mis à jour le

Libye: les pouvoirs rivaux acceptent de reprendre des pourparlers, selon l'ONU

La mission de l'ONU (Manul) a affirmé mardi que les pouvoirs rivaux avaient accepté de reprendre des pourparlers, après une suspension de plus de trois mois, en vue d'un cessez-le-feu en Libye, pays en proie au chaos où de précédentes tentatives ont toutes échoué.

La Manul "se félicite de l'acceptation par le Gouvernement d'union nationale (GNA) et +l'armée nationale libyenne+ (ANL) de reprendre les pourparlers sur l'arrêt des combats", selon un communiqué transmis à l'AFP.

Pour l'heure, aucune des deux parties n'a toutefois confirmé cette annonce et des combats se poursuivent, notamment près de Tripoli (nord-ouest).

Le maréchal Khalifa Haftar, homme fort de l'est libyen, et son armée autoproclamée (ANL) tentent, en vain, depuis avril 2019 de s'emparer de la capitale, où siège le GNA, entité reconnue par l'ONU.

Ces affrontements --qui ont fait des centaines de morts, dont de nombreux civils, et poussé à la fuite plus de 200.000 personnes-- ont été marqués au cours de l'année écoulée par l'implication croissante de puissances étrangères.

Les Emirats arabes unis, l'Egypte et la Russie appuient le camp Haftar, tandis que la Turquie intervient militairement auprès du GNA, qui a enchaîné récemment les succès militaires.

Toutes les tentatives de cessez-le-feu ont échoué, la dernière en date remontant à janvier, à l'occasion d'une conférence à Berlin.

Dans son communiqué, l'ONU appelle les Etats soutenant l'une ou l'autre partie à "respecter les engagements" pris à Berlin, et la résolution adoptée le mois suivant au Conseil de sécurité des Nations unies, portant notamment sur l'arrêt des ingérences.

Le retour aux discussions doit se traduire par "un début d'accalmie sur le terrain et une trêve humanitaire pour ouvrir la voie à un cessez-le-feu définitif", souligne encore la Manul.

En février, au moment de la suspension des pourparlers, les camps rivaux avaient accepté de négocier un "cessez-le-feu permanent" au sein d'une commission militaire conjointe GNA/pro-Haftar.

L'annonce de la Manul intervient deux jours après un entretien téléphonique entre le chef de la diplomatie française Jean-Yves Le Drian et le chef du GNA Fayez al-Sarraj, le premier depuis des mois, alors que la France a été accusée de miser sur le maréchal Haftar.

M. Le Drian a évoqué la "nécessité" d'un retour à un cessez-le-feu et d'un arrêt des "ingérences étrangères". La veille, le président français Emmanuel Macron s'était entretenu avec son homologue égyptien Abdel Fattah al-Sissi, un des piliers du camp Haftar.

AFP

Ses derniers articles: Covid: L'Afrique demande davantage de solidarité financière internationale  Maroc: le procès d'Omar Radi pour "ivresse" renvoyé  Mali: le président de transition désigné fait sa première apparition publique 

l'ONU

AFP

RDC: la clinique de Mukwege de nouveau protégée par l'ONU

RDC: la clinique de Mukwege de nouveau protégée par l'ONU

AFP

Soudan du Sud: une experte de l'ONU presse le FBI d'enquêter sur la mort d'un journaliste américain en 2017

Soudan du Sud: une experte de l'ONU presse le FBI d'enquêter sur la mort d'un journaliste américain en 2017

AFP

Mali: l'ONU a eu accès au président Keïta, la junte libère deux détenus

Mali: l'ONU a eu accès au président Keïta, la junte libère deux détenus