mis à jour le

RDC: 3 morts dans des manifestations contre la fermeture du grand marché

Au moins trois personnes sont mortes mardi à Kinshasa en République démocratique du Congo quand des centaines de manifestants ont demandé la ré-ouverture du grand marché central fermé depuis fin mars dans le cadre de l'"état d'urgence" sanitaire décrété pour enrrayer le nouveau coronavirus.

La police affirme avoir effectué des tirs de sommation pour disperser les manifestants au coeur de la capitale congolaise. Au moins une personne a été tuée par balle, ont affirmé plusieurs manifestants demandant la reprise des activités commerciales.

Telle n'est pas la version des autorités: "Il y a eu des troubles de la part de gens se faisant passer pour des syndicalistes du grand marché", a déclaré le porte-parole du gouvernement provincial de Kinshasa.

"Nous déplorons la mort de trois personnes. Deux sont décédés par électrocution et un autre a été écrasé par la foule en fuyant", a ajouté ce porte-parole, Charles Mbuta Muntu, à l'issue d'une réunion après ces troubles.

"Les responsables de ces émeutes ont été interpellées et mis à la disposition deu parquet", a-t-il ajouté, parlant de neuf interpellations. "Ils sont poursuivis pour avoir violé les dispositions de l'état d'urgence".

Malgré les tirs, les manifestants déterminés ont bravé la police, campant de l'autre côté des barrières qui empêchent tout accès à la commune de la Gombe, où se trouve le grand marché central, a constaté une équipe de l'AFP.

Premier épicentre du coronavirus en République démocratique du Congo, la commune de la Gombe est isolée du reste de la ville depuis le 6 avril.

Les manifestants ont lancé des injures contre le gouverneur de Kinshasa, Gentiny Ngobila, le qualifiant de "voleur".

Le gouvernorat a dénoncé une rumeur selon laquelle le marché central était "en train d'être détruit", a indiqué une porte-parole, Belise Okonda.

Le ministre congolais de l'Intérieur, Gilbert Kankonde, a intimé l'ordre, dans une lettre consultée par l'AFP, au gouverneur de Kinshasa de rouvrir le marché central de la capitale.

Mais ce dernier a estimé que la reprise des activités est conditionnée à la fin des travaux d'assainissement initiés par les autorités de la ville.

Une ONG, l'Observatoire de la Liberté de la Presse en Afrique (OLPA), a condamné "l'interpellation" de deux journalistes couvrant cette manifestation.

Le président Felix Tshisekedi a décrété l'état d'urgence sanitaire le 24 mars, depuis reconduits plusieurs fois sur vote du Parlement.

L'état d'urgence prévoit aussi la fermeture des frontières et la fermeture des écoles, des lieux de culte, des bars, restaurants... et l'interdiction des rassemblements de plus de 20 personnes.

Depuis le début de l'épidémie déclarée le 10 mars en RDC, le cumul des cas est de 4.259, dont 3.864 à Kinshasa. Il y a eu 90 décès.

AFP

Ses derniers articles: Covid-19: l'Afrique est "dans une impasse" pour son approvisionnement en vaccins  Pour contrer la pénurie d'eau en Tunisie, un système unique de culture sur sable  Nouvelle attaque dans le nord-est du Nigeria: au moins huit morts et des milliers de réfugiés 

fermeture

AFP

Le Nigeria rouvre ses frontières terrestres après 18 mois de fermeture

Le Nigeria rouvre ses frontières terrestres après 18 mois de fermeture

AFP

Hyène échappée, animaux mal nourris: fermeture du zoo d'Abidjan

Hyène échappée, animaux mal nourris: fermeture du zoo d'Abidjan

AFP

Coronavirus: chaos sur les routes du Maroc après la fermeture de huit villes

Coronavirus: chaos sur les routes du Maroc après la fermeture de huit villes

manifestations

AFP

Ouganda: le leader d'opposition Bobi Wine appelle

Ouganda: le leader d'opposition Bobi Wine appelle

AFP

Après les troubles au Sénégal, la contestation appelle

Après les troubles au Sénégal, la contestation appelle

AFP

Sénégal: un mort dans des manifestations de soutien

Sénégal: un mort dans des manifestations de soutien

marche

AFP

Marche du Hirak

Marche du Hirak

AFP

Algérie: marche du Hirak empêchée par la police

Algérie: marche du Hirak empêchée par la police

AFP

Les Algériens dans la rue, le Hirak se remet en marche face au pouvoir

Les Algériens dans la rue, le Hirak se remet en marche face au pouvoir