mis à jour le

Soudan: un an après la répression d'un sit-in, des familles réclament justice

Des dizaines de manifestants ont défilé mercredi à Khartoum pour marquer le premier anniversaire de la dispersion sanglante d'un sit-in et rendre hommage aux dizaines de victimes dont les familles réclament une enquête internationale.

Pour Ahmed Abdallah, l'un des manifestants, l'évacuation du sit-in du 3 juin 2019 restera un "souvenir douloureux". Il a placé parmi les demandes des manifestants le "châtiment" des responsables et une "enquête internationale".

"Je vous assure que faire justice au nom des martyrs du sit-in (...) est une étape incontournable", a assuré de son côté le Premier ministre Abdallah Hamdok à la télévision.

Abdelsalam Kisha avait 25 ans lorsqu'il a été tué avec des dizaines d'autres manifestants par des hommes en tenue militaire devant le quartier général de l'armée dans la capitale. 

Des milliers de manifestants avaient occupé les lieux pendant plusieurs semaines, demandant la destitution du président Omar el-Béchir, au pouvoir depuis 30 ans. Après sa chute en avril 2019, ils avaient poursuivi leur sit-in pour réclamer la mise en place d'un régime civil, jusqu'à la sanglante dispersion du 3 juin.

Très actif dans la campagne des familles pour demander justice, le père d'Abdelsalam Kisha a également indiqué à l'AFP que les proches des victimes réclamaient "une enquête internationale pour rendre justice à ceux qui ont été tués". 

- Une enquête délicate -

"J'ai couru vers les lieux de la manifestation après avoir reçu plusieurs coups de fil disant que mon fils était mort", se souvient Kisha Abdelsalam.

Il a appris plus tard que le jeune homme avait été touché par plusieurs coups de feu.

Au moins 128 personnes ont été tuées et des centaines blessées dans la dispersion du sit-in, selon des médecins liés au mouvement de protestation. Selon les chiffres officiels, 87 manifestants sont morts.

Les autorités de transition soudanaises, installées en août 2019 en vertu d'un accord entre l'armée et le mouvement de protestation, ont instauré une commission d'enquête, mais cette dernière n'a pas encore rendu ses conclusions.

M. Abdelsalam et d'autres militants ont accusé les Forces de soutien rapides (RSF), un groupe paramilitaire, d'avoir ordonné la dispersion du sit-in, ce que démentent les responsables militaires.

En juillet 2019, une première enquête, conduite par des militaires et des procureurs, avait montré que certains membres des RSF et des forces de sécurité étaient impliqués.

Toutefois, les militaires assurent que l'opération visait avant tout une partie du camp où certains manifestants auraient vendu de la drogue.

En octobre, le Premier ministre Abdallah Hamdok avait chargé l'avocat Nabil Adib de conduire une enquête et d'en présenter les conclusions dans les trois mois.

Mais le délai "n'était pas suffisant, en particulier du fait qu'il s'agit d'un crime à connotation politique et impliquant un grand nombre de personnes", a dit à l'AFP Me Adib.

"Cela pourrait même impliquer des personnalités puissantes", selon lui.

- Pas de pardon -

Le défenseur des droits humains ajoute que la tâche de la commission a été rendue plus difficile encore depuis l'irruption de la pandémie de nouveau coronavirus, qui a infecté plus de 5.000 personnes et en a tué plus de 300 au Soudan. 

Les organisations de défense des droits humains, qui ont rassemblé des témoignages sur la dispersion du sit-in, ont appelé à plusieurs reprises à une enquête "transparente".

"Les violations commises le 3 juin 2019 pourraient être qualifiées de crimes internationaux pour lesquels il n'y a aucune immunité, comme les crimes contre l'humanité", a estimé l'ONG Médecins pour les droits humains (PHR) dans un rapport publié en mars.

Selon Me Adib, la commission a déjà reçu beaucoup de témoignages. Il souligne avoir donné des "assurances" aux auteurs de ces témoignages que leurs identités ne seraient pas révélées.  

Mais les familles des victimes restent sceptiques sur l'issue de l'enquête. 

"Je ne crois pas que cette commission va apporter la justice aux martyrs", a dit Amna, la mère d'Abdelsalam Kisha en montrant, les larmes aux yeux, un album de photos de son fils. 

Elle s'est toutefois jurée de ne pas baisser les bras jusqu'à ce que les responsables de la mort de son fils soient traduits en justice.

"Nous ne pardonnerons pas à ceux qui ont fait couler le sang et nous n'abandonnerons pas les martyrs", a-t-elle martelé. 

AFP

Ses derniers articles: Burkina: plus de 30 ans après, l'ex-président Compaoré sera jugé pour l'assassinat de Thomas Sankara  Mali: un des principaux chefs de l'ex-rébellion assassiné par balles (porte-parole)  Afrique du Sud: la justice demande 

familles

AFP

Rapt d'élèves au Nigeria: les adolescentes libérées s'apprêtent

Rapt d'élèves au Nigeria: les adolescentes libérées s'apprêtent

AFP

En Tunisie, la double douleur des familles des victimes du Covid-19

En Tunisie, la double douleur des familles des victimes du Covid-19

AFP

Des soldats envoyés combattre en Ethiopie? En Somalie, des familles en quête d'explications

Des soldats envoyés combattre en Ethiopie? En Somalie, des familles en quête d'explications

justice

AFP

"Il buvait du sang": la justice finlandaise face aux atrocités de la guerre civile au Liberia

"Il buvait du sang": la justice finlandaise face aux atrocités de la guerre civile au Liberia

AFP

Afrique du Sud: la justice examine un recours réclamant la prison pour Jacob Zuma

Afrique du Sud: la justice examine un recours réclamant la prison pour Jacob Zuma

AFP

Algérie: les manifestants du Hirak appellent

Algérie: les manifestants du Hirak appellent

répression

AFP

Répression au Bénin avant la présidentielle: le bilan monte

Répression au Bénin avant la présidentielle: le bilan monte

AFP

Nigeria: Amnesty accuse le pouvoir de protéger les responsables de la répression du mouvement #EndSARS

Nigeria: Amnesty accuse le pouvoir de protéger les responsables de la répression du mouvement #EndSARS

AFP

En Ouganda, la campagne présidentielle minée par une répression "extrême"

En Ouganda, la campagne présidentielle minée par une répression "extrême"