mis à jour le

Dans les minibus sud-africains, le casse-tête de la lutte contre le virus

Il aura suffi d'un toussotement pour que, d'un coup, un silence de plomb s'empare du minibus. Instinctivement, quelques passagers ont vite protégé leur nez et leur bouche d'un avant-bras, en lançant un regard inquiet sur une vieille femme manifestement enrhumée.

Depuis que le président sud-africain Cyril Ramaphosa a déclaré dimanche soir l'état d'urgence, les usagers des petits bus qui encombrent les rues de Johannesburg vivent tous à l'heure de la pandémie de coronavirus.

"Il est clair que je prends des risques. J'ouvre la porte, je touche les sièges, je prends de l'argent en main", énumère avec un brin d'appréhension Serame Maishoane, une responsable des ressources humaines de 37 ans qui prend tous les jours deux taxibus pour aller travailler.

"Et quand il m'arrive de tousser dans le taxi, les gens me regardent tous d'un air bizarre..."

Contrairement à la Chine, le berceau de l'épidémie, ou l'Europe, désormais son principal foyer, l'Afrique du Sud a jusque-là été quasi épargnée par le virus Covid-19. Seuls 116 cas y ont été confirmés à ce jour, aucun décès.

Mais la contamination progresse, pour la plus grande inquiétude des autorités.

Les transports en commun, pour l'essentiel des minibus pas toujours de première fraîcheur où s'entassent jusqu'à une vingtaine de clients aux heures de pointe, concentrent toute leur attention. Pas moins de 16 millions de Sud-Africains les utilisent tous les jours.

- "On a peur" -

Ces jours-ci, peu de passagers encore y portent des masques ou des gants, mais l'anxiété s'est invitée dans les habitacles et les conversations.

"Sincèrement, je suis terrifiée", confie Yolanda Masiso, une courtière en assurances de 23 ans, qui rallie tous les matins en bus le centre ville de Johannesburg depuis son township de Soweto.

"Honnêtement, au début j'en me moquais bien du virus parce que je ne pensais pas qu'il arriverait jusqu'ici", dit la jeune femme. "Mais comme je me déplace tous les jours pour aller travailler, c'est vrai que je cours un risque assez élevé d'être contaminée".

Dimanche soir, le chef de l'Etat a banni les rassemblements de plus de 100 personnes dans tout le pays, fermé les écoles pour trois semaines et interdit l'entrée des visiteurs des pays les plus infectés. Il a aussi appelé ses concitoyens à respecter des distances sociales de "sécurité".

A Bree et Randburg, deux des principales stations de minibus de la plus grand ville d'Afrique du Sud, ses conseils ne semblent pas avoir été bien entendus des usagers, toujours aussi nombreux à s'aligner les uns sur les talons des autres avant de monter à bord.

Derrière leur volant, les chauffeurs confessent un peu de fébrilité.

"On a peur mais on ne sait pas quoi faire", confie l'un d'eux, Bongane Nene, 28 ans. "Et quand on voit des gens monter dans notre taxi avec un masque sur le nez ou quand un client éternue", avoue-t-il, "c'est un peu l'angoisse".

- "Pas le temps d'attendre" -

Mais il faut bien vivre, alors pas question de laisser les véhicules au garage.

"Notre principal souci aujourd'hui, c'est qu'il y a moins de travail parce que les entreprises et les écoles ont dit à tout le monde de rester chez eux", rouspète Simon Makhoba, 35 ans, à la tête d'une flotte de plusieurs taxibus.

Sous pression des autorités, la Confédération sud-africaine des propriétaires de taxi (Santaco) a dévoilé mercredi une série de mesures sanitaires, dont la désinfection régulière des véhicules.

Un engagement qui ne ravit pas Simon Makhoba. "Certains chauffeurs ne peuvent même pas laver leur taxi une fois par jour", dit-il. "Et s'ils doivent le faire plus souvent, c'est pas gratuit. Laver un minibus, c'est au moins 50 rands (3 euros), alors combien il va falloir dépenser par jour ?"

La mise à disposition de gel désinfectant dans les stations de taxis ne fait pas non plus l'unanimité.

"Je n'ai pas le temps d'attendre qu'un client se lave les mains (à une station) avant de monter", grommelle Bongane Nene. "Peut-être que les passagers devraient amener leurs masques et leurs gants".

Serame Maishoane se satisfait pour l'heure d'un peu de gel hydroalcoolique. Mais la passagère doute que cela suffise à enrayer l'épidémie. 

"Ma crainte", avoue-t-elle, "c'est que j'entends toujours des gens dire que les Noirs ne peuvent pas attraper le coronavirus parce qu'ils ont un meilleur système immunitaire. Ca va pas aider, au contraire..."

AFP

Ses derniers articles: Incertitudes sur la tenue de la présidentielle fin décembre en Centrafrique  Le Mali rend hommage  La Somalie nomme un nouveau Premier ministre, annonce un accord pour les élections 

casse-tête

AFP

En Afrique du Sud, le casse-tête de l'application du confinement

En Afrique du Sud, le casse-tête de l'application du confinement

AFP

Tunisie: compte

Tunisie: compte

AFP

Présidentielle tunisienne: l'affaire Karoui, un casse-tête juridique (magistrat)

Présidentielle tunisienne: l'affaire Karoui, un casse-tête juridique (magistrat)

lutte

AFP

Zimbabwe : l'écrivaine Tsitsi Dangarembga, une citoyenne en lutte

Zimbabwe : l'écrivaine Tsitsi Dangarembga, une citoyenne en lutte

AFP

RDC: le personnel chargé de la lutte contre Ebola dans le Nord-Ouest en grève

RDC: le personnel chargé de la lutte contre Ebola dans le Nord-Ouest en grève

AFP

Décès du Sud-Africain Andrew Mlangeni, figure de la lutte anti-apartheid

Décès du Sud-Africain Andrew Mlangeni, figure de la lutte anti-apartheid

minibus

AFP

Somalie: au moins 10 morts dans l'explosion d'un minibus

Somalie: au moins 10 morts dans l'explosion d'un minibus

AFP

Somalie: 8 morts dans l'explosion d'une mine au passage d'un minibus

Somalie: 8 morts dans l'explosion d'une mine au passage d'un minibus

AFP

Sud-est du Nigeria: 16 personnes kidnappées dans un minibus

Sud-est du Nigeria: 16 personnes kidnappées dans un minibus