mis à jour le

Algérie: le jour du début de la contestation décrété "Journée nationale"

Le jour du début en Algérie de la contestation contre le pouvoir a été décrété "Journée nationale" par le président Abdelmadjid Tebboune, à l'occasion du premier anniversaire de ce mouvement populaire inédit déclenché le 22 février 2019.

La présidence a annoncé, dans un communiqué cité par la télévision d'Etat, que "M. Tebboune a décrété mercredi (...) le 22 février de chaque année 'Journée nationale' de la fraternité et de la cohésion entre le peuple et son armée".

Le 22 février 2019, des millions d'Algériens sont descendus dans les rues de toutes les grandes villes du pays pour exprimer leur rejet d'un 5e mandat de l'ex-président Abdelaziz Bouteflika.

Ce mouvement populaire -ou "Hirak"- a obtenu la démission de M. Bouteflika début avril 2019, mais  continue de réclamer une véritable rupture avec le système politique en place depuis l'indépendance du pays en 1962.

Ancien cadre de la présidence Bouteflika et pur produit du "système", M. Tebboune qui s'efforce de s'attirer les bonnes grâces de la contestation, a été élu le 12 décembre dernier lors d'un scrutin boycotté par la majorité des Algériens.

"Le décret présidentiel stipule que la journée du 22 février immortalisera le sursaut historique du peuple et sera célébrée dans l'ensemble du territoire national, à travers des manifestations et des activités à même de renforcer les liens de fraternité et de cohésion nationales", selon le communiqué.

AFP

Ses derniers articles: Corruption: le TAS réduit la suspension de Siasia, ex-entraîneur du Nigeria  Nouveau sommet international  L'Ethiopie sous Abiy Ahmed: des réformes et la tourmente 

contestation

AFP

La suspension de Twitter prive les Nigérians de leur principal outil de contestation

La suspension de Twitter prive les Nigérians de leur principal outil de contestation

AFP

Exception africaine, le Cap-Vert élit ses députés sans drame ni contestation

Exception africaine, le Cap-Vert élit ses députés sans drame ni contestation

AFP

Le ras-le-bol des étudiants sénégalais, piliers de la contestation

Le ras-le-bol des étudiants sénégalais, piliers de la contestation