mis à jour le

Algérie: la contestation reste mobilisée après l'investiture du nouveau président

Au lendemain de la prise de fonction du nouveau président algérien Abdelmadjid Tebboune, une foule compacte a manifesté à nouveau vendredi à Alger, rejetant le "système" politique dont il est issu et restant sourde à son offre de dialogue.

En ce 44e vendredi consécutif de manifestations à travers le pays, la mobilisation dans la capitale --épicentre de la contestation-- a été difficile à évaluer en l'absence de comptage officiel, mais elle a semblé moins importante que les deux vendredis précédents, lors lesquels elle fut exceptionnelle.

"Ou c'est vous, ou c'est nous, nous n'allons pas nous arrêter", ont scandé les manifestants, tandis que sur des pancartes, on pouvait lire "Nous n'allons pas nous soumettre", selon un journaliste de l'AFP.

Investi jeudi, Abdelmadjid Tebboune a succédé à Abdelaziz Bouteflika dont il fut ministre puis brièvement Premier ministre. M. Bouteflika a été contraint de démissionner en avril après 20 ans de présidence, sous la pression du "Hirak", mouvement populaire inédit de contestation du régime qui entrera dimanche dans son 11e mois.

"Je ne reconnais pas ce président. Son investiture ne change rien. Je suis contre le dialogue tel qu'il est préconisé par le pouvoir" mais "pour des négociations qui doivent déboucher sur un départ en douceur des figures de l'ancien +système+ au pouvoir", a expliqué à l'AFP Amar Alileche, retraité de 66 ans.

La contestation réclame le démantèlement du "système" qui dirige l'Algérie depuis l'indépendance en 1962 et le départ de tous ses représentants, dont fait partie M. Tebboune, 74 ans, préfet de carrière, puis membre de plusieurs gouvernements, essentiellement sous M. Bouteflika.

- "Changement radical" -

Jeudi, le nouveau chef de l'Etat s'est à nouveau dit prêt à discuter avec le "Hirak" et a déclaré vouloir "amender" la Constitution pour en faire "la pierre angulaire de la nouvelle République". Selon lui, le nouveau texte "réduira les pouvoirs du président de la République, protégera le pays contre le pouvoir d'un seul et garantira la séparation et l'équilibre des pouvoirs".

Pour le "Hirak" les promesses de M. Tebboune sont bien en deçà de ses revendications. Le mouvement réclame notamment une Constitution totalement nouvelle, reprochant à l'actuelle d'avoir été taillée et retaillée à la mesure de M. Bouteflika. Il refuse aussi que le "système" se charge lui-même de se réformer et exige que la tâche échoie à des "institutions de transition".

"Le +Hirak+ va se poursuivre jusqu'à la satisfaction de toutes ses revendications", a assuré, dans le cortège, Ali Salhi, 53 ans, salarié de Sonatrach, le géant public des hydrocarbures, "il faut un changement radical du système, une période de transition et une nouvelle Constitution. Nous avons besoins de mesures concrètes".

"Comment faire confiance au nouveau président alors que le jour même de son investiture un jeune du Hirak a écopé de 18 mois (de prison) ferme ?", a-t-il poursuivi en référence à Mohamed Tadjadit, figure du mouvement, surnommé le "poète du Hirak" et jugé coupable jeudi d'"atteinte à l'intérêt national" par un tribunal d'Alger pour des publications sur les réseaux sociaux.

Les manifestants algérois se sont dispersés dans le calme vers 16H30 GMT, au milieu d'un important déploiement des forces de l'ordre.

- "Appels citoyens" -

A Oran, où la manifestation hebdomadaire avait été empêchée et violemment réprimée par la police le vendredi précédent, elle a cette fois eu lieu sans incident, a indiqué à l'AFP Saïd Salhi, vice-président de Ligue algérienne de défense des droits humains (LADDH), citant des militants sur place.

Des "appels citoyens" à manifester vendredi dans la 2e ville du pays, à 350 kilomètres à l'ouest d'Alger, en solidarité avec les manifestants réprimés la semaine précédente, avaient été lancés, selon M. Salhi, mais de nombreux barrages de police dressés depuis la veille en ont interdit l'accès aux véhicules portant des plaques d'immatriculation étrangères à la région.

A travers le pays, "la mobilisation est intacte. Le défi est de continuer cette mobilisation pour la quête de changement nécessaire et pour protester contre le coup de force" que constitue l'élection de M. Tebboune, lors d'une présidentielle boycottée par une majorité de la population (près de 60% selon les chiffres officiels), a expliqué M. Salhi.

Dans le cortège algérois, Malek, chirurgien de 40 ans confirme: "le dialogue avec ce pouvoir n'a pas lieu d'être. Il faut maintenir la pression dans la rue par les manifestations pacifiques".

AFP

Ses derniers articles: Mauritanie: l'ex-président Aziz placé en résidence surveillée  Afrique du Sud: manifestations de soutien aux Palestiniens  Jérusalem-Est: protestation officielle de la Tunisie et manifestation 

contestation

AFP

Exception africaine, le Cap-Vert élit ses députés sans drame ni contestation

Exception africaine, le Cap-Vert élit ses députés sans drame ni contestation

AFP

Le ras-le-bol des étudiants sénégalais, piliers de la contestation

Le ras-le-bol des étudiants sénégalais, piliers de la contestation

AFP

Sénégal: la contestation suspend son appel

Sénégal: la contestation suspend son appel

nouveau

AFP

Le Kenya, nouvelle escale et nouveau marché sur la route de l'héroïne

Le Kenya, nouvelle escale et nouveau marché sur la route de l'héroïne

AFP

La Tunisie, aux abois, se tourne de nouveau vers le FMI

La Tunisie, aux abois, se tourne de nouveau vers le FMI

AFP

Crainte d'un nouveau foyer jihadiste au Niger, selon l'ICG

Crainte d'un nouveau foyer jihadiste au Niger, selon l'ICG

président

AFP

Tchad: Mahamat Idriss Deby au Niger, rencontre ses soldats et le président Bazoum

Tchad: Mahamat Idriss Deby au Niger, rencontre ses soldats et le président Bazoum

AFP

L'ancien président ghanéen John Mahama nommé Haut représentant de l'Union africaine en Somalie

L'ancien président ghanéen John Mahama nommé Haut représentant de l'Union africaine en Somalie

AFP

Au Tchad, dans le clan du président Déby, des tractations pour ne pas "tout perdre"

Au Tchad, dans le clan du président Déby, des tractations pour ne pas "tout perdre"