mis à jour le

Centrafrique: la police patrouille

La police centrafricaine a recommencé à patrouiller au sein du quartier PK5 de Bangui, vingt mois après avoir été chassée de ce quartier tenu jusque fin décembre par des groupes armés, a constaté mardi un journaliste de l'AFP.

Des éléments des Forces de sécurité intérieures (FSI) sillonnent les artères commerçantes du PK5 depuis une semaine, a indiqué à l'AFP Oumar Senoussi, le président du comité de crise de ce quartier. Ils sont accompagnés par des éléments de la Mission des Nations unies en Centrafrique (Minusca), une opération de maintien de la paix lancée en 2014 dans ce pays où 70% du territoire est contrôlé par des groupes armés.

Le PK5 est en proie à des violences sporadiques depuis 2014. C'est dans ce quartier commerçant que s'étaient réfugiés de nombreux musulmans de Bangui après les affrontements entre rebelles de la Séléka et groupes anti-balaka, qui avait fait rage dans la capitale après la chute du président François Bozizé en 2013.

Depuis, les ruelles du PK5 étaient tenues par une myriade de groupes autoproclamés d'autodéfense. Les forces de sécurité centrafricaine y avaient été totalement chassées en avril 2018, après le lancement d'une opération visant à démanteler ces groupes qui s'était soldée par un échec cuisant.

Excédés par le racket mise en place par ces groupes, les commerçants ont finalement pris les armes le 26 décembre dernier. Ces affrontements, qui on fait plus de 30 morts, ont mené à la fuite de ces groupes. 

"J'ai perdu 2,5 millions de francs CFA (plus de 3.800 euros) le mois dernier alors je suis très content de voir les FSI ici", explique à l'AFP Abdel Akim, représentant des commerçants sinistré par les récentes violences. "Mais ce n'est pas suffisant, il faut qu'ils multiplient les patrouilles si on veut la paix", ajoute-t-il.

"Nous travaillons de jour comme de nuit, avec des normes et des règles qui ont été fixées avec les habitants du PK5", affirme le Directeur général des opérations de la police, M. Andjia.

La Centrafrique est ravagée par la guerre civile depuis qu'une coalition de groupes rebelles a renversé en 2013 le président Bozizé. Les violences ont forcé près d'un quart des 4,7 millions d'habitants du pays à fuir leur domicile.

Malgré la baisse significative des violences depuis la signature d'un accord de paix le 6 février entre le pouvoir de Bangui et 14 groupes armés, le pays est toujours secoué par des combats réguliers entre milices rebelles.

AFP

Ses derniers articles: Coronavirus: les polices du Maghreb mobilisées contre les escrocs de la pandémie  Omar el-Béchir, l'autocrate déchu  Le Soudan en quête de stabilité un an après la chute de Béchir 

armes

AFP

Somalie: une milice soufi rend les armes après des combats violents

Somalie: une milice soufi rend les armes après des combats violents

AFP

Ethiopie: critiques envers les méthodes de l'armée contre les groupes armés

Ethiopie: critiques envers les méthodes de l'armée contre les groupes armés

AFP

A Bangui, d'anciens enfants-soldats apprennent un autre métier que les armes

A Bangui, d'anciens enfants-soldats apprennent un autre métier que les armes

fuite

AFP

Un serpent met des parlementaires nigérians en fuite

Un serpent met des parlementaires nigérians en fuite

AFP

Libye:

Libye:

AFP

Zambie: arrestation d'un chanteur en fuite

Zambie: arrestation d'un chanteur en fuite

nouveau

AFP

Premier mort du nouveau coronavirus en Tanzanie

Premier mort du nouveau coronavirus en Tanzanie

AFP

Malawi: après l'annulation de la présidentielle, le nouveau scrutin fixé au 2 juillet

Malawi: après l'annulation de la présidentielle, le nouveau scrutin fixé au 2 juillet

AFP

Zimbabwe: le vice-président

Zimbabwe: le vice-président