mis à jour le

Nigeria: des jihadistes publient une vidéo d'exécution de militaires

Le groupe Etat islamique en Afrique de l'Ouest (ISWAP), la faction de Boko Haram affiliée à l'EI, a diffusé une vidéo dans laquelle des combattants exécutent deux soldats et un policier nigérians.

Cette courte vidéo, datée du 8 décembre, a été publiée lundi soir en ligne par l'agence de propagande du groupe jihadiste Amaq. 

On peut y voir les trois hommes habillés en civil, à genoux au milieu de la savane, se présenter comme des membres des forces de l'ordre nigérianes, avant d'être abattus par des combattants cagoulés en tenue de camouflage criant "Allahu Akbar" (Dieu est grand).

"Nous disons à l'armée nigériane que nous n'épargnerons jamais ceux qui se battent contre le peuple qui suit la religion d'Allah", affirme à la caméra l'un des bourreaux, en haoussa, la langue majoritairement parlée dans le nord du Nigeria.

"Nous allons attaquer vos bases et vous bloquer la route sur vos itinéraires", ajoute-t-il.

Peu avant l'exécution, l'une des trois victimes s'est présentée comme un sergent de la police, affirmant que les jihadistes l'avaient "capturé" alors qu'il était en route pour la capitale de l'Etat du Borno (nord-est), Maiduguri.

Le 4 décembre, des jihadistes avaient enlevé 14 personnes, dont deux travailleurs humanitaires, selon plusieurs sources sécuritaires à l'AFP. 

Iswap avait revendiqué l'enlèvement le lendemain, affirmant que six membres des forces de sécurité nigérianes se trouvaient parmi les otages.

Le groupe de voyageurs avait été intercepté sur l'axe reliant Maiduguri à Damaturu, à un faux poste de contrôle établi par les insurgés qui se sont fait passer pour des militaires.

L'ISWAP est une faction dissidente du groupe jihadiste Boko Haram, qui cible en priorité des bases et des positions militaires - contrairement à Boko Haram qui s'en prend majoritairement aux civils. 

Il a déjà publié plusieurs vidéos macabres d'exécution de soldats, parfois vêtus de combinaisons orange imitant le style de propagande de l'Etat islamique.

L'insurrection a fait plus de 35.000 morts et deux millions de déplacés dans le nord-est du Nigeria, et s'est étendue aux pays voisins.

AFP

Ses derniers articles: Somalie: une crise politique qui fait craindre le pire  Cameroun: au moins 24 arrestations ou abus sur des personnes soupçonnées d'homosexualité  Sept ans après: une centaine des "filles de Chibok" toujours manquantes au Nigeria 

jihadistes

AFP

Mozambique: la crainte d'autres attaques des groupes jihadistes

Mozambique: la crainte d'autres attaques des groupes jihadistes

AFP

Le Tchad, allié stratégique de l'Occident face aux jihadistes

Le Tchad, allié stratégique de l'Occident face aux jihadistes

AFP

Les supplétifs civils, nouvelles cibles des jihadistes au Burkina Faso

Les supplétifs civils, nouvelles cibles des jihadistes au Burkina Faso

militaires

AFP

Attaques jihadistes au Mozambique: le Portugal va envoyer une soixantaine de militaires

Attaques jihadistes au Mozambique: le Portugal va envoyer une soixantaine de militaires

AFP

Explosions en Guinée équatoriale: le bilan s'alourdit, le président blâme les militaires

Explosions en Guinée équatoriale: le bilan s'alourdit, le président blâme les militaires

AFP

Guinée équatoriale: au moins 20 morts et 600 blessés dans des explosions de dépôts militaires

Guinée équatoriale: au moins 20 morts et 600 blessés dans des explosions de dépôts militaires

vidéo

AFP

Rapt d'élèves au Nigeria: Boko Haram diffuse une vidéo

Rapt d'élèves au Nigeria: Boko Haram diffuse une vidéo

AFP

Nigeria: enquête sur une vidéo montrant un lamantin traîné dans la rue

Nigeria: enquête sur une vidéo montrant un lamantin traîné dans la rue

AFP

Maroc: après une vidéo virale, l'agresseur présumé d'une femme arrêté

Maroc: après une vidéo virale, l'agresseur présumé d'une femme arrêté