SlateAfrique

mis à jour le

Mali - Le mouvement dissident d'Ansar Dine se veut fréquentable

Les islamistes seront-ils un jour à court d'acronymes pour désigner leurs différents mouvements? Pas sûr... A la pléthore de groupes existants est venue s'ajouter le 23 janvier 2013 le MIA pour Mouvement Islamique de l'Azawad (MIA), rapporte RFI.

Formé à la suite d'une scission avec Ansar Dine, ce mouvement prétend se démarquer de sa base par son rejet de toute forme de terrorisme ou d'extrémisme.

Le MIA se dit même prêt à négocier avec les autorités françaises et maliennes. Le MIA a notamment appelé les autorités françaises et maliennes à un cessez-le-feu au nord-est du Mali, selon Afrik.com.

Dans un communiqué, le MIA indique n'accueillir que des modérés et des nationaux. Dirigé par Alghabasse Ag, descendant d'une grande famille touareg, le MIA a fait bonne impression à certains groupes minoritaires tels que le Mouvement des Arabes de l'Azawad (MAA) et le Front populaire de l'Azawad (FPA) composé de Touaregs, selon RFI.

Une alliance est-elle envisagée? Nul ne peut encore le dire.

Mais le Mouvement National de L'Azawad (MNLA), qui reste le seul interlocuteur potentiel à l'heure actuelle, se montre très méfiant. Et les observateurs maliens sont tout aussi sceptiques, observe Afrik.com.

Ainsi pour le grand reporter des Echos, Amadou Sidibé: «Même s’ils se sont scindés en deux, ils ont les mêmes revendications et même objectifs! Rien ne change! Les islamistes veulent avant tout gagner du temps. Et faire parti du jeu des négociations tout comme le Mouvement national de libération de l’Azawad».

C'est avec une prudence quasi biblique que Le Pays accueille la nouvelle:

«Attention au charme du serpent!» prévient le quotidien burkinabé.

Les djihadistes sont en position de faiblesse, selon le journal. Dans ce contexte, le MIA semble n'être rien de plus qu'une manoeuvre:

«Le piège dans lequel il ne faudrait pas se laisser prendre, c’est de se laisser émouvoir par l’appel à la fin des hostilités lancé par les dissidents d’Ansar Dine réunis sous la bannière du MIA.»

Lu sur RFIAfrik.comLe Pays

A lire aussi

Nord-Mali: les djihadistes surestiment leurs forces

Blaise Compaoré et Iyad Ag Ghali, grands perdants de l'intervention militaire au Mali

Dakar dans la hantise d’un péril islamiste

Intervention au Nord-Mali: gare aux dommages collatéraux!