mis à jour le

L'opposition du Mozambique dément tout rôle dans une récente série d'attaques

Le chef du principal parti d'opposition du Mozambique a catégoriquement nié lundi toute implication dans une récente vague d'attaques visant des véhicules qui a fait une dizaine de morts dans le centre du pays.

"Nous démentons toute participation aux attaques survenues (dans le centre) et répétons que nos forces sont consignées dans leurs bases (...) dans l'attente de leur démobilisation", a assuré le chef de la Renamo, Ossufo Momade, lors d'une conférence de presse.

"Nous mettons au défi le gouvernement de mettre en place une commission d'enquête sur l'origine de ses attaques et d'en identifier les responsables", a-t-il ajouté.

Les autorités de Maputo accusent depuis des semaines la Renamo d'être à l'origine d'une série d'attaques meurtrières perpétrées contre des bus ou des camions circulant sur les routes du centre du Mozambique, le bastion de l'opposition.

Le gouvernement a annoncé la semaine dernière la mise en place d'escortes militaires sur les routes du secteur.

Issue de la rébellion de la guerre civile (1976-1992), la Renamo a signé en août dernier un accord de paix avec le gouvernement qui prévoit le désarmement et la réintégration de son aile militaire, qui avait repris les armes en 2013.

Une partie de ces "guérilleros" hostile à cet accord de paix, qualifié de "trahison", a revendiqué ces derniers mois plusieurs raids armés dans le centre du pays.

Le chef de cette faction dissidente, Mariano Nhongo, a prévenu qu'il n'autoriserait pas le président Filipe Nyusi à prêter serment pour un nouveau mandat le 15 janvier 2020.

Au pouvoir depuis 2014, M. Nyusi a été largement réélu en octobre au terme d'élections jugées frauduleuses par l'opposition et de nombreux observateurs étrangers.

Les requêtes en annulation du scrutin déposées par la Renamo ont été écartées par la Cour constitutionnelle.

En plus des raids qui affectent le centre du pays, l'extrême-nord du Mozambique est secoué depuis deux ans par une insurrection islamiste qui a fait plusieurs centaines de morts.

str-pa/jlb

    

AFP

Ses derniers articles: Tunisie: démission de Fakhfakh après moins de cinq mois comme Premier ministre  RDC : mille morts et 500.000 déplacés dans les violences en Ituri depuis fin 2017 (ICG)  Côte d'Ivoire: 10.000 militants rendent un dernier hommage au Premier ministre 

Mozambique

AFP

Des migrants éthiopiens de retour chez eux après avoir frôlé la mort au Mozambique

Des migrants éthiopiens de retour chez eux après avoir frôlé la mort au Mozambique

AFP

Le Mozambique attribue les attaques dans le nord

Le Mozambique attribue les attaques dans le nord

AFP

Un an après, le Mozambique toujours affecté par les effets du cyclone Idai

Un an après, le Mozambique toujours affecté par les effets du cyclone Idai

serie

AFP

Burkina: des massacres en série attribués aux groupes jihadistes

Burkina: des massacres en série attribués aux groupes jihadistes

AFP

A la télé sénégalaise, le héros de la série "le Virus" est un méchant

A la télé sénégalaise, le héros de la série "le Virus" est un méchant

AFP

"Maîtresse d'un homme marié", la série qui met

"Maîtresse d'un homme marié", la série qui met