mis à jour le

Afrique du Sud: la police évacue des migrants qui veulent quitter le pays

La police sud-africaine a évacué dimanche plusieurs centaines de migrants au coeur d'un imbroglio juridique, qui campaient depuis quatre mois sur une place du centre de la très touristiques ville du Cap (sud-ouest).

Ces migrants venus d'autres pays africains sollicitent l'aide du Haut Commissariat des Nations unies aux réfugiés (HCR) pour quitter l'Afrique du Sud, où ils ne sentent pas en sécurité depuis une vague de violences xénophobes qui a fait au moins 12 morts et d'importants dégâts en septembre dernier.

Après avoir été expulsés des locaux du HCR au Cap, ils occupent depuis octobre une église et une place sur laquelle ils avaient installé un campement de tentes.

Sollicitée par la municipalité, la justice a ordonné le mois dernier leur expulsion.

Dimanche, la police a donc investi la place, procédé à l'expulsion des réfugiés et au démantèlement de leurs installations de fortune, ont constaté des journalistes de l'AFP.

"Nous ne sommes pas des animaux ! Nous ne sommes pas des cafards", "Dieu va vous punir pendant des générations", "où est la Nation arc-en-ciel ?", ont crié des migrants en colère.

Mais la plupart ont obtempéré sans incident majeur et évacué les lieux, au moins provisoirement.

"Nous n'avons aucun endroit où aller", s'est plainte Falone Manok, une mère de quatre enfants âgée de 28 ans venue de République démocratique du Congo (RDC).

"Je leur ai dit (au HCR) que je n'étais pas en sécurité ici en Afrique du Sud, que je voulais aller ailleurs", a-t-elle ajouté, "mais depuis j'attends".

"On ne peut pas laisser la situation perdurer car elle a un impact sur le commerce local", a justifié l'élu du Cap chargé de la sécurité, JP Smith. "Et on ne peut pas fournir de logement d'urgence (aux migrants) eu égard aux besoins non satisfaits des Sud-Africains en la matière", a-t-il ajouté.

L'Afrique du Sud accueille 268.000 réfugiés et demandeurs d'asile, selon le gouvernement. Ils viennent pour la plupart de Somalie, d'Ethiopie, du Zimbabwe, du Nigeria et de RDC.

Première puissance industrielle du continent, l'Afrique du Sud, qui accueille des millions de migrants, est le théâtre régulier de violences xénophobes, nourries par le fort taux de chômage (29%), la pauvreté et des inégalités criantes.

AFP

Ses derniers articles: Ethiopie: l'Amhara appelle ses habitants  Nigeria: 28 lycéens libérés par leurs ravisseurs dans le nord-ouest  Soudan du Sud: Jemma Nunu Kumba, première femme 

Afrique

AFP

"Juste du racisme": en Afrique du Sud, les violences nourrissent les vieilles rancoeurs

"Juste du racisme": en Afrique du Sud, les violences nourrissent les vieilles rancoeurs

AFP

Afrique du Sud: autorisation de sortie de prison exceptionnelle pour l'ex-président Zuma

Afrique du Sud: autorisation de sortie de prison exceptionnelle pour l'ex-président Zuma

AFP

Afrique du Sud: report au 10 août du procès de Jacob Zuma

Afrique du Sud: report au 10 août du procès de Jacob Zuma

migrants

AFP

En Tunisie, l'accueil des migrants malgré le marasme économique

En Tunisie, l'accueil des migrants malgré le marasme économique

AFP

Sous les ponts de Tripoli, l'avenir suspendu des travailleurs migrants

Sous les ponts de Tripoli, l'avenir suspendu des travailleurs migrants

AFP

Expulsés de Ceuta, des migrants toujours déterminés

Expulsés de Ceuta, des migrants toujours déterminés

pays

AFP

Afrique du Sud : violences et pillages en pays zoulou et

Afrique du Sud : violences et pillages en pays zoulou et

AFP

Afrique du Sud: violences sporadiques en pays zoulou et

Afrique du Sud: violences sporadiques en pays zoulou et

AFP

Réchauffement climatique: Madagascar, premier pays

Réchauffement climatique: Madagascar, premier pays