mis à jour le

En Afrique du Sud, un projet de budget acrobatique sur fond de crise

Le ministre sud-africain des Finances Tito Mboweni dévoile mercredi après-midi devant le Parlement du Cap (sud-ouest) un projet de budget annuel aux allures de quadrature du cercle dans une économie au bord du précipice financier.

Croissance molle, détérioration des finances publiques, chômage de masse (30%) et, plus récemment, pannes d'électricité à répétition, la liste des plaies qui affectent le pays le plus industrialisé du continent est longue.

Le président Cyril Ramaphosa a lui-même reconnu sans détour la gravité de la situation la semaine dernière.

La dette publique "atteint des niveaux insoutenables" et "l'économie n'a pas renoué avec une croissance significative depuis une décennie", a-t-il déploré devant les parlementaires lors de son discours annuel sur l'état de la Nation.

Deux ans après le départ anticipé de son prédécesseur Jacob Zuma pour cause de scandales de corruption à répétition, le bilan dressé par M. Ramaphosa sonne comme un constat d'échec.

En prenant les rênes du pays en février 2018, l'ex-syndicaliste des heures sombres de l'apartheid reconverti en capitaine d'industrie s'était pourtant fait fort de relancer le pays en y faisant revenir les investisseurs étrangers.

Sans succès jusque-là. Le produit national brut (PNB) sud-africain n'a pas dépassé 1,3% ces cinq dernières années et devrait péniblement s'établir à 0,5% en 2019.

"Le gouvernement reste incapable d'imposer politiquement les réformes drastiques qu'il a promises", note Darias Jonker, du centre d'analyse Eurasia Group. Il s'est montré "incapable de réduire les déficits", renchérit l'économiste en chef de l'Old Mutual Investment Group, Johann Els.

Dans ce climat, le discours de Tito Mboweni à partir de 12h00 GMT sera observé à la loupe.

"C'est maintenant ou jamais", juge M. Els.

- Dégradation annoncée -

Avec une dette publique proche de 60% du PNB, sa marge de manoeuvre s'annonce des plus limitées.

Le ministre des Finances se sait en outre sous la menace d'une dégradation de la note financière de l'Afrique du Sud par l'agence Moody's, la seule des trois grandes à ne pas l'avoir encore dégradée au rang d'investissement spéculatif.

Fitch and S&P l'ont reléguée dans cette catégorie dès 2017.

"Nous ne sommes plus très loin d'une dégradation de Moody's. Si nous ne stabilisons pas le déficit et ne contrôlons pas nos dépenses, ils n'hésiteront pas à le faire", avertit Johann Els.

Une telle sanction pourrait causer un exode des investisseurs et accroître la pression sur la devise locale, le rand.

De l'avis de tous les analystes, les mauvaises performances de l'économie sud-africaine sont largement imputables à sa mauvaise gestion, ainsi que l'illustre la situation financière inquiétante des entreprises publiques du pays.

L'Etat est contraint de renflouer régulièrement les caisses des deux plus emblématique d'entre elles, le géant de l'électricité Eskom et la compagnie South African Airways. Les difficultés du premier ont même convaincu la Banque mondiale d'abaisser sous les 1% sa prévision de croissance pour 2020.

"Le gouvernement doit s'éloigner au plus vite de la culture des dépenses de consommation pour privilégier les investissements dans les infrastructures", recommande Azar Jammine, l'économiste en chef du consultant Econometrix.

L'opposition, elle, agite déjà la menace d'une "crise fiscale".

"L'insuffisance de la croissance exclut de nouveaux impôts pour accroître les recettes", a estimé le député Geordin Hill-Lewis, en charge des Finances au sein de l'Alliande démocratique (DA).

Le ministre "doit présenter un plan crédible pour stabiliser la dette nationale et contenir le déficit budgétaire", a-t-il ajouté.

AFP

Ses derniers articles: Cacao: les planteurs ivoiriens menacent de "boycott" les multinationales du chocolat  La Namibie frappée de sécheresse met en vente 170 éléphants  François Bozizé, putschiste récidiviste et sulfureux ou "homme de paix" ? 

Afrique

AFP

Afrique du Sud: Jacob Zuma, toujours populaire malgré les scandales

Afrique du Sud: Jacob Zuma, toujours populaire malgré les scandales

AFP

Afrique du Sud: le juge anti-corruption veut une enquête de police sur Zuma

Afrique du Sud: le juge anti-corruption veut une enquête de police sur Zuma

AFP

Afrique du Sud: Zuma réclame "un juge impartial" anti-corruption

Afrique du Sud: Zuma réclame "un juge impartial" anti-corruption

budget

AFP

RDC: un budget "réaliste"

RDC: un budget "réaliste"

AFP

Nigeria: le président Buhari approuve un budget très ambitieux

Nigeria: le président Buhari approuve un budget très ambitieux

AFP

Une étude sur le budget des campagnes électorales sème le trouble

Une étude sur le budget des campagnes électorales sème le trouble

crise

AFP

Crise politique en RDC: la Garde républicaine invitée

Crise politique en RDC: la Garde républicaine invitée

AFP

Libye: l'ex-émissaire de l'ONU Ghassan Salamé "optimiste" sur une sortie de crise

Libye: l'ex-émissaire de l'ONU Ghassan Salamé "optimiste" sur une sortie de crise

AFP

Crise et "consultation" politique en RDC: quelles issues possibles?

Crise et "consultation" politique en RDC: quelles issues possibles?