le groupe ultraradical, au terme de combats meurtriers.

- Du GNA à Haftar - 

Bien que dans le giron du GNA, Syrte n'en a pas fini avec le conflit déchirant le pays.

En janvier 2020, elle est conquise par les troupes du maréchal Khalifa Haftar, alors que l'homme fort de l'est libyen mène une offensive pour s'emparer de Tripoli.

Appuyés par l'Egypte, les Emirats arabes unis et la Russie, les pro-Haftar parviennent à entrer dans la ville quasiment sans combattre, en achetant notamment l'allégeance d'un groupe armé salafiste local.

Si ce camp Haftar tient toujours la ville, le rapport de force a brusquement évolué ces dernières semaines avec la série de conquêtes militaires des forces du GNA, qui ont bénéficié du soutien accru d'Ankara.

Après avoir repris le contrôle de tout le nord-ouest libyen, les forces du GNA se sont dirigées vers Syrte. Le front s'est stabilisé mi-juin à l'ouest de la ville.

AFP

Ses derniers articles: Mary Robinson dirigera l'enquête indépendante sur le président de la BAD  Crise au Mali: la contestation lève le préalable d'une démission du président  Algérie/corruption: des caciques de l'ère Bouteflika lourdement punis 

conflit

AFP

Conflit en Libye: nouveau succès des forces progouvernementales

Conflit en Libye: nouveau succès des forces progouvernementales

AFP

Centrafrique: un procès historique ravive des blessures du conflit

Centrafrique: un procès historique ravive des blessures du conflit

AFP

Alger poursuit ses consultations régionales sur le conflit en Libye

Alger poursuit ses consultations régionales sur le conflit en Libye

nouveau

AFP

Sitôt élu, le nouveau président du Malawi s'attaque

Sitôt élu, le nouveau président du Malawi s'attaque

AFP

Malawi: le nouveau président nomme ses premiers ministres

Malawi: le nouveau président nomme ses premiers ministres

AFP

Burundi: un nouveau gouvernement dominé par les durs du régime

Burundi: un nouveau gouvernement dominé par les durs du régime

ville

AFP

Attaque jihadiste en Côte d'Ivoire: peur sur la ville de Ferké

Attaque jihadiste en Côte d'Ivoire: peur sur la ville de Ferké

AFP

Au Caire, l'installation de quatre sphinx antiques en pleine ville fait polémique

Au Caire, l'installation de quatre sphinx antiques en pleine ville fait polémique

AFP

Soulagement

Soulagement