mis à jour le

Des milliers de Tunisiens célèbrent le 9e anniversaire de la révolution

Des milliers de Tunisiens ont célébré mardi au centre de Tunis, dans une ambiance festive, le neuvième anniversaire de la révolution qui a chassé du pouvoir le président Zine el Abidine Ben Ali à la suite d'un soulèvement populaire.

Sur l'avenue Habib Bourguiba, décorée par les drapeaux tunisiens, des parents avec leurs enfants, des groupes de jeunes, des adultes: hommes et femmes ont défilé dans le calme se rassemblant autour de groupes musicaux.

Certaines personnes ont brandi des affiches sur lesquelles on pouvait lire des messages d'espoir comme "un peuple qui a réussi à se débarrasser de la dictature est capable d'améliorer son avenir" ou "l'impossible n'est pas tunisien!".

"Je suis venu avec mes enfants pour leur revivre les évènements d'un jour important dans l'histoire de la Tunisie. Malgré la situation politique, nous sommes fiers de notre révolution!", dit à l'AFP Mohamed Majed, 44 ans.

Aucune manifestation politique d'ampleur n'a été enregistrée sur l'avenue Bourguiba où une importante force de sécurité a été déployée.

A quelques dizaines de mètres de cette avenue, plusieurs centaines de personnes se sont rassemblées devant le siège de la centrale syndicale l'UGTT scandant le slogan phare de la révolution: "Travail! Liberté! Dignité!".

S'adressant à la foule, le secrétaire général de cette puissante centrale syndicale, Noureddine Tabboubi a dénoncé une classe politique qui veut "diviser les Tunisiens".

"Neuf ans sont passés, et la scène politique s'est pourrie depuis avec des hommes politiques qui s'intéressent au pouvoir plutôt qu'aux intérêts du pays", a déploré M. Tabboubi, ajoutant que la détérioration de la situation a rendu l'Etat tunisien "faible, sans prestige et incapable d'imposer la loi".

"Nous n'allons pas permettre aux amateurs de la politique de propager le désespoir, et la révolution se poursuivra jusqu'à l'instauration de la vraie République", a-t-il affirmé.

La célébration du 9e anniversaire de la révolution intervient dans un contexte politique tendu notamment après le rejet par le Parlement, vendredi dernier, du gouvernement proposé par le parti d'inspiration islamiste Ennahdha.

Il revient désormais au président Kaïs Saied, un universitaire farouchement indépendant et très critique du système parlementaire, de désigner un autre  Premier ministre capable de convaincre les députés.

Si le candidat choisi par M. Saied échouait à son tour à former un gouvernement, l'heure serait alors à la dissolution de l'Assemblée, au risque de retarder encore les mesures nécessaires pour juguler l'inflation et le chômage pesant sur les ménages tunisiens.

AFP

Ses derniers articles: Naissance multiple au Maroc: la mère va bien, ses neuf bébés sous surveillance  Burkina: Blaise Compaoré et un ministre ont "posé les bases" de la réconciliation  Au Togo, un "Loft" permet 

anniversaire

AFP

Les Algériens de retour dans la rue pour le deuxième anniversaire du Hirak

Les Algériens de retour dans la rue pour le deuxième anniversaire du Hirak

AFP

Rassemblement

Rassemblement

AFP

Des Libyens célèbrent le 10e anniversaire de leur révolte

Des Libyens célèbrent le 10e anniversaire de leur révolte

révolution

AFP

Tunisie: troubles nocturnes quelques jours après les dix ans de la révolution

Tunisie: troubles nocturnes quelques jours après les dix ans de la révolution

AFP

Confinée, la Tunisie célèbre le 10e anniversaire de sa révolution

Confinée, la Tunisie célèbre le 10e anniversaire de sa révolution

AFP

Dix ans après, les victimes de la révolution tunisienne attendent toujours justice

Dix ans après, les victimes de la révolution tunisienne attendent toujours justice

Tunisiens

AFP

Des centaines de Tunisiens manifestent près d'un Parlement barricadé

Des centaines de Tunisiens manifestent près d'un Parlement barricadé

AFP

Des Tunisiens créent une main bionique modulable imprimée en 3D pour l'Afrique

Des Tunisiens créent une main bionique modulable imprimée en 3D pour l'Afrique

AFP

Le douloureux combat de Tunisiens pour rapatrier les enfants de jihadistes

Le douloureux combat de Tunisiens pour rapatrier les enfants de jihadistes