mis à jour le

L'ex-président Jammeh "immédiatement arrêté" s'il retournait en Gambie, dit le ministre de la Justice

L'ex-président gambien Yahya Jammeh, en exil en Guinée-équatoriale depuis sa chute il y a trois ans, serait "immédiatement arrêté" s'il revenait au pays et poursuivi pour les crimes durant ses 22 ans de pouvoir, a affirmé dimanche le ministre gambien de la Justice, après une récente manifestation pour le retour de l'ex-dirigeant.

"Si jamais l'ancien président Yahya Jammeh retournait au pays, il serait immédiatement arrêté et poursuivi pour les plus graves affaires", a déclaré Abubacarr Tambadou, dans un discours consacré à la nouvelle année judiciaire en Gambie.

Dans un récent enregistrement diffusé sur les réseaux sociaux, M. Jammeh réclamait le respect de ce qu'il considère comme ses droits, et notamment celui de rentrer. Des milliers de ses partisans ont également manifesté jeudi dans la capitale Banjul pour réclamer son retour d'exil.

Cette polémique survient alors que les travaux de la Commission Vérité Réconciliation doivent reprendre lundi matin.

"Après un an d'auditions (de témoins) et alors que nous entrons probablement dans la seconde et dernière année, on ne peut plus écarter les crimes contre l'humanité commis en Gambie entre juillet 1994 et janvier 2017, sous l'ancien président Yahya Jammeh. Ceux identifiés par la Commission seront portés devant la justice", a ajouté M. Tambadou.

La Commission a été établie en 2017 et a débuté ses auditions en janvier 2019. Sa mission est d'enquêter sur les violations des droits humains entre 1994 et 2016, favoriser la recherche de la justice et des réparations pour les victimes, oeuvrer à la réconciliation.

Officier arrivé à la tête de la Gambie par un coup d'Etat en 1994, Yahya Jammeh a dirigé pendant 22 ans un régime de féroce répression. Il a été poussé à s'exiler en Guinée-Equatoriale en janvier 2017, cédant à une intervention militaire africaine après avoir rejeté sa défaite à la présidentielle face à l'opposant Adama Barrow.

Dans un communiqué publié à l'époque, l'Union africaine, la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest et les Nations unies s'engageaient à oeuvrer pour le respect de la sécurité et des droits de Yahya Jammeh, et notamment celui de rentrer en tant que citoyen et ancien chef de l'État.

AFP

Ses derniers articles: Décès  Attentat Nice: la famille en Tunisie de l'assaillant présumé sous le choc  Présidentielle en Côte d'Ivoire: des habitants d'Abidjan quittent la ville pour "ne pas revivre 2010" 

Jammeh

AFP

Gambie: des victimes du régime de Yahya Jammeh réclament justice dans les rues de Banjul

Gambie: des victimes du régime de Yahya Jammeh réclament justice dans les rues de Banjul

AFP

Gambie: des milliers de manifestants réclament le retour de l'ex-président Jammeh

Gambie: des milliers de manifestants réclament le retour de l'ex-président Jammeh

AFP

La Gambie ausculte son sombre passé, sans dissiper le fantôme de l'ancien dictateur Jammeh

La Gambie ausculte son sombre passé, sans dissiper le fantôme de l'ancien dictateur Jammeh

justice

AFP

Génocide rwandais: la justice internationale ordonne le transfert de Kabuga

Génocide rwandais: la justice internationale ordonne le transfert de Kabuga

AFP

Génocide au Rwanda: la justice internationale doit trancher sur le transfert de Kabuga

Génocide au Rwanda: la justice internationale doit trancher sur le transfert de Kabuga

AFP

Génocide au Rwanda: Félicien Kabuga fixé sur sa remise

Génocide au Rwanda: Félicien Kabuga fixé sur sa remise

ministre

AFP

Les arcanes du Gabon et de la Françafrique dévoilés par une ancienne ministre d'Omar Bongo

Les arcanes du Gabon et de la Françafrique dévoilés par une ancienne ministre d'Omar Bongo

AFP

Afrique du Sud: une ministre réprimandée pour mélange des genres

Afrique du Sud: une ministre réprimandée pour mélange des genres

AFP

Togo: démission du Premier ministre et du gouvernement

Togo: démission du Premier ministre et du gouvernement