mis à jour le

Cameroun: la présidence rejette des "propos surprenants" d'Emmanuel Macron

La présidence camerounaise s'est offusquée lundi soir des "propos surprenants" du chef d'Etat français Emmanuel Macron, qui a promis samedi de mettre la "pression" sur son homologue camerounais Paul Biya.

"La présidence de la République du Cameroun rejette (...) les propos surprenants du président de la République française", a écrit son secrétaire général, Ferdinand Ngoh Ngoh, dans un communiqué.

Le président camerounais "est comptable de son action devant le seul peuple camerounais souverain et non devant un dirigeant étranger, fut-ce un ami", a-t-il assuré, indiquant que pour accomplir sa mission, le chef de l'Etat camerounais "n'a pas besoin, pour ce faire, de pression extérieure". 

Samedi, M. Macron avait promis à un activiste camerounais qui l'avait interpellé à Paris, en marge d'une visite au Salon de l'agriculture, de mettre "le maximum de pression" sur M. Biya pour que cessent "des violences au Cameroun qui sont intolérables".

Le 14 février peu avant l'aube, des hommes armés - 40 à 50 portant tous des uniformes de l'armée et certains masqués, selon des témoignages recueillis par des travailleurs humanitaires contactés par l'AFP - ont attaqué le quartier de Ngarbuh, dans le village de Ntumbo, puis ont tué par balle et brûlé des habitants.

Selon l'ONU, qui a demandé une enquête indépendante et impartiale, 15 enfants dont neuf âgés de moins de cinq ans, font partie des 23 victimes, dans la partie anglophone du pays.

L'armée camerounaise qui évoque "cinq victimes" a assuré que le drame était le résultat d'un "malheureux accident", après l'explosion de plusieurs contenants de carburant au cours d'échanges de tirs entre forces de sécurité et rebelles sécessionnistes.

Depuis 2017, le conflit dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest peuplées principalement par la minorité anglophone camerounaise a déjà fait plus de 3.000 morts et 700.000 déplacés.

L'armée camerounaise comme les séparatistes armés sont accusés par des ONG internationales de défense des droits humains d'exactions contre des civils dans ces deux régions.

AFP

Ses derniers articles: Mali: la communauté internationale demande la libération des leaders de la contestation  Dans le Mara au Kenya, le Covid-19 siphonne les revenus des Masaï  Nuit de violences 

présidence

AFP

Lazarus Chakwera, de la prêtrise

Lazarus Chakwera, de la prêtrise

AFP

Le ministre malien des Affaires étrangères "a désavoué" les propos de son ambassadeur, selon la présidence du Sénat

Le ministre malien des Affaires étrangères "a désavoué" les propos de son ambassadeur, selon la présidence du Sénat

AFP

A la présidence du Liberia depuis deux ans, Weah a déçu

A la présidence du Liberia depuis deux ans, Weah a déçu