mis à jour le

Gorée, by Semio via Flickr CC.
Gorée, by Semio via Flickr CC.

La France ne peut plus faire l'impasse sur son passé esclavagiste

Pour le chroniqueur ivoirien Macaire Dagry, la France va avoir bien du mal à gérer les plaintes des descendants d'esclaves pour crime contre l'humanité.

Début janvier 2012, une plainte a été déposée par une descendante d’esclave contre l’Etat français, pour crime contre l'humanité.

Elle s’est appuyée pour cela, sur la loi Taubira du 21 mai 2001 sur l’esclavage, pour formuler sa plainte et demander des réparations pour les préjudices subis.

En effet, l’article premier de la loi Taubira stipule:

«La République française reconnaît que la traite négrière transatlantique ainsi que la traite dans l’océan Indien d’une part, et l’esclavage d’autre part, perpétrés à partir du XVe siècle, aux Amériques et aux Caraïbes, dans l’océan Indien et en Europe contre les populations africaines, amérindiennes, malgaches et indiennes constituent un crime contre l’humanité.»

Cette loi qui s’inspire elle-même du statut de Rome qui définit les règles de la Cour pénale internationale (CPI) et adopté le 17 juillet 1998 par la France, précise que la «réduction en esclavage» est un des cas de crime contre l’humanité.

C’est donc juridiquement, une violation délibérée des droits fondamentaux d’un individu ou d’un groupe d’individus, animée par des motifs politiques, philosophiques, raciaux, religieux.

Une loi moralement approuvée

Il semble évident que, cette loi votée dans la douleur, en 2001, après de rudes batailles au Parlement et parmi les historiens qui étaient divisés, représente une véritable opportunité aujourd’hui pour les descendants d’esclaves.

Quoi de plus normal pour eux, de choisir ce moment, douze ans après ce vote historique, pour demander réparations à ceux qui se sont battus pour la faire voter et promulguer. Le président français, François Hollande et sa ministre de la Justice, dont la loi porte le nom, sont ainsi confrontés à une situation politique à très haut risque.

Ils savent que cette loi est moralement approuvée par la population, mais sensible politiquement, surtout dans son volet «réparation des dommages subis».

Réparations hypothétiques

Sur quelle base calculer aujourd’hui ses réparations? Comment les évaluer? A qui et comment les attribuer? Sous quelles formes? Pendant combien de temps?

Cette question de réparations des dommages subis, il y a plusieurs siècles, au nom de la continuité de l’Etat dans le droit français, est certes légitime mais semble difficile dans son application. Pour deux raisons.

La première est qu’elle est politiquement sensible, parce qu’elle peut ouvrir des droits qui feront jurisprudence et peuvent de fait créer une zone d’incertitude juridique et financière dans laquelle l’Etat français peut s’embourber.

Deuxièmement, cette loi est aussi combattue par certains historiens, parce qu’ils considèrent qu’elle est sélective, politique et démagogique.

Pour eux, elle n’est pas complète parce qu’elle ne tient pas compte de «la traite négrière entre Africains eux-mêmes, et la traite des noirs par les Arabes» qui fut aussi importante que celle faite par les blancs d’Europe ou d’Amérique.

Macaire Dagry (Fraternité Matin)

Macaire Dagry

Macaire Dagry. Journaliste ivoirien.

Ses derniers articles: Les Ivoiriens ont déjà les yeux rivés sur la présidentielle de 2015  La France ne peut plus faire l'impasse sur son passé esclavagiste  Les jeunes ivoiriens, prisonniers du désespoir et de la violence 

Christiane Taubira

Néoracisme

On n'arrête pas la connerie

On n'arrête pas la connerie

Extremisme

Les racistes sont-ils plus décomplexés?

Les racistes sont-ils plus décomplexés?

Mariage pour tous

Dominique et Mohamed ne pourront pas se marier, si ça se trouve

Dominique et Mohamed ne pourront pas se marier, si ça se trouve

CPI

AFP

Retour en RDC du député Fidèle Balala, mis en liberté provisoire par la CPI

Retour en RDC du député Fidèle Balala, mis en liberté provisoire par la CPI

AFP

Kenya: le président Kenyatta devant la CPI

Kenya: le président Kenyatta devant la CPI

AFP

Kenya: le président Kenyatta en route pour la CPI

Kenya: le président Kenyatta en route pour la CPI

esclavage

Esclavage

Les derniers négriers mauritaniens

Les derniers négriers mauritaniens

Congo-Océan

En finir avec l'amnésie de la France sur son passé colonial

En finir avec l'amnésie de la France sur son passé colonial

Racisme

La traite négrière est terminée depuis longtemps

La traite négrière est terminée depuis longtemps