mis à jour le

Afrique du Sud: le procès de l'ex-président Zuma de nouveau reporté

Le coup d'envoi du procès pour corruption de l'ex-président sud-africain Jacob Zuma, accusé dans une affaire de pots-de-vin vieille de plus de vingt ans, a de nouveau été reporté mardi, cette fois au 8 septembre.

A la tête du pays de 2009 à 2018, M. Zuma, 78 ans, est accusé depuis deux décennies d'avoir touché 4 millions de rands - environ 216.000 euros au cours actuel - de commissions de la société française Thales, en marge d'un énorme contrat d'armement attribué en 1999.

L'ancien chef de l'Etat, à l'époque vice-président, et le groupe d'électronique ont toujours nié ces accusations.

A l'issue d'une courte audience devant un tribunal de Pietermaritzburg (nord-est) à laquelle assistait M. Zuma, la juge Kate Pillay a convoqué les parties à une nouvelle audience le 8 septembre pour fixer la date du procès.

Depuis sa mise en cause, l'ex-président a multiplié les recours possibles pour faire annuler ces poursuites.

En février dernier, il s'était fait porter pâle à une audience en arguant de problèmes de santé. Le tribunal avait aussitôt émis contre lui un mandat d'arrêt "différé" qui l'obligeait à se présenter devant lui.

Et en mai, la nouvelle audience avait été reportée pour cause de pandémie de coronavirus. 

Jacob Zuma a récemment changé d'avocat et de stratégie et fait savoir qu'il renonçait à une ultime requête devant la Cour constitutionnelle, la plus haute juridiction du pays.

Interrogé mardi sur la chaîne d'information eNCA, un des fils de l'accusé, Edward Zuma, a accusé le procureur en charge du dossier d'avoir des "arrière-pensées" et douté que son père puisse bénéficier d'un "procès équitable".

Jacob Zuma a été poussé à la démission de la présidence sud-africaine en février 2018, emporté par les nombreux scandales de corruption qui ont terni son règne.

AFP

Ses derniers articles: Somalie: une crise politique qui fait craindre le pire  Cameroun: au moins 24 arrestations ou abus sur des personnes soupçonnées d'homosexualité  Sept ans après: une centaine des "filles de Chibok" toujours manquantes au Nigeria 

Afrique

AFP

Twitter choisit le Ghana comme tête de pont en Afrique

Twitter choisit le Ghana comme tête de pont en Afrique

AFP

Attaque Mozambique: inquiétudes sur la situation sécuritaire en Afrique australe

Attaque Mozambique: inquiétudes sur la situation sécuritaire en Afrique australe

AFP

Afrique du Sud: les étudiants se mobilisent pour une université gratuite

Afrique du Sud: les étudiants se mobilisent pour une université gratuite

nouveau

AFP

Nouveau gouvernement en RDC: une si longue attente...

Nouveau gouvernement en RDC: une si longue attente...

AFP

Niger: le nouveau président Mohamed Bazoum investi en pleine crise

Niger: le nouveau président Mohamed Bazoum investi en pleine crise

AFP

"Tentative de coup d'Etat" au Niger avant l'intronisation du nouveau président

"Tentative de coup d'Etat" au Niger avant l'intronisation du nouveau président

procès

AFP

Au procès Bouaké, trois accusés bien suivis et connus des Français

Au procès Bouaké, trois accusés bien suivis et connus des Français

AFP

Procès de la "terreur de l'ouest ivoirien": Amadé Ouérémi continue de nier toute responsabilité

Procès de la "terreur de l'ouest ivoirien": Amadé Ouérémi continue de nier toute responsabilité

AFP

Au procès du bombardement de Bouaké, l'ex chef du renseignement français sur la réserve

Au procès du bombardement de Bouaké, l'ex chef du renseignement français sur la réserve