mis à jour le

RDC: décès d'un haut responsable sécuritaire sous sanctions internationales (famille, sources sécuritaires)

Le chef du renseignement militaire de la République démocratique du Congo, Delphin Kahimbi, nommé à l'époque de l'ex-président Joseph Kabila, est décédé vendredi, a appris l'AFP auprès de son épouse, alors que, selon  plusieurs sources, il venait tout juste d'être démis de ses fonctions.

M. Kahimbi, dont l'âge n'a pas été précisé, est décédé "d'une crise cardiaque" à son domicile, a indiqué à l'AFP son épouse jointe par téléphone dans un hôpital de Kinshasa. Son décès a été confirmé par des sources militaires jointes par l'AFP. 

M. Kahimbi était un des officiels congolais sous sanction de l'Union européenne (UE). L'annonce de son décès intervient alors que l'ambassadeur des Etats-Unis à Kinshasa s'était félicité jeudi de l'annonce, par des médias congolais, de sa suspension et de son remplacement. 

Cette suspension n'avait pas été formellement confirmée par les autorités congolaises, extrêmement discrètes voire gênées. Interrogée par l'AFP, une source gouvernementale a renvoyé vendredi au Conseil des ministres prévu dans la journée.

M. Kahimbi faisait partie des douze officiels congolais toujours sous sanctions de l'UE pour des atteintes aux droits de l'homme et entrave aux élections dans les dernières années du régime Kabila (2015-2018).

Même non confirmée, sa suspension avait été largement commentée.

"Comme nous l'avons déclaré constamment, ceux qui sont corrompus, commettent des violations des droits de l'homme ou qui perturbent le processus démocratique doivent être tenus pour responsables", a tweeté jeudi l'ambassadeur américain Mike Hammer, en reproduisant un article de politico.cd annonçant la suspension de M. Kahimbi.

Cette suspension est une "opportunité importante pour la justice", avait réagi jeudi sur Twitter la responsable adjointe pour l'Afrique de Human Right Watch.

"Nous exigeons la transparence totale de la part des autorités sur les faits ou soupçons pour lesquels le Général Delphin Kahimbi aurait été suspendu ainsi que sur d'éventuelles poursuites pénales ouvertes à son encontre", avait indiqué le mouvement citoyen congolais Lutte pour le changement.

M. Kahimbi avait été entendu par le Conseil national de sécurité (CNS) ces derniers jours, avaient rapporté plusieurs médias congolais.

Il aurait été empêché de voyager la semaine dernière pour l'Afrique du Sud par les autorités douanières.

Plusieurs officiels sous sanctions internationales, tout-puissants à l'époque du régime Kabila, ont été très affaiblis depuis l'investiture du président Félix Tshisekedi en janvier 2019.

L'ancien patron des renseignements civils, Kalev Mutond, a été démis de ses fonctions dès mars 2019.

Il y a quelques semaines, il a été interpellé à sa descente d'avion de retour de l'étranger, officiellement pour avoir voyagé avec un passeport diplomatique, ce dont il n'a plus le droit.

L'ex-ministre de l'Intérieur et actuel chef du parti de M. Kabila, Emmanuel Ramazani Shadary, avait été empêché de voyager vers le Burundi fin janvier.

Enfin, l'homme d'affaires Albert Yuma serait retenu à Kinshasa pour les besoins d'une enquête sur un prêt consenti à son entreprise, la Gécamines, par l'homme d'affaires israélien sous sanctions américaine Dan Gertler.

AFP

Ses derniers articles: Mali: la communauté internationale demande la libération des leaders de la contestation  Dans le Mara au Kenya, le Covid-19 siphonne les revenus des Masaï  Nuit de violences 

décès

AFP

Côte d'Ivoire: décès d'Amadou Gon Coulibaly

Côte d'Ivoire: décès d'Amadou Gon Coulibaly

AFP

Covid-19: décès de l'actrice égyptienne Ragaa al-Guiddawi

Covid-19: décès de l'actrice égyptienne Ragaa al-Guiddawi

AFP

Burundi: réunion extraordinaire du conseil des ministres après le décès de Pierre Nkurunziza

Burundi: réunion extraordinaire du conseil des ministres après le décès de Pierre Nkurunziza

sanctions

AFP

Le coronavirus, "punition" divine pour les sanctions imposées au Zimbabwe, selon une ministre

Le coronavirus, "punition" divine pour les sanctions imposées au Zimbabwe, selon une ministre

AFP

RDC: l'UE maintient ses sanctions sauf pour deux officiels

RDC: l'UE maintient ses sanctions sauf pour deux officiels

AFP

Contestation en Algérie: des salariés de la TV publique dénoncent des sanctions

Contestation en Algérie: des salariés de la TV publique dénoncent des sanctions