mis à jour le

Début de manifestation timide

Plusieurs milliers d'Algériens ont commencé vendredi à manifester à l'occasion du dernier rassemblement hebdomadaire de l'année contre le régime, une mobilisation bien en deçà de celles des dernières semaines, a constaté une journaliste de l'AFP.

Environ une heure après la fin de la grande prière hebdomadaire, qui marque traditionnellement le début des marches, la mobilisation semblait l'une des plus faibles depuis le début du "Hirak", le "mouvement" populaire, inédit et massif, de contestation pacifique du régime, né le 22 février.

Les manifestants interrogés ont affiché une certaine colère, mais aussi de la détermination à poursuivre le mouvement.

"Nous on est là, on continue le combat", témoigne Hocine, fonctionnaire de 50 ans, dans le cortège, où sont brandis de nombreux portraits de Ramdane Abane, assassiné il y a 62 ans jour pour jour.

Dirigeant politique historique du Front de libération nationale (FLN) mis sur pied pour lutter contre le pouvoir colonial français, Ramdane Abane était l'un des architectes de la plateforme politique du mouvement, affirmant notamment la "primauté du politique sur le militaire".

C'est le 45e vendredi consécutif de manifestation hebdomadaire pour la contestation, entrée dans son 11e mois.

C'est aussi le deuxième vendredi de marche antirégime depuis l'entrée en fonctions du nouveau président, Abdelmadjid Tebboune, le 19 décembre.

Cet ancien fidèle du président Abdelaziz Bouteflika a été élu sur fond d'abstention historique (60%), lors d'un scrutin organisé par le pouvoir le 12 décembre pour trouver un successeur à M. Bouteflika, contraint en avril à la démission par les manifestations massives.

Une présidentielle boycottée par la contestation, qui avait organisé des manifestations de grande ampleur les semaines précédant le vote, dénonçant une volonté du régime de se régénérer.

Le cortège, moins compact qu'à l'accoutumée vendredi, contraste avec la foule impressionnante qui a rendu hommage deux jours avant au général Ahmed Gaïd Salah, chef d'état-major de l'armée et ouvertement maître du pays ces huit derniers mois.

Décédé le 23 décembre à 79 ans d'une crise cardiaque, il était régulièrement conspué dans les cortèges, étant vu par la contestation comme l'intraitable gardien du système rejetant toutes les revendications du "Hirak".

Vendredi matin, bien avant la manifestation, les Algérois ont paru partagés sur la suite à donner au mouvement: certains se sont montrés déterminés à continuer, d'autres hésitants ou désabusés, d'autres enfin partisans du dialogue ou de nouveaux modes d'action.

AFP

Ses derniers articles: Hausse du nombre de rhinocéros tués en Afrique du Sud en 2021  Tanzanie: l'opposition appelle  Dans le sud du Bénin, l'une des dernières forêts marécageuses en danger 

Alger

AFP

Scandale Pegasus: Alger porte plainte contre Reporters sans Frontières

Scandale Pegasus: Alger porte plainte contre Reporters sans Frontières

AFP

Covid-19: Alger assouplit les conditions de retour  face

Covid-19: Alger assouplit les conditions de retour face

AFP

Algérie: marche du Hirak empêchée par la police

Algérie: marche du Hirak empêchée par la police

contestation

AFP

La suspension de Twitter prive les Nigérians de leur principal outil de contestation

La suspension de Twitter prive les Nigérians de leur principal outil de contestation

AFP

Exception africaine, le Cap-Vert élit ses députés sans drame ni contestation

Exception africaine, le Cap-Vert élit ses députés sans drame ni contestation

AFP

Le ras-le-bol des étudiants sénégalais, piliers de la contestation

Le ras-le-bol des étudiants sénégalais, piliers de la contestation

Manifestation

AFP

Manifestation au Sénégal en soutien aux Palestiniens

Manifestation au Sénégal en soutien aux Palestiniens

AFP

Jérusalem-Est: protestation officielle de la Tunisie et manifestation

Jérusalem-Est: protestation officielle de la Tunisie et manifestation

AFP

Côte d'Ivoire: manifestation

Côte d'Ivoire: manifestation