SlateAfrique

mis à jour le

Le président du Mali ne veut plus discuter avec Ansar Dine et consorts

La reconquête du Nord-Mali est presque gagnée. Les soldats français et maliens contrôlent désormais les villes de Gao, Tombouctou et Kidal. Etape suivante pour les forces militaires: la chasse aux islamistes et le maintien de la stabilité dans les zones anciennement occupées.

Après la guerre, c’est aussi l’heure des négociations. Mais pour le président malien, Dioncounda Traoré, interviewé par RFI, il n’est plus question d’entamer des négociations avec Ansar Dine.

«(…) Au départ, nous avions pensé que nous pouvions négocier avec les groupes qui étaient constitués essentiellement de Maliens, tels que le MLNA et Ansar Dine. Mais avec les derniers développements auxquels nous avons assisté, il est évident qu’Ansar Dine n'est plus éligible au dialogue, quel que soit par ailleurs le masque que certains d’entre eux ont décidé de porter désormais», a-t-il déclaré.

Le 4 janvier 2013, Ansar Dine avait retiré son offre de cessez-le feu malgré la médiation du président burkinabé Blaise Compaoré. Des membres du groupe de djihadistes avaient fait dissidence et mis sur pied le Mouvement Islamique de l’Azawad (MIA), qui cherche une solution négociée pour une sortie de crise.

Mais pour Dioncounda Traoré il n’est pas non plus envisageable d’engager des pourparlers avec ce groupe.

«Cette histoire de MIA ne correspond à rien du tout. C’est parce que la peur a changé de camp qu'aujourd’hui, ils essaient d’échapper à leurs responsabilités en disant qu'ils se désolidarisent d’Ansar Dine et de Aqmi», a souligné le président malien.

Lu sur RFI

A lire aussi

Que peut-on vraiment négocier avec les islamistes d'Ansar Dine?

Ansar Dine veut devenir fréquentable

«Ansar Dine est le véritable maître du Nord-Mali»