mis à jour le

Libye: l'ONU dénonce la poursuite des violations de l'embargo sur les armes, malgré Berlin

La Mission des Nations unies en Libye (Manul) a dénoncé dimanche la poursuite des violations de l'embargo sur les armes en Libye, malgré les engagements pris lors d'une récente conférence internationale à Berlin, tout en se réjouissant de la persistance d'un cessez-le-feu précaire.

La Manul "regrette profondément les violations flagrantes et persistantes de l'embargo sur les armes", objet de la résolution 1970 de 2011 au Conseil de sécurité, "malgré les engagements des pays concernés lors de la conférence internationale sur la Libye à Berlin le 19 janvier", est-il écrit dans un communiqué.

Parmi les principaux engagements pris par les participants lors de cette conférence internationale figurait la fin de la livraison d'armes aux pouvoirs rivaux, le gouvernement d'union (GNA) à Tripoli et le camp du maréchal Khalifa Haftar, l'homme fort de l'Est libyen.

A Berlin, les parties présentes, dont la Turquie, soutien du GNA, s'étaient également engagées à s'abstenir de toute ingérence dans les affaires libyennes et de tout acte susceptible d'exacerber le conflit tel le financement des capacités militaires ou le recrutement de mercenaires.

Le maréchal Haftar, qui est de son côté notamment soutenu par la Russie, les Emirats arabes unis et l'Egypte, a lancé le 4 avril une offensive sur la capitale Tripoli, siège du GNA, reconnu par l'ONU.

Un cessez-le-feu a été instauré le 12 janvier à l'initiative de Moscou et Ankara.

Malgré les accusations réciproques et quelques combats recensés, celui-ci est globalement respecté, selon l'ONU, ce qui offre "un répit bienvenu pour les habitants de la capitale".

"Cette trêve fragile est aujourd'hui menacée par l'acheminement de combattants étrangers, d'armes, de munitions et de systèmes avancés aux parties par les Etats membres, dont plusieurs ont participé à la Conférence de Berlin", a toutefois fait valoir la Manul, sans identifier ces pays.

Selon l'ONU, "des vols de fret et autres" ont atterri au cours des dix derniers jours dans des aéroports de l'ouest et de l'est du pays pour livrer aux deux belligérants "des armes avancées, des véhicules blindés, des conseillers et des combattants".

Ces "violations en cours" risquent de replonger le pays dans "une nouvelle spirale de combats intenses", s'alarme la Manul.

Samedi, des affrontements autour de Tripoli ont fait au moins un mort -un ressortissant marocain- et sept blessés parmi les civils, a déclaré à l'AFP Amine al-Hachemi, porte-parole du ministère de la Santé du GNA.

La Libye est en proie au chaos depuis la chute du régime de Mouammar Kadhafi en 2011.

AFP

Ses derniers articles: Côte d'Ivoire: démission du vice-président Daniel Kablan Duncan  Mali: la communauté internationale demande la libération des leaders de la contestation  Mali: la communauté internationale demande la libération des leaders de la contestation 

Berlin

AFP

Libye: Paris, Rome et Berlin appellent

Libye: Paris, Rome et Berlin appellent

AFP

Libye: Haftar poursuit ses entretiens

Libye: Haftar poursuit ses entretiens

AFP

Libye: Sarraj participera

Libye: Sarraj participera

l'ONU

AFP

RDC: l'ONU réclame "des efforts" contre le trafic des ressources naturelles

RDC: l'ONU réclame "des efforts" contre le trafic des ressources naturelles

AFP

RDCongo: armes et formations de multiples pays sans notification, accuse l'ONU

RDCongo: armes et formations de multiples pays sans notification, accuse l'ONU

AFP

Les personnes déplacées représentent plus de 1% de l'humanité, un record, selon l'ONU

Les personnes déplacées représentent plus de 1% de l'humanité, un record, selon l'ONU