mis à jour le

Algérie: nouvelle prolongation de la garde

La garde à vue de quatre manifestants algériens, dont des figures du mouvement de contestation "Hirak", interpellés samedi par la police lors d'une marche antirégime, a été prolongée une nouvelle fois de 24 heures lundi, a indiqué une association de soutien aux détenus.

La garde à vue a été prolongée "pour complément d'enquête pour Khaled Drareni, Samir Benlarbi, Slimane Hamitouche et Toufik Hassani", a déclaré à l'AFP Kaci Tansaout, porte-parole du Comité national pour la libération des détenus (CNLD).

Samir Benlarbi et Khaled Drareni sont deux figures du "Hirak", le mouvement de contestation populaire qui secoue l'Algérie depuis plus d'un an. Le premier est un militant de la société civile et le second un journaliste indépendant, correspondant en Algérie de l'ONG Reporters sans frontières (RSF), qui a réclamé sa libération.

Toufik Hassani est un ancien policier qui a été interpellé à plusieurs reprises après avoir pris publiquement position en faveur du "Hirak".

Tous avaient été interpellés samedi pour "attroupement non armé", en compagnie d'une trentaine de manifestants, alors qu'ils participaient à une marche à Alger.

"Ce prolongement de garde à vue est légal mais non justifié au vu des faits qu'on leur reproche" à ce jour, a précisé à l'AFP Me Noureddine Benissad, président de la Ligue algérienne des droits de l'Homme (LADDH) et membre du collectif de défense.

Les autres personnes interpellées samedi ont été relâchées le lendemain et devront comparaître pour leurs procès en avril. 

Près de 300 manifestants avaient tenté de défiler samedi dans le centre d'Alger, mais ils avaient été dispersés par la police, selon un journaliste de l'AFP.

Les marches du "Hirak" se déroulent habituellement chaque vendredi mais des appels à défiler aussi le samedi ont été relayés sur les réseaux sociaux.

Plusieurs dizaines de personnes restent en détention dans le cadre du mouvement de contestation, selon les organisations de défense des droits humains, leur nombre précis étant difficile à établir en raison des remises en liberté et des interpellations qui se succèdent.

Parallèlement, la justice algérienne multiplie les renvois de procès pour les opposants.

"Nous n'allons pas nous taire devant cette nouvelle stratégie de renvoi de procès (...) et nous n'allons pas nous taire contre ces gardes à vue prolongées, contre ces arrestations arbitraires et condamnations d'innocents et nous n'allons pas nous taire contre cet acharnement", a écrit lundi le CNLD sur sa page Facebook.

Après avoir obtenu la démission du président Abdelaziz Bouteflika en avril 2019, le "Hirak" exige le changement du "système" en place depuis l'indépendance en 1962.

AFP

Ses derniers articles: Au Cameroun, un plasticien peint la fragilité du monde face au coronavirus  Présidentielle au Burkina : Kaboré investi samedi par son parti malgré un bilan mitigé  Le mystère des têtes coupées de Fana au Mali 

garde

AFP

Crise politique en RDC: Tshisekedi met en garde ses partenaires pro-Kabila

Crise politique en RDC: Tshisekedi met en garde ses partenaires pro-Kabila

AFP

Barrage sur le Nil: le Soudan met en garde contre une escalade

Barrage sur le Nil: le Soudan met en garde contre une escalade

AFP

Nouvelle mise en garde de l'OMS contre la tisane malgache prétendûment anti-Covid

Nouvelle mise en garde de l'OMS contre la tisane malgache prétendûment anti-Covid

militants

AFP

Algérie: peines de prison et condamnations pour des militants du "Hirak"

Algérie: peines de prison et condamnations pour des militants du "Hirak"

AFP

Algérie: trois militants de la contestation incarcérés

Algérie: trois militants de la contestation incarcérés

AFP

Zambie: le président s'en prend aux militants anticorruption

Zambie: le président s'en prend aux militants anticorruption

nouvelle

AFP

Malawi: vainqueur de la nouvelle présidentielle, le chef de l'opposition prête serment

Malawi: vainqueur de la nouvelle présidentielle, le chef de l'opposition prête serment

AFP

Au Mali, nouvelle démonstration de force des opposants au président Keïta

Au Mali, nouvelle démonstration de force des opposants au président Keïta

AFP

En plein Covid-19, l'Afrique de l'Est retient son souffle avant une nouvelle vague de criquets

En plein Covid-19, l'Afrique de l'Est retient son souffle avant une nouvelle vague de criquets