mis à jour le

Des adolescents lors d'un combat de boxe, Mogadiscio, Somalie. REUTERS/Feisal Omar, 25 janvier 2013.
Des adolescents lors d'un combat de boxe, Mogadiscio, Somalie. REUTERS/Feisal Omar, 25 janvier 2013.

En Afrique, il n'y a pas que le foot qui fait des heureux

La Coupe d'Afrique des nations de football fait presqu'oublier tous les autres sports qui fascinent le continent. La lutte, la course ou la pétanque disputent pourtant la vedette au sport-roi.

La course solidaire du Kenya

Le coureur kényan David Rudisha vous a fait rêver lors des Jeux olympiques de Londres de l’été 2012, avec son record du monde au 800 mètres? 

Pour faire le plein d’endurance, allez donc faire un tour de piste dans son pays, où les jeunes ne caressent pas le rêve d’être footballeurs. Leur drogue à eux, c'est bien la course. 

Avant le lever du soleil, les meilleurs athlètes du Kenya courent déjà. On les voit évoluer, souvent en groupe, dans des régions rurales situées en altitude, où sont installés les meilleurs camps d’entraînement du pays. Des champions prêts à vivre loin de tout pour réaliser leur rêve. 

Dans les camps d’entraînement, on court certes, mais on participe aussi aux tâches ménagères, on aide à cultiver le potager, on fait sa lessive soi-même.  

«Une vie très égalitaire et humble pour des hommes qui ont été sacrés champions à Londres, Berlin ou Chicago», commente la journaliste kényane Jacky Lebo, auteure d’un documentaire sur les coureurs kényans. 

Pour elle, la course n'est ni plus ni moins que «la chose à laquelle les Kényans sont les meilleurs au monde».


La fascinante lutte du Sénégal

Au Sénégal, aucun sport ne peut rivaliser avec la lutte. Celle-ci se décline en deux versions; une variante traditionnelle et une version avec frappe mélangeant à la fois boxe et lutte. 

Les jours de matches à Dakar, les lutteurs entrent dans l'arène et le reste de la ville arrête de respirer. Accompagnés de leur armée de marabouts, leur fan club, leur patrons influents; divinisés par leur attirail mystique, leurs pectoraux impressionnants, ils sont les vrais stars du sport au Sénégal.
 

Qu'ils fassent partie de la jeune relève, ou des ténors —ces lutteurs ultra-confirmés qui ne connaissent aucune défaite pendant plusieurs années (Mohamed Ndaw, alias TYSAN, ou Yékéni par exemple)— tous participent à faire de la lutte le symbole du Sénégal.

La boxe rurale du Nigeria

Au Nigeria, la boxe ne connaît ni barrières ni limites. Le dembe est un type de boxe originaire du nord du Nigeria, qui ressemble à s'y méprendre à une vraie baston. 

Les règles sont floues; tous les coups, ou presque, sont permis. On peut surtout y laisser sa peau.

Cordes nouées aux mains, poings badigeonnés de sable, éclats de verre entre les doigts: avec le dembe, victoires et défaites sont toujours douloureuses. 

Les champions de cette boxe incroyablement violente sont itinérants et leur renommée voyage, comme eux, de village en village, et parfois, passe les frontières, errant jusqu’au Cameroun, Tchad ou Niger.

La peu nerveuse pétanque de Madagascar

Les Malgaches, en revanche, affectionnent les sports moins nerveux. Sur la Grande île, c'est la pétanque qui a résisté comme un bambou increvable.

Ce sport est pourtant né à des milliers de kilomètres, dans la petite ville de la Ciotat, dans le sud de la France.

Championne du monde de la pétanque en 2007, Madagascar est «à la pétanque ce que les Brésiliens sont au football», témoigne pour l'AFP Marco Foyot, directeur sportif de l'équipe malgache.  

«Là-bas, des gamins jouent avec des boules ressoudées ou dépareillées. Un jeu de boules coûte l'équivalent de trois mois de salaire», ajoute-t-il.

Le légendaire cyclisme burkinabè

S’il fallait qualifier le Burkina Faso en un mot, «vélo» serait sans aucun doute en tête de liste. 

«Le deux-roues est l’une des données les plus élémentaires du patrimoine de tout Burkinabè, si bien que savoir l’enfourcher semble tout aussi inné et gratuit que boire et manger ou tout simplement respirer», fait savoir Gabriel Noaga, le président de l’Association pour la promotion culturelle, artistique et touristique du Burkina, sur le site du FasoNet.

Outre son usage quotidien, la bicyclette au Burkina fascine comme objet sportif. Au point que la course cycliste est aujourd'hui le porte-drapeau de la culture sportive burkinabè. 

Et chaque année, c'est avec son Tour du Faso —rencontre sportive qui voit se défier des cyclistes du monde entier— que le Burkina confirme son statut de maître du cyclisme en Afrique.

L'étonnant combat de bâton sud-africain

De tour de piste en tour cycliste, la boucle est bientôt bouclée et nous voici déjà arrivés à l’Afrique du Sud, pays hôte de la CAN 2013. Mais notre voyage nous emmène toujours plus loin du ballon rond. 

Ici, un sport hors du commun fait son grand retour depuis quelques années: le combat de bâton, aussi appelé intonga. 

Dans son autobiographie, Un long chemin vers la liberté, Nelson Mandela se souvient avec plaisir des combats de bâton qui l'opposaient aux autres garçons de son village.

L'intonga est à la fois une pratique liée aux cérémonies d'initiation et un jeu qui appartient au monde de l’enfance. A l'origine, les jeunes éleveurs de la région du Cap oriental le pratiquaient pour se divertir. 

Avec le départ des jeunes générations vers les grandes villes, le combat de bâton est brusquement tombé en désuétude. Tous le destinaient au musée ou au film ethnographique. 

Et, sans crier gare, il refait surface cette fois, il y a quelques années, en pleine Afrique du Sud urbaine. 

Dans les townships, munis de deux longues tiges et encadrés par un arbitre, des joueurs s’affrontent régulièrement dans des rounds de 3 minutes, devant des foules exaltées. 

 

 

Pour le moment rarement médiatisé, le sport bénéficie de peu de moyens. Les combattants protègent leurs mains en les couvrant de simples tee-shirts et portent des casques de vélo pour amortir les coups.

Mais l’esprit du jeu est là, tout comme la fierté d'avoir su préserver un sport destiné à l'oubli.

Lou Garçon


A lire aussi

CAN 2013: le défi sécuritaire de l'Afrique du Sud

CAN 2013: l'Afrique oublie ses drames le temps des jeux

Eugène Ebodé: "Le football va mourir de la politisation excessive"

Priscilla Gneto, la native d'Abidjan devenue princesse des tatamis

Quand la petite reine devient le sport roi en Erythrée

Lou Garçon

Journaliste française

Ses derniers articles: Nollywood Week, pour que Paris regarde le cinéma nigérian autrement  Le khat, la drogue somalienne qui fait planer les Anglais  Latifa, une Marianne née dans la douleur 

Afrique du Sud

Gaza

Ce que Desmond Tutu dit à Israël

Ce que Desmond Tutu dit à Israël

Controverse

Les enfants noirs sud-africains sont-ils des chiens?

Les enfants noirs sud-africains sont-ils des chiens?

Attentes

Le cœur de l'Afrique bat déjà au rythme du Brésil

Le cœur de l'Afrique bat déjà au rythme du Brésil

boxe

Isidore AKOUETE

Boxe : Manny Pacquiao de retour ce samedi

Boxe : Manny Pacquiao de retour ce samedi

Isidore AKOUETE

Boxe : Le Camerounais Hassan N’Dam veut retrouver son titre

Boxe : Le Camerounais Hassan N’Dam veut retrouver son titre

Nicolas

Mike Tyson : il fait le buzz avec un faux pénis !

Mike Tyson : il fait le buzz avec un faux pénis !

Burkina Faso

Burkina Faso

Dialogue de sourds entre l'armée bukinabè et les civils

Dialogue de sourds entre l'armée bukinabè et les civils

La chute

Compaoré n'était donc pas indéboulonnable

Compaoré n'était donc pas indéboulonnable

ras-le-bol

Ce qui devait arriver au Burkina Faso est arrivé

Ce qui devait arriver au Burkina Faso est arrivé