mis à jour le

Cameroun: des centaines de jeunes manifestent devant l'ambassade de France contre des propos de Macron

Des centaines de jeunes Camerounais ont manifesté dans le calme lundi devant l'ambassade de France à Yaoundé, s'indignant de propos du président français Emmanuel Macron, qui a promis samedi de mettre la "pression" à son homologue camerounais Paul Biya, a constaté un journaliste de l'AFP.

Entre 400 et 600 jeunes, selon une estimation de la police et de la gendarmerie, s'étaient mobilisés à l'entrée de l'ambassade de France, chantant et dansant à la gloire de M. Biya, tout en s'insurgeant contre l'attitude de M. Macron.

De nombreux gendarmes et policiers étaient également présents pour éviter tout débordement, et la foule s'est dispersée vers 14H00 (13H00 GMT), selon un journaliste de l'AFP présent sur place.

La plupart des manifestants portaient des drapeaux du Cameroun tandis que d'autres brandissaient des pancartes hostiles au président français.

"M. Macron, le Cameroun n'est pas un Dom-Tom" (départements et territoires français d'Outre-Mer), "M. Macron mêle-toi de tes oignons", pouvait-on lire sur certaines pancartes.

"Nous sommes ici pour riposter aux propos de Macron parce qu'il a manqué de respect à notre patriarche (Paul Biya)", a expliqué un manifestant, Souley Aboubakar, président d'une des associations des jeunes partisans de M. Biya, à l'origine de ce rassemblement.

"Il (M. Macron) est un président de la République. Il doit être respecté, mais il doit respecter notre président", a-t-il ajouté. "Nous ne sommes pas une province de la France. Le Cameroun est un Etat souverain, indépendant depuis 1960", a-t-il poursuivi, invitant M. Macron à présenter "des excuses".

Samedi, M. Macron avait promis à un activiste camerounais qui l'avait interpellé à Paris, en marge d'une visite au Salon de l'agriculture, de mettre "le maximum de pression" sur M. Biya pour que cessent "des violences au Cameroun qui sont intolérables".

Le 14 février peu avant l'aube, des hommes armés - 40 à 50 portant tous des uniformes de l'armée et certains masqués, selon des témoignages recueillis par des travailleurs humanitaires contactés par l'AFP - ont attaqué le quartier de Ngarbuh, dans le village de Ntumbo, puis ont tué par balle et brûlé des habitants.

Selon l'ONU, qui a demandé une enquête indépendante et impartiale, 15 enfants dont neuf âgés de moins de cinq ans, font partie des 23 victimes, dans la partie anglophone du pays.

L'armée camerounaise qui évoque "cinq victimes" a assuré que le drame était le résultat d'un "malheureux accident", après l'explosion de plusieurs contenants de carburant au cours d'échanges de tirs entre forces de sécurité et rebelles sécessionnistes.

Depuis 2017, le conflit dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest peuplées principalement par la minorité anglophone camerounaise a déjà fait plus de 3.000 morts et 700.000 déplacés.

L'armée camerounaise comme les séparatistes armés sont accusés par des ONG internationales de défense des droits humains d'exactions contre des civils dans ces deux régions.

Sollicitée, l'ambassade de France n'a pas réagi.

AFP

Ses derniers articles: Difficile rentrée en Tunisie, entre crainte du virus et du décrochage  Coronavirus: des Libyens partagés entre peur et indifférence  Nioro du Sahel, berceau d'une influente branche de l'islam soufi en Afrique de l'Ouest 

France

AFP

Français tués au Niger: l'enquête en France confiée

Français tués au Niger: l'enquête en France confiée

AFP

Congo: l'ex-président Pascal Lissouba décédé en France

Congo: l'ex-président Pascal Lissouba décédé en France

AFP

60 ans après l'indépendance du Gabon, la France

60 ans après l'indépendance du Gabon, la France

jeunes

AFP

La France "porte le deuil" des six jeunes humanitaires tués au Niger

La France "porte le deuil" des six jeunes humanitaires tués au Niger

AFP

Mali: les jeunes opposants appellent

Mali: les jeunes opposants appellent

AFP

Ne pas jeûner, un défi de plus durant le confinement pour de jeunes Tunisiens

Ne pas jeûner, un défi de plus durant le confinement pour de jeunes Tunisiens