mis à jour le

Tunisie: vote de confiance attendu pour le nouveau gouvernement

Le Parlement tunisien devrait accorder mercredi, sauf coup de théâtre, sa confiance au nouveau gouvernement, qui a été formé après quatre mois d'intenses négociations et doit s'atteler à d'importants dossiers socio-économiques en suspens.

Dans le cas contraire, un second rejet après l'échec d'un premier cabinet en janvier ouvrirait la porte à la dissolution de l'Assemblée des représentants du peuple (ARP) élue le 6 octobre et à des élections anticipées.

A l'ouverture de la plénière devant 180 députés sur un total de 217 élus, le Premier ministre désigné Elyes Fakhfakh a affirmé que son gouvernement ambitionnait de "réaliser l'intérêt suprême de la Tunisie".

Et de lister les priorités de son équipe: la lutte contre les actes criminels et terroristes, contre la hausse des prix, la pauvreté, la corruption, ainsi que la relance de l'économie et la création d'emplois.

- "Très fortes chances" -

Rétablir un climat politique sain, renforcer le rôle de l'Etat et poursuivre la mise en place des institutions démocratiques manquantes figurent également dans son programme, a-t-il dit.

La parole étant donnée à des dizaines de députés, le vote de confiance devrait intervenir dans la nuit de mercredi à jeudi.  

Le gouvernement est composé de 15 membres appartenant à des partis politiques et 17 autres présentés comme des personnalités indépendantes qui se voient confier notamment les ministères régaliens.

Plus grande force au Parlement, le parti d'inspiration islamiste Ennahdha (54 députés) a obtenu six ministères. 

Même s'il n'a pas décroché les ministères qu'il convoitait, Ennahdha a affirmé dans un communiqué mardi soir qu'il voterait en faveur de ce cabinet.

D'autres blocs parlementaires comme le Courant démocrate (22 sièges) et le Mouvement du peuple (16 sièges) ont manifesté également leur soutien au gouvernement qui doit obtenir la majorité absolue de 109 voix, au sein d'une Assemblée particulièrement morcelée. 

La parti libéral Qalb Tounes (38 sièges, deux force dans l'ARP), de l'homme d'affaire Nabil Karoui, n'a pas été sollicité pour faire partie de ce gouvernement, et se pose ainsi dans l'opposition.

Mais, a-t-il fait savoir mardi après une réunion de son bureau, s'il y avait un risque que le gouvernement n'obtienne pas la majorité des voix et donc que l'assemblée soit dissoute, il déciderait alors d'approuver l'équipe de M. Fakhfakh.

Ce vote intervient après un accord de dernière minute le 19 février entre le président tunisien Kais Saied et Ennahdha.

"Sauf grosse surprise, le gouvernement Fakhfakh a de très fortes chances d'obtenir le vote de confiance de l'ARP", avance mercredi le journal francophone Le Quotidien.

Dans ce gouvernement qui ne compte que six femmes, les ministères de la Justice et de l'Intérieur, très convoités, ont été confiés respectivement à une juge présentée comme indépendante, Thouraya Jeribi, et à un ancien cadre ministériel récemment nommé conseiller juridique de la présidence, Hichem Mechichi. 

- Quelle marge de manoeuvre ? -

La Défense revient à l'ancien dirigeant de l'Instance nationale d'accès à l'information (Inai), Imed Hazgui, et les Affaires étrangères à un ancien ambassadeur à Oman, Noureddine Erraï.

En janvier, un précédent gouvernement constitué sous la houlette d'Ennahdha avait échoué à obtenir la confiance des députés.

La Tunisie est donc gérée depuis plus de quatre mois par le gouvernement sortant, alimentant un attentisme qui ralentit la vie publique et économique du pays.

Le nouveau gouvernement devra notamment relancer les discussions avec les bailleurs de fonds, à commencer par le Fonds monétaire international, dont le programme entamé en 2016 s'achève en avril/mai 2020. 

"La question qui se pose maintenant, c'est la marge du man½uvre accordée à ce gouvernement, qui permettra de mesurer son efficacité", a souligné le politologue Selim Kharrat, de l'ONG Bawsala, observatoire de la vie publique.

Quant aux Tunisiens, neuf ans après avoir chassé le dictateur Zine el Abidine Ben Ali lors du Printemps arabe, ils attendent toujours un gouvernement démocratique à même de s'attaquer aux nombreux maux socio-économiques qui rongent leur pays.

"La patience a ses limites et tout le monde attend au tournant le nouveau gouvernement avec cette grogne qui risque de s'amplifier", écrit dans son éditorial Le Temps.

Et "plombé par des dissensions idéologiques entre les membres de son équipe et une opposition qui l'attend de pied ferme, Elyes Fakhfakh aura certainement bien du mal à mettre en pratique son programme", estime ce quotidien francophone.

AFP

Ses derniers articles: L'Ocean Viking va débarquer 180 migrants en Sicile, dans une joie douce-amère  Sur l'Ocean Viking, vague d'espoir après la tempête  Covid-19: décès de l'actrice égyptienne Ragaa al-Guiddawi 

confiance

AFP

Tunisie: le Parlement refuse sa confiance au nouveau gouvernement

Tunisie: le Parlement refuse sa confiance au nouveau gouvernement

AFP

Le nouveau gouvernement tunisien suspendu

Le nouveau gouvernement tunisien suspendu

AFP

Mauritanie: l'opposition dénonce un "état de siège", le pouvoir appelle

Mauritanie: l'opposition dénonce un "état de siège", le pouvoir appelle

gouvernement

AFP

Burundi: revirement du gouvernement sur le Covid, "le plus grand ennemi"

Burundi: revirement du gouvernement sur le Covid, "le plus grand ennemi"

AFP

Niger: le ministre de l'Intérieur quitte le gouvernement pour préparer la présidentielle

Niger: le ministre de l'Intérieur quitte le gouvernement pour préparer la présidentielle

AFP

Burundi: un nouveau gouvernement dominé par les durs du régime

Burundi: un nouveau gouvernement dominé par les durs du régime

nouveau

AFP

Coronavirus/Maroc: nouveau record de contaminations, une ville placée en quarantaine

Coronavirus/Maroc: nouveau record de contaminations, une ville placée en quarantaine

AFP

Sitôt élu, le nouveau président du Malawi s'attaque

Sitôt élu, le nouveau président du Malawi s'attaque

AFP

Malawi: le nouveau président nomme ses premiers ministres

Malawi: le nouveau président nomme ses premiers ministres