mis à jour le

"Mettez votre masque!", la nouvelle injonction au Maroc face au coronavirus

"Mettez votre masque"!: telle est la nouvelle injonction des patrouilles de contrôle massivement déployées au Maroc pour faire respecter l'état "d'urgence sanitaire", au moment où des industriels locaux se lancent tous azimuts dans la production pour répondre à la forte demande.

Tandis que nombre de gouvernements hésitent encore, le royaume a décidé cette semaine de rendre obligatoire --sous peine de sanctions-- le port du masque pour ses 35 millions d'habitants après une étude comparative de l'évolution de l'épidémie dans différents pays.

Auparavant, des industriels du textile avaient reconverti en urgence leur outil de production, avec l'appui du ministère marocain de l'Industrie et du commerce.

Car comment répondre à un tel défi?

"Dès l'apparition de la pandémie, nous avons réorienté un certain nombre d'opérateurs qui faisaient des sacs non tissés vers la fabrication de masques", dit à l'AFP le ministre de l'Industrie Moulay Hafid Elalamy, en marge d'une visite d'une de ces usines implantée à Casablanca, la capitale économique.

"Dix usines se sont déjà reconverties et nous sommes en train d'atteindre une capacité de cinq millions de masques par jour", précise-t-il.

La commercialisation des protections produites localement a déjà commencé en fin de semaine dernière, avec l'objectif d'approvisionner pas moins de 70.000 points de vente. Jusque-là, les masques étaient importés de Chine, fournisseur incontournable.

- Exportation? -

Ces masques "aux normes internationales" sont vendus dans les commerces de proximité par paquet de 10 au prix modique de 80 centimes l'unité (environ 7 cts d'euros), grâce à des subventions du Fonds spécial d'urgence initié par le roi, abondé par l'Etat et par des donations, selon le ministère.

Dans ce contexte, une photo de Mohammed VI portant un masque pendant une audience mardi, jour de l'entrée en vigueur de la mesure, est devenue virale.

Pour pouvoir circuler, les Marocains se sont donc rués sur les commerces... et les premiers stocks ont vite été épuisés, selon des témoignages concordants. Sur les réseaux sociaux, beaucoup se plaignent de ne pas avoir réussi à se fournir.

Cependant, il est désormais rare de croiser des passants à visage découvert. Faute de mieux, certains utilisent de vieux masques, d'improbables protections de chantier ou des écharpes.

Face à la pénurie, les prix des masques chirurgicaux disponibles en pharmacie ont eux flambé, leurs tarifs n'étant pas règlementés.  

"Au début, plus de cinq millions de masques ont disparu en une heure trente. Les gens en achètent trop pour les stocker. Mais quand on voit que sur les étals il y en a en abondance, les achats deviennent plus raisonnés. Nous sommes dans cette phase", assure M. Elalamy.

Confiant, le royaume n'exclut pas de se lancer ensuite dans l'exportation: "nous allons d'abord servir nos concitoyens et juste après nous servirons tous nos amis du mieux qu'on pourra", promet-il.

"Cette usine me disait toute à l'heure qu'elle avait une commande de 150 millions de masques en attente. Tout le monde en a besoin. Des pays pensaient que la Chine pourrait leur fournir des masques en un claquement de doigts. Ca n'a pas été le cas", soutient le ministre et homme d'affaires. 

- Respirateurs -

Si le Maroc est encore fortement dépendant de son agriculture, il mise depuis des années sur l'industrie pour diversifier son économie, avec la création de zones offshore attirant des investisseurs étrangers.

A ce jour, l'industrie, "qui semble être la clé de la relance économique", peine encore "à accentuer sa part dans le PIB", tempère néanmoins le Haut-commissariat au Plan (HCP).

Mais la production de respirateurs artificiels de conception marocaine vient aussi d'être lancée mobilisant médecins, chercheurs et industriels implantés dans une zone franche dédiée à l'aéronautique près de Casablanca. Une première série de 500 unités est en production.

Le nombre de cas officiellement déclarés de Covid-19 au Maroc était vendredi de plus de 1.400, dont 105 décès. Ces chiffres doivent être analysés en tenant compte du faible nombre de tests menés -environ 7.000.

Pour limiter la contagion, les autorités misent surtout sur un confinement très strict. Ceux qui ne respectent pas les règles risquent jusqu'à trois mois de prison et/ou jusqu'à 1.300 dirhams d'amende (115 euros).

Quelque 24.000 personnes ont jusqu'ici été interpellées pour violation des mesures d'urgence sanitaire, selon un bilan officiel.

Parallèlement, des mesures sont prises pour éviter la spéculation: le jour même de l'entrée en vigueur du décret imposant le port de masques, les autorités annonçaient l'arrestation d'un homme qui les vendait plus chers que les tarifs fixés. 

AFP

Ses derniers articles: Décès de l'écrivain et sociologue Albert Memmi, humaniste et penseur de la judéité  Albert Memmi, un humaniste  Concert virtuel d'artistes algériens pour soutenir les prisonniers du "Hirak" 

Maroc

AFP

Coronavirus: la galère des migrants subsahariens au Maroc

Coronavirus: la galère des migrants subsahariens au Maroc

AFP

Les drones essaiment au Maroc avec la pandémie de Covid-19

Les drones essaiment au Maroc avec la pandémie de Covid-19

AFP

Coronavirus: plus de 4.000 interpellations ce week-end au Maroc

Coronavirus: plus de 4.000 interpellations ce week-end au Maroc

nouvelle

AFP

Nouvelle mise en garde de l'OMS contre la tisane malgache prétendûment anti-Covid

Nouvelle mise en garde de l'OMS contre la tisane malgache prétendûment anti-Covid

AFP

Libye: en temps de guerre, le confinement vécu comme une nouvelle épreuve

Libye: en temps de guerre, le confinement vécu comme une nouvelle épreuve

AFP

Algérie: nouvelle prolongation de la garde

Algérie: nouvelle prolongation de la garde