mis à jour le

Ethiopie: la Commission électorale repousse de deux semaines les législatives, au 29 août

La Commission électorale éthiopienne a annoncé vendredi qu'elle comptait désormais organiser les très attendues prochaines élections législatives le 29 août, près de deux semaines après la date initialement annoncé en janvier.

Cette nouvelle date tombe toujours en plein c½ur de la saison des pluies, ce qui avait été vivement critiqué le mois dernier, l'opposition rappelant notamment que beaucoup de routes du pays seront alors impraticables.

"Conformément aux dispositions légales, nous avons décidé de modifier la date des élections, au 29 août", a déclaré vendredi la présidente de la Commission électorale, Birtukan Mideksa.

Ces élections sont perçues comme une étape cruciale dans la transition politique que tente de mener à bien le Premier ministre, Abiy Ahmed, 43 ans, prix Nobel de la paix 2019, dans un contexte de violences communautaires croissantes.

Entré en fonctions en avril 2018 après plusieurs mois de manifestations antigouvernementales, M. Abiy espère que les Éthiopiens lui donneront le mandat pour mettre pleinement en ½uvre les réformes politiques et économiques qu'il envisage.

"Nous travaillerons avec l'agence météorologique nationale pour minimiser l'impact de la saison des pluies sur le calendrier électoral", a ajouté Mme Mideksa, citée par la radio-télévision Fana BC, proche du pouvoir central.

La campagne officielle démarrerait le 28 mai, avec une publication des résultats devant survenir avant le 8 septembre.

Deux partis d'opposition, le Front de libération oromo (OLF) et Ezema, avaient notamment demandé en janvier à ce que le scrutin soit repoussé à fin août, en espérant que les pluies seront alors moins denses.

Lors des dernières législatives, en 2015, la coalition au pouvoir, le Front démocratique révolutionnaire du peuple éthiopien (EPRDF) avait remporté les 547 sièges à pourvoir.

Mais depuis, Abiy Ahmed a décidé de transformer l'EPRDF en un parti politique unifié, le Parti éthiopien de la prospérité.

Cette modification controversée a cependant été rejetée par l'une des quatre composantes de l'EPRDF, le Front de libération des peuples du Tigré (TPLF), qui jusqu'à 2018 dominait la coalition.

Par ailleurs, l'ouverture décidée par M. Abiy a laissé libre cours aux vieilles ranc½urs ethniques. Lors de la dernière éruption de violence, en octobre, des affrontements ethniques en Oromia ont provoqué la mort de 86 personnes. Et en 2018, l'Éthiopie a été le pays comptant le plus de déplacés au monde.

AFP

Ses derniers articles: Présidentielle en Côte d'Ivoire: échauffourrées  Libye: début d'une réunion de la commission militaire conjointe  Guinée: le bras de fer est engagé autour de résultats non-proclamés 

août

AFP

Les sauvetages de migrants vont reprendre en août en Méditerranée

Les sauvetages de migrants vont reprendre en août en Méditerranée

AFP

RDC: procès en appel de Vital Kamerhe renvoyé au 7 août

RDC: procès en appel de Vital Kamerhe renvoyé au 7 août

AFP

Coronavirus: le Kenya reprend les vols internationaux le 1er août

Coronavirus: le Kenya reprend les vols internationaux le 1er août

commission

AFP

Libye: début d'une réunion de la commission militaire conjointe

Libye: début d'une réunion de la commission militaire conjointe

AFP

Présidentielle en Côte d'Ivoire: la candidature de Gbagbo déposée

Présidentielle en Côte d'Ivoire: la candidature de Gbagbo déposée

AFP

Cameroun: photo de l'opposant Kamto sur le Facebook piraté de la commission électorale

Cameroun: photo de l'opposant Kamto sur le Facebook piraté de la commission électorale