mis à jour le

Algérie: report au 1er juin d'un procès visant Karim Tabbou, figure du Hirak

Karim Tabbou, figure emblématique du mouvement de contestation en Algérie, se retrouvera devant la justice le 1er juin, après le report de son procès prévu lundi, a indiqué à l'AFP un de ses avocats, Me Mustapha Bouchachi.  

M. Tabbou, 46 ans, emprisonné pour "atteinte à l'intégrité du territoire national", devait être jugé lundi par le tribunal de Kolea (ouest d'Alger), pour "atteinte au moral de l'armée". Mais le procès a été reporté automatiquement puisqu'il n'est pas sous le coup d'un mandat de dépôt dans le cadre de cette deuxième affaire. 

En raison de la pandémie de Covid-19, la justice algérienne se limite à ne traiter que des cas de prisonniers en détention.

"Dans cette affaire, Karim Tabbou n'a pas commis de délit puni par la loi algérienne. Il s'est exprimé sur un sujet politique. C'est un droit qui est garanti par la Constitution", a estimé Me Bouchachi.

"L'affaire n'aurait pas dû être programmée. Il y a eu un report automatique", a expliqué l'avocat.

M. Tabbou est passible d'une peine de cinq à dix ans d'emprisonnement pour avoir  "participé en connaissance de cause à une entreprise de démoralisation de l'armée ayant pour objet de nuire à la Défense nationale", selon le code pénal algérien.

Un nouveau comité de soutien "Sauvons Karim Tabbou", lancé le 25 avril, a réclamé sa "libération immédiate et inconditionnelle". Le comité, qui regroupe des intellectuels et des militants des droits humains de la diaspora algérienne, dont l'historien Mohamed Harbi, dénonce les conditions "immondes" de détention de M. Tabbou qui "mettent sa vie en danger".

- "Poursuites arbitraires" -

Placé en détention une première fois le 12 septembre après avoir été inculpé "d'atteinte au moral de l'armée", M. Tabbou avait été remis en liberté le 25 septembre. Mais il avait été à nouveau arrêté dès le lendemain dans une seconde affaire pour "atteinte à l'intégrité du territoire national".

Karim Tabbou est l'un des visages et l'une des voix les plus connues du "Hirak", le mouvement de protestation antirégime qui a éclaté le 22 février 2019. Chef d'un petit parti d'opposition non enregistré, l'Union démocratique et sociale (UDS), son portrait était régulièrement brandi lors des manifestations hebdomadaires qui sont désormais suspendues en raison de la pandémie de Covid-19

Il a été condamné en appel le 24 mars à un an de prison ferme pour "atteinte à l'intégrité du territoire national". 

Durant son procès -- à l'issue duquel le procureur avait requis une peine de quatre ans de prison ferme le 4 mars --, Karim Tabbou avait rejeté toutes les charges.

Dans un communiqué, Amnesty international a exigé lundi des autorités algériennes qu'elles "mettent fin aux poursuites arbitraires visant à réduire au silence des militant.e.s du mouvement +Hirak+ et des journalistes dans le contexte de la pandémie de Covid-19".

Selon Amnesty, citant des avocats, "au moins 32 personnes arrêtées de manière arbitraire pendant le mouvement du Hirak demeurent derrière les barreaux, dont huit ont été interpellées après le début de la pandémie, entre le 25 février et le 13 avril".

AFP

Ses derniers articles: Mali: ultimatum d'une coalition hétéroclite au président Keita pour qu'il démissionne  Zimbabwe: arrestation de cadres du principal parti d'opposition  Mali: une alliance composite manifeste pour la démission du président Keita 

procès

AFP

Procès anticorruption en RDC: rien n'est fait "

Procès anticorruption en RDC: rien n'est fait "

AFP

Algérie: le procès de Karim Tabbou, figure du "Hirak",

Algérie: le procès de Karim Tabbou, figure du "Hirak",

AFP

Procès anti-corruption en RDC: décès du président du tribunal

Procès anti-corruption en RDC: décès du président du tribunal

report

AFP

Tunisie: report de l'audience d'une internaute ayant partagé une parodie du Coran

Tunisie: report de l'audience d'une internaute ayant partagé une parodie du Coran

AFP

RD Congo: ouverture et report du procès du principal allié du chef de l'Etat

RD Congo: ouverture et report du procès du principal allié du chef de l'Etat

AFP

Guinée: le président Condé annonce un report de deux semaines d'un référendum contesté

Guinée: le président Condé annonce un report de deux semaines d'un référendum contesté