mis à jour le

Il y a un an, une contestation inattendue submerge l'Algérie

Le vendredi 22 février 2019, soudain et inattendu dans une Algérie réputée résignée, surgissait le "Hirak", mouvement de contestation inédit, toujours vivant et désormais incontournable, mais confronté à de nombreux défis au moment de souffler sa 1ère bougie.

Moins de six semaines après, les manifestants, chaque vendredi plus nombreux, ont obtenu le départ du président Abdelaziz Bouteflika, au pouvoir depuis 20 ans, et la chute de son clan. Mais un an après, le "système" politique rejeté par les protestataires est toujours là.

L'armée a repris la main et un ancien fidèle de M. Bouteflika lui a succédé à la présidence en décembre, après une élection boudée par la majorité des électeurs mais que la contestation n'a pas réussi à empêcher.

"Avec l'élection présidentielle, on est passé à l'Acte II, avec tout le spectre d'improbabilité, d'incertitude et d'instabilité" que cela comporte, explique à l'AFP l'historienne Karima Dirèche, spécialiste du Maghreb contemporain. "Ca rejoint ce que les Algériens disent depuis un an: +Tout bouge et rien ne change+".

Mais si un an de manifestations hebdomadaires n'ont pas eu raison du "système", le "Hirak" a profondément modifié la donne politique.

- "Prise de conscience" -

Départ de Bouteflika, incarcération d'apparatchiks et hommes d'affaires corrompus, "il y a eu quelques résultats tangibles même si la demande principale de changement du régime et du système est loin d'être accomplie", admet Dalia Ghanem, chercheuse au Carnegie Middle East Center de Beyrouth.

Mais la plus grande réussite du "Hirak", argue-t-elle, "c'est vraiment la prise de conscience des Algériens et leur désir de renouer avec le politique sans (...) avoir peur du scénario de la guerre civile" entre l'armée et les maquis islamistes qui fit 200.000 morts dans les années 1990.

Un traumatisme exploité à l'envi sous la présidence Bouteflika pour décourager toute contestation et qui rendait hautement improbable le scénario du 22 février.

Quelques semaines auparavant, sûr de son fait, l'appareil politico-militaire se mettait en ordre de bataille pour une présidentielle prévue en avril et censée n'être qu'une formalité pour le chef de l'Etat sortant, pourtant paralysé, aphasique et quasi-invisible depuis un AVC en 2013.

Coupé des citoyens, le régime sent qu'une colère couve, mais la sous-estime.

Touchée par un chômage massif, la jeunesse (54% de la population a moins de 30 ans) ne supporte pourtant plus d'être représentée aux yeux du monde par un octogénaire immobile sur un fauteuil roulant, dont les rares apparitions suscitent la risée des réseaux sociaux.

Le sentiment d'humiliation a débordé quand, lors d'un meeting en l'absence du chef de l'Etat, les apparatchiks du parti présidentiel s'adressent par défaut à son portrait encadré. 

Les appels à manifester le 22 février se multiplient sur les réseaux sociaux. Mais ils sont peu à croire que le mouvement va prendre, jusqu'à ce vendredi quand, notamment à Alger -- où tout rassemblement est interdit depuis 2001 --, des policiers débordés laissent des manifestants pacifiques emplir les rues.

- Et maintenant? -

Désormais, "la rue citoyenne apparaît comme force contestataire, ce qui n'existait pas avant" dans un pays sans véritable parti ou syndicat d'opposition, rappelle Karima Dirèche.

Selon Jean-Pierre Filiu, professeur à Sciences-Po Paris, "le Hirak a mené depuis un an un double processus de réappropriation à la fois de l'histoire nationale et de l'espace public. En prenant le contrôle de la rue sur la durée et dans le pacifisme, la contestation a redéfini les règles du jeu politique en Algérie, jusque là marqué par l'opacité et la violence".

Le "Hirak" a aussi montré la profonde transformation de la société algérienne, portée par sa jeunesse -- en particulier les femmes -- diplômée et hyperconnectée, et désormais déterminée à se faire entendre.

Le nouveau président Abdelmadjid Tebboune, 74 ans, "aura fort à faire avec ça. Dans sa gouvernance, il ne pourra pas faire comme les autres faisaient avant. Ca n'est pas possible", estime Karima Dirèche.

Un an après, les foules sont certes moins denses qu'au printemps 2019, mais la mobilisation reste forte. Le mouvement veut peser sur les changements promis par le nouveau président, mais peine à se structurer et à se mettre d'accord sur la marche à suivre.

"Le mouvement va fêter sa 1e année le 22 février et j'ai envie de dire "What's next?" ("Et maintenant"?), souligne Dalia Ghanem, "qu'est-ce qu'on veut? qu'est-ce qu'on demande et comment on essaie d'avoir des résultats tangibles?".

AFP

Ses derniers articles: Incertitudes sur la tenue de la présidentielle fin décembre en Centrafrique  Le Mali rend hommage  La Somalie nomme un nouveau Premier ministre, annonce un accord pour les élections 

contestation

AFP

Mali: fin de mission pour la médiation qui n'a pas convaincu le mouvement de contestation

Mali: fin de mission pour la médiation qui n'a pas convaincu le mouvement de contestation

AFP

Mali: la contestation rejette les offres de la médiation

Mali: la contestation rejette les offres de la médiation

AFP

Mali: hommage aux morts de la contestation et médiation diplomatique

Mali: hommage aux morts de la contestation et médiation diplomatique