SlateAfrique

mis à jour le

Sénégal - Y'en a marre tance le président Macky Sall

Près d’un an après le départ du président Abdoulaye Wade du pouvoir en mars 2012, le Sénégal en a toujours marre. Il n’y a pas eu de véritable rupture comme promis par le président Macky Sall mais plutôt une transition, a relevé Y’en a marre, mouvement de jeunes rappeurs qui a été le fer de lance de la contestation du régime anti-Wade.

Le 18 janvier à l’occasion de la célébration de leur deuxième anniversaire le mouvement est revenu sur scène après quelques mois de mutisme. Et leur discours n’a pas changé.

Les Sénégalais sont fatigués et le nouveau chef de l’Etat n’a pas encore tenu ses promesses de campagne. Si les choses n’évoluent pas dans le sens souhaité, Y’en a marre promet des lendemains plus contestataires, note Le Quotidien

La bande à Thiaat tance le président Macky Sall de respecter ses engagements. Au cours d'une conférence de presse organisée le 18 janvier dans le quartier général du collectif Y’en a marre, le coordonateur Aliou Sané a rappelé ce que désirait le peuple:

«La suppression du Sénat, une institution budgétivore. Il a rappelé les priorités qu’il avait exprimées: couverture médicale, emploi des jeunes, questions des audits. On n’avait pas vu d’actes concrets posés pour aller dans le sens de rassurer les Séné­galais», rapporte le journal sénégalais.

Le mouvement qui s’est autoproclamé porte-parole du peuple a souligné que les enquêtes sur les biens supposés mal acquis des anciens dignitaires libéraux ne doivent pas constituer «l'arbre qui cache la forêt de priorités exprimées par le peuple sénégalais et face auxquelles le Président Macky Sall avait pris des engagements, lors de sa prestation de serment», rapporte Sudonline.   

Loin de signer un blanc-seing sans réserves au nouveau pouvoir, Y’en a marre a sommé Macky Sall et son régime de prendre leurs responsabilités pour répondre à la qualité de vie précaire des «gorgorlu (débrouillards en wolof)».

«Les Sénégalais vous interpellent. Il appartient au gouvernement d'assumer la responsabilité de déterminer la vision et les stratégies aptes à améliorer les conditions de vie matérielle et morale des citoyens», a souligné le rappeur Simon, un des chefs de file du mouvement.

Lu sur Le Quotidien, Sudonline 

A lire aussi

Macky Sall répète les mêmes erreurs que Wade

Au Sénégal, «Y’en a marre»

Sénégal: Ces rappeurs qui font trembler le régime Wade