mis à jour le

8 mars: les Soudanaises veulent un meilleur statut

Elles avaient été à l'avant-garde de la contestation du régime du président Omar el-Béchir. Mais, onze mois après sa chute, des militantes soudanaises se disent déçues par le peu d'empressement des nouvelles autorités à améliorer le statut de la femme.

Et c'est pour crier haut et fort leur frustration que ces militantes ont appelé à manifester dimanche, à l'occasion de la Journée internationale des droits de la femme, devant le siège du ministère de la Justice à Khartoum.

"Rien de concret n'a été fait pour satisfaire aux revendications des femmes", a constaté avec amertume Zeineb Badreddine, dans sa modeste maison d'Omdourman, ville-jumelle de Khartoum, sur l'autre bord du Nil.

C'est à cette militante de la première heure qui a réintégré l'enseignement 30 ans après avoir été licenciée pour ses "idées progressistes" par le régime islamiste d'Omar el-Béchir, que reviendra l'honneur de conduire la manifestation.

Comme pour les marches contre le régime déchu, la protestation doit démarrer à 13H00 locales (11h00 GMT) et Mme Badreddine donnera le signal de départ avec un you you, cri strident que lancent les femmes en signe de joie ou pour galvaniser les foules.

Le premier grief fait par cette militante à la forte personnalité aux nouvelles autorités est la faible représentation des femmes.

Pourtant le Premier ministre Abdallah Hamdok, au pouvoir depuis six mois, a confié quatre des 17 postes ministériels à des femmes, dont celui régalien, des Affaires étrangères.

Une femme a été en outre nommée à la tête du pouvoir judiciaire et le Conseil souverain, la plus haute instance du pouvoir, est formé de cinq militaires, et de six civils, dont deux femmes.

- Faible représentation -

"Notre représentation ne dépasse pas les 22% (...) et si les femmes avaient eu une meilleure représentation, elles auraient eu plus de voix pour défendre leur cause", a affirmé Mme Badreddine.

En novembre 2019, les nouvelles autorités ont abrogé une loi sur l'ordre public visant les Soudanaises jugées coupables d'"actes indécents et immoraux", mais le reste de l'arsenal discriminant les femmes est resté en place et aucune législation nouvelle les protégeant n'a été mise à l'oeuvre.

Sous le régime islamiste, de nombreuses femmes ont été flagellées en public ou emprisonnées pour tenue jugée "indécente" ou pour consommation d'alcool en application de cette loi. 

Mme Badreddine a déploré notamment l'absence d'une loi criminalisant le harcèlement sexuel et la liberté laissé au juge de décider si une femme a été violée ou pas, ce qui peut conduire des fois à poursuivre des victimes d'actes de viol pour adultère.

Avocate et militante de la cause de la femme, Inaam Atiq, s'attarde sur la loi de statut personnel de 1991 pour en relever les nombreuses incohérences.

- Loi décriée -

"Cette loi est à l'origine de souffrances de milliers de femmes à travers le Soudan", a-t-elle déclaré.

Le texte, inspiré de la charia (loi islamique) permet entre autres, selon elle, de donner en mariage des filles de dix ans et ne prévoit pas le consentement de la femme dans les contrats de mariage.

"L'amendement de ce texte revêt un caractère urgent et cela peut se faire sans toucher aux principes de la charia", a-t-elle plaidé.

Une autre loi sur les passeports interdit aux femmes de voyager à l'étranger sans l'autorisation de leur tuteur mâle, une disposition qui a été abolie même dans l'Arabie saoudite ultra-conservatrice.

Les résultats des examens de l'ADN ne sont pas pris en compte par les tribunaux spécialisés dans les affaires de statut personnel.

Cela permet à de nombreux Soudanais de ne pas reconnaître leur progéniture, ce qui ajoute aux difficultés des femmes, souligne Me Atiq.

"On a besoin de mesures immédiates et je pense que le ministère de la Justice et le gouvernement comprennent la situation et je reste optimiste quant à la possibilité de franchir des pas dans la bonne direction", dit-elle.

En l'absence d'un Parlement, le gouvernement et le Conseil souverain peuvent légiférer.

Manal Abdelhalim, autre militante, est plus prudente.

Elle se dit étonnée des "voix, dont celles de certaines femmes, qui disent que la question (des droits de la femme) n'est pas prioritaire et peut attendre".

En formant son gouvernement, M. Hamdok s'est engagé à améliorer le sort des femmes, malgré les difficultés économiques et sociales que traverse le pays.

AFP

Ses derniers articles: Centrafrique: le président Touadéra annonce sa candidature  Génocide au Rwanda: Kabuga extrait de sa cellule "pour raisons médicales"  Difficile rentrée en Tunisie, entre crainte du virus et du décrochage 

statut

AFP

La CPI se cherche un nouveau souffle 20 ans après l'adoption du Statut de Rome

La CPI se cherche un nouveau souffle 20 ans après l'adoption du Statut de Rome

AFP

Haftar, l'homme fort de l'est libyen, veut réaffirmer son statut

Haftar, l'homme fort de l'est libyen, veut réaffirmer son statut

AFP

L'Afrique du Sud veut retirer son statut de résident

L'Afrique du Sud veut retirer son statut de résident