mis à jour le

Algérie: le jour du début de la contestation décrété "Journée nationale"

Le jour du début en Algérie de la contestation contre le pouvoir a été décrété "Journée nationale" par le président Abdelmadjid Tebboune, à l'occasion du premier anniversaire de ce mouvement populaire inédit déclenché le 22 février 2019.

La présidence a annoncé, dans un communiqué cité par la télévision d'Etat, que "M. Tebboune a décrété mercredi (...) le 22 février de chaque année 'Journée nationale' de la fraternité et de la cohésion entre le peuple et son armée".

Le 22 février 2019, des millions d'Algériens sont descendus dans les rues de toutes les grandes villes du pays pour exprimer leur rejet d'un 5e mandat de l'ex-président Abdelaziz Bouteflika.

Ce mouvement populaire -ou "Hirak"- a obtenu la démission de M. Bouteflika début avril 2019, mais  continue de réclamer une véritable rupture avec le système politique en place depuis l'indépendance du pays en 1962.

Ancien cadre de la présidence Bouteflika et pur produit du "système", M. Tebboune qui s'efforce de s'attirer les bonnes grâces de la contestation, a été élu le 12 décembre dernier lors d'un scrutin boycotté par la majorité des Algériens.

"Le décret présidentiel stipule que la journée du 22 février immortalisera le sursaut historique du peuple et sera célébrée dans l'ensemble du territoire national, à travers des manifestations et des activités à même de renforcer les liens de fraternité et de cohésion nationales", selon le communiqué.

AFP

Ses derniers articles: Soudan: la seconde vie du camp de réfugiés d'Oum Raquba  Togo: deux représentants de l'opposition arrêtés, leur mouvement dénonce des "intimidations"  Nigeria: au moins 110 morts dans une attaque jihadiste, "la plus violente de l'année" 

contestation

AFP

Mali: la contestation grandit contre l'emprise des militaires sur la transition

Mali: la contestation grandit contre l'emprise des militaires sur la transition

AFP

Nigeria: la contestation gronde toujours, Lagos paralysée par les manifestants

Nigeria: la contestation gronde toujours, Lagos paralysée par les manifestants

AFP

Nigeria: montée de la contestation contre les violences policières

Nigeria: montée de la contestation contre les violences policières