mis à jour le

Botswana : le braconnage des rhinocéros en hausse malgré les efforts du gouvernement

Treize rhinocéros ont été victimes de braconnage ces deux derniers mois au Botswana, a annoncé le ministère du Tourisme, un chiffre qui traduit une hausse de cette pratique visant cette espèce menacée, malgré les efforts du gouvernement pour y mettre fin.

Le Botswana abrite près de 400 rhinocéros, selon l'organisme chargé de leur protection, Rhino Conservation Botswana. La plupart d'entre eux vivent dans les riches plaines du delta de l'Okavango, dans le nord.

"D'octobre 2019 à ce jour, 13 rhinocéros supplémentaires ont été victimes de braconnage", ce qui porte à 31 le nombre de ces animaux ainsi chassés depuis octobre 2018, a déclaré le ministère dans un communiqué diffusé ce week-end.

Vingt-trois étaient des rhinocéros blancs et huit des rhinocéros noirs, qui sont considérés comme en danger critique par l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN).

Neuf rhinocéros avaient été tués d'avril à octobre cette année, avait annoncé le gouvernement en octobre.

"La  triste situation de la population (des rhinocéros) du pays s'est poursuivie, avec des rhinocéros supplémentaires tués d'octobre 2019 à ce jour", a déclaré le ministère.

Les milliers de rhinocéros qui peuplaient autrefois l'Afrique et l'Asie ont été décimés par le braconnage et la perte de leur habitat. Très peu vivent encore en dehors des parcs nationaux et des réserves.

Le gouvernement du Botswana a intensifié ses efforts contre le braconnage, avec des interventions qui ont permis la saisie de quelques cornes et d'armes de chasse, a déclaré le ministère.

La demande de cornes de rhinocéros émane surtout de la Chine et du Vietnam, où la médecine traditionnelle leur attribue toutes sortes de vertus, dont celle de guérir le cancer ou l'impuissance. Elles sont pourtant composées de kératine comme les ongles humains.

Au marché noir, le kilogramme de cornes de rhinocéros se monnaie jusqu'à 60.300 dollars (55.000 euros).

L'Afrique du Sud, un pays frontalier du Botswana, a perdu plus de 7.100 rhinocéros au cours des dix dernières années, dont 769 en 2018.

Il reste moins de 25.000 rhinocéros en liberté en Afrique en raison de la hausse du braconnage et seulement 5.000 d'entre eux sont des rhinocéros noirs.

AFP

Ses derniers articles: Est de la RDC: la principale rébellion burundaise délogée de son fief par l'armée  Les Tanzaniens se rendent aux urnes dans une démocratie secouée par le "Bulldozer"  Au Gabon, la réouverture des Eglises sème la discorde 

Botswana

AFP

Des centaines d'éléphants tués par une bactérie, au Botswana

Des centaines d'éléphants tués par une bactérie, au Botswana

AFP

Le Botswana s'inquiète de la hausse du braconnage visant ses rhinocéros

Le Botswana s'inquiète de la hausse du braconnage visant ses rhinocéros

AFP

Faute de pluies, les chenilles comestibles du Botswana se font plus rares

Faute de pluies, les chenilles comestibles du Botswana se font plus rares

braconnage

AFP

Au Kenya, la lutte contre le braconnage passe aussi par la high-tech

Au Kenya, la lutte contre le braconnage passe aussi par la high-tech

AFP

A Madagascar, les lémuriens et leur forêt menacés par le braconnage

A Madagascar, les lémuriens et leur forêt menacés par le braconnage

AFP

Afrique du Sud: le braconnage des rhinocéros en recul l'an dernier

Afrique du Sud: le braconnage des rhinocéros en recul l'an dernier

gouvernement

AFP

Moctar Ouane, un diplomate de carrière pour conduire le gouvernement de transition au Mali

Moctar Ouane, un diplomate de carrière pour conduire le gouvernement de transition au Mali

AFP

Mali: l'ex-ministre des Affaires étrangères Moctar Ouane chargé de former le gouvernement de transition

Mali: l'ex-ministre des Affaires étrangères Moctar Ouane chargé de former le gouvernement de transition

AFP

Togo: démission du Premier ministre et du gouvernement

Togo: démission du Premier ministre et du gouvernement