mis à jour le

Afrique du Sud: libération conditionnelle pour le roi du clan de Mandela

Le roi coutumier de l'ethnie Thembu à laquelle appartenait Nelson Mandela a bénéficié lundi d'une libération conditionnelle dans le cadre d'une remise de peine accordée par le président sud-africain Cyril Ramaphosa à plus de 14.600 prisonniers, a annoncé le ministère de la Justice.

Buleyekhaya Dalindyebo, 55 ans, est le roi des Thembu, un groupe ethnique xhosa dont le premier président noir d'Afrique du Sud fut le membre le plus prestigieux.

Incarcéré depuis 2015, Dalindyebo purgeait une peine de 12 ans de prison au centre pénitentiaire d'East London, dans le sud-ouest du pays, pour incendie criminel, enlèvement et agression sur certains de ses sujets.

"La peine du roi Dalindyebo a été réduite de 12 mois", a déclaré à l'AFP le porte-parole du ministère de la Justice et des affaires correctionnelles, Chrispin Phiri. "En plus de cela, il était déjà qualifié pour une libération conditionnelle et ce depuis octobre".

En 2009, le roi avait été condamné à 15 ans de prison pour homicide involontaire, incendie criminel et agression pour des infractions commises plus de deux décennies auparavant. Mais en octobre 2015, la Cour suprême avait abandonné l'accusation d'homicide involontaire et a réduit sa peine à 12 ans en appel. 

Le roi, âgé de 51 ans et fumeur de marijuana avoué, a été reconnu coupable d'avoir incendié des habitations qui abritaient certains de ses sujets et des locataires qui avaient résisté à une expulsion.

Il a également été reconnu coupable d'avoir agressé publiquement trois jeunes hommes déjà brutalement battus par ses sbires et d'avoir enlevé une femme et les enfants d'un de ses sujets qu'il considérait comme dissident. 

La semaine dernière, le président Ramaphosa a annoncé avoir accordé une remise de peine spéciale aux prisonniers et personnes en liberté conditionnelle.

Le cas des plus de 14.600 prisonniers concernés ont été examinés par la Commission des services de libération conditionnelle et soumis à des critères stricts, notamment leur bonne conduite et une consultation de la communauté dans laquelle le crime a été commis. 

Afin de réduire le surpeuplement des cellules, les prisonniers qui purgeaient des peines parce qu'ils n'avaient pas les moyens de payer une amende ont également pu bénéficier de ces mesures, à l'exception des auteurs de crimes sexuels.

Les rois n'ont pas de pouvoir officiel dans l'Afrique du Sud moderne, mais des millions de gens leur restent loyaux. Ils sont reconnus dans la Constitution comme des chefs traditionnels et reçoivent des fonds du gouvernement.

AFP

Ses derniers articles: RDC: Tshisekedi  Pour les jeunes pêcheurs de Mbour, l'Europe comme horizon,  Le Goncourt des Lycéens pour "Les Impatientes" 

Afrique

AFP

Afrique du Sud: Jacob Zuma, toujours populaire malgré les scandales

Afrique du Sud: Jacob Zuma, toujours populaire malgré les scandales

AFP

Afrique du Sud: le juge anti-corruption veut une enquête de police sur Zuma

Afrique du Sud: le juge anti-corruption veut une enquête de police sur Zuma

AFP

Afrique du Sud: Zuma réclame "un juge impartial" anti-corruption

Afrique du Sud: Zuma réclame "un juge impartial" anti-corruption

clan

AFP

Angola: l'étau judiciaire se resserre autour du clan dos Santos

Angola: l'étau judiciaire se resserre autour du clan dos Santos

AFP

Algérie: que cachent les trois arrestations dans le clan Bouteflika?

Algérie: que cachent les trois arrestations dans le clan Bouteflika?

AFP

"Biens mal acquis": l'étau se resserre autour du clan Sassou Nguesso

"Biens mal acquis": l'étau se resserre autour du clan Sassou Nguesso

libération

AFP

Des ONG réclament la libération de journalistes détenus depuis un an au Burundi

Des ONG réclament la libération de journalistes détenus depuis un an au Burundi

AFP

Mali: la libération de prisonniers laisse un goût amer aux militaires français

Mali: la libération de prisonniers laisse un goût amer aux militaires français

AFP

Libération des otages au Mali: ce que l'on sait... et ne sait pas

Libération des otages au Mali: ce que l'on sait... et ne sait pas