mis à jour le

Soudan du Sud: la voie de la paix reste pavée d'obstacles

Le président sud-soudanais, Salva Kiir, et son vieux rival Riek Machar partagent à nouveau tant bien que mal le pouvoir, mais la marche vers la paix sera encore longue et périlleuse pour leur pays, après six années d'une guerre civile destructrice.

Chef de la principale rébellion au Soudan du Sud, M. Machar est redevenu samedi vice-président, pour la troisième fois depuis l'indépendance en 2011 et conformément à un accord de paix conclu en 2018.

Il a donné l'accolade à M. Kiir, auquel l'oppose pourtant une inimitié viscérale à l'origine de tous les maux récents de leur pays, et qui a pour sa part proclamé "la fin officielle de la guerre".

"C'est une étape cruciale, mais ce n'en est qu'une dans le très long parcours qui attend le Soudan du Sud pour sortir du conflit", souligne pour l'AFP Alan Boswell, expert auprès de l'International Crisis Group (ICG).

"Les Sud-Soudanais restent très sceptiques quant aux chances de voir ces deux dirigeants travailler ensemble et non l'un contre l'autre", ajoute-t-il.

L'annonce jeudi d'un accord sur la formation d'un gouvernement d'union nationale n'est intervenue que sous forte pression internationale et à quelques heures de la date butoir fixée au 22 février, après le report des deux échéances précédentes.

Pour y parvenir, les deux leaders ont dû se résoudre à des concessions de dernière minute, saluées par les partenaires internationaux.

La proposition de M. Kiir de revenir à un système fédéral de 10 États, au lieu de 32, a ainsi contribué à débloquer la situation. Même si son choix d'y ajouter trois "zones administratives" (Ruweng, Pibor et Abyei), dans des régions pétrolières, a été initialement mal accueilli par M. Machar.

- De nombreux motifs de dissension -

Et ce dernier a en retour pris le risque de sacrifier à sa sécurité personnelle, en acceptant qu'elle soit confiée aux troupes présidentielles.

Mais les motifs de dissension restent nombreux. Les deux camps continuent par exemple à maintenir leurs propres forces armées, le projet de créer une armée nationale unifiée forte de 83.000 hommes n'ayant guère avancé.

"C'est la confusion totale pour ce qui est des dispositions sécuritaires", observe M. Boswell. "Les deux camps gardent l'essentiel de leurs forces en réserve et ils ont recruté abondamment pour garnir leurs rangs".

La situation pourrait dès lors facilement "échapper à tout contrôle", met en garde l'analyste.

Pour Luuk van der Vondervoort, chercheur au European institute of peace, la question est avant tout de savoir s'il y aura "un véritable partage du pouvoir", car "la dernière fois, ça n'avait pas été le cas".

Le Soudan du Sud a sombré dans la guerre civile en décembre 2013 lorsque M. Kiir, un Dinka, a accusé M. Machar, son ex-vice-président, membre de l'ethnie nuer, de fomenter un coup d'État.

Le conflit, marqué par des atrocités, dont des meurtres et des viols, a fait en six ans plus de 380.000 morts et provoqué une crise humanitaire catastrophique.

- La reconstruction prendra "des générations" -

Un précédent accord de paix avait permis la nomination de M. Machar comme vice-président en 2016. Mais l'expérience n'avait duré que quelques semaines et s'était soldée par d'intenses combats entre ses troupes et celles de M. Kiir à Juba.

Pour M. Van der Vondervoort, il revient à la communauté internationale de maintenir l'impulsion. "Il faut avoir conscience que derrière toutes les images publiques et la rhétorique de la réconciliation, derrière les accolades et les sourires, cet accord n'a été rendu possible que par la pression continue de la région et des États-Unis".

Cinq postes de vice-présidents ont été attribués, dont celui de premier vice-président confié à M. Machar, et les négociations se poursuivent pour la composition du gouvernement.

Certains observateurs veulent voir une lueur d'espoir dans l'apparente volonté de M. Kiir et Machar de faire des compromis.

"Pour l'instant, nous ne savons pas ce qui se passera car (M. Machar) n'a pas encore pris ses fonctions (...). Mais s'ils continuent à faire des compromis, alors nous verrons de bonnes choses se passer dans ce pays", estime Abraham Kuol Nyoun, professeur en sciences politiques à l'université de Juba.

La guerre civile a contraint plus de quatre millions de personnes à fuir leur foyer. Et, à l'écart des marchandages politiques, quelque 190.000 personnes continuent à vivre dans des camps placés sous protection de l'ONU, trop apeurés pour rentrer chez eux.

Des villes et villages entiers ont été détruits par ce brutal conflit ethnique et pour M. Boswell la reconstruction du pays prendra "des générations".

"Recréer une identité nationale et favoriser le pardon national prendra beaucoup, beaucoup de temps", ajoute-t-il, remarquant que neuf ans après l'indépendance les leaders sud-soudanais doivent encore convaincre leur peuple que le "Soudan du Sud peut être viable et aller de l'avant".

AFP

Ses derniers articles: Méditerranée: une ONG en quête d'un port d'accueil pour 150 migrants  Kenya: des confinés dénoncent une quarantaine au faux air de prison  RDC: six morts dans une attaque des miliciens ADF dans une région isolée 

paix

AFP

Au pied de la basilique de Yamoussoukro: les énormes mains de Saype, symboles de solidarité et de paix

Au pied de la basilique de Yamoussoukro: les énormes mains de Saype, symboles de solidarité et de paix

AFP

Poursuite des violences au Soudan du Sud malgré la paix sur le papier

Poursuite des violences au Soudan du Sud malgré la paix sur le papier

AFP

Soudan du Sud: la paix n'a pas encore apaisé la faim

Soudan du Sud: la paix n'a pas encore apaisé la faim

Soudan

AFP

Coronavirus: frontières fermées et état d'urgence sanitaire au Soudan

Coronavirus: frontières fermées et état d'urgence sanitaire au Soudan

AFP

L'économie du Soudan peine

L'économie du Soudan peine

AFP

Soudan du Sud: le rebelle Riek Machar redevient vice-président, espoirs de paix relancés

Soudan du Sud: le rebelle Riek Machar redevient vice-président, espoirs de paix relancés