mis à jour le

RDC: enquêtes pour "élucider" la mort d'un haut-gradé tombé en disgrâce

Le président de la République démocratique du Congo et l'armée congolaise ont annoncé des enquêtes pour "élucider" les "circonstances" de la mort brutale vendredi d'un haut-gradé sous sanctions internationales, qui venait de tomber en disgrâce.

Chef d'état-major adjoint chargé du renseignement militaire, proche de l'ancien président Joseph Kabila, le général Delphin Kahimbi est décédé vendredi d'"une crise cardiaque", a expliqué son épouse à l'AFP.

Il venait dans les jours précédents d'être empêché de voyager, suspendu de ses fonctions et entendu par le Conseil national de sécurité (CNS), selon des sources concordantes.

"Tout en présentant ses condoléances à la famille et à l'armée, le chef de l'Etat a souhaité que les enquêtes soient rapidement menées afin de déterminer les circonstances exactes de sa mort", selon le compte-rendu du Conseil des ministres de vendredi.

Dans un message vidéo parvenu samedi à l'AFP, le haut commandement militaire a salué la mémoire de "l'un de ses valeureux officiers généraux".

"Toutes les dispositions sont prises pour élucider les circonstances de cette douloureuse perte. Une enquête est diligentée. Les conclusions de celle-ci feront l'objet d'une communication ultérieure", a déclaré un porte-parole militaire dans ce message vidéo.

Ce décès a suscité des rumeurs aussi inévitables qu'invérifiables (suicide, assassinat...).

Âgé de 50 ans, le général Kahimbi était l'une des douze personnalités congolaises toujours sous sanctions de l'Union européenne, pour atteintes aux droits de l'homme dans les dernières années du régime Kabila (2015-2018).

Resté en place après l'investiture de M. Tshisekedi, le général Kahimbi était accusé d'avoir mis en place "un système d'écoute des autorités", d'après une source militaire à l'AFP.

On lui reproche d'"avoir espionné Félix Tshisekedi", selon une source diplomatique.

Juste avant sa mort, les États-Unis - soutien affiché du nouveau président Tshisekedi - avaient publiquement salué jeudi sa destitution.

Investi en janvier 2019, ancienne figure de l'opposition, M. Tshisekedi gouverne la RDC en coalition avec son prédécesseur Kabila, dont les partisans sont majoritaires au Parlement et dans les autres institutions du pays.

Plusieurs personnalités très influentes à l'époque du président Kabila ont cependant été mises à l'écart et affaiblies ces derniers mois.

AFP

Ses derniers articles: L'exemplaire présidentielle au Malawi inspirera-t-elle d'autres pays africains ?  L'Algérie attend des excuses de la France pour son passé colonial  Le meurtre d'un chanteur vedette, révélateur des tensions ethniques en Ethiopie 

Disgrace

AFP

RDC: le général tombé en disgrâce est mort par "pendaison" (président)

RDC: le général tombé en disgrâce est mort par "pendaison" (président)

AFP

Anniversaire discret pour l'ancien président Mugabe tombé en disgrâce

Anniversaire discret pour l'ancien président Mugabe tombé en disgrâce

AFP

Soudan du Sud: retour en fonctions d'un cadre du parti au pouvoir en disgrâce

Soudan du Sud: retour en fonctions d'un cadre du parti au pouvoir en disgrâce

enquêtes

AFP

Affaire Ntaganda: Mukwege encourage la CPI

Affaire Ntaganda: Mukwege encourage la CPI

AFP

Enquêtes anticorruption en Algérie: l'ex-Premier ministre Ouyahia écroué

Enquêtes anticorruption en Algérie: l'ex-Premier ministre Ouyahia écroué

AFP

Génocide rwandais: les enquêtes françaises, longues et sous tension

Génocide rwandais: les enquêtes françaises, longues et sous tension

mort

AFP

Botswana: mort mystérieuse d'au moins 275 éléphants

Botswana: mort mystérieuse d'au moins 275 éléphants

AFP

Burundi: vers une investiture rapide du président élu après la mort de Nkurunziza

Burundi: vers une investiture rapide du président élu après la mort de Nkurunziza

AFP

Après la mort du président Nkurunziza, le Burundi en quête d'une transition

Après la mort du président Nkurunziza, le Burundi en quête d'une transition