SlateAfrique

mis à jour le

Mali - L'armée repousse les djihadistes avec le soutien des troupes françaises

La contre-offensive dans le centre du Mali lancée le 12 janvier avec le soutien de la France et de plusieurs pays africains pour repousser l'avancée des islamistes vers le Sud aurait été couronnée de succès. Cet engagement aurait permis, selon un haut gradé de l'armée malienne, de reprendre la localité de Konna, affirme RFI.

Les populations civiles avaient quitté Konna, dans le centre du pays, ville prise par les groupes islamistes 11 janvier. Plusieurs bâtiments ont été criblés de balles après de violents combats. Les morts seraient très nombreux dans les rangs des jihadistes et dans ceux de l’armée malienne.

L'arrivée des Français a clairement gelé la progression des islamistes. Aucun détail n’a été donné sur le nombre de soldats français ou sur les moyens logistiques mobilisés, mais huit avions se sont posés sur la piste de Sévaré et plusieurs hélicoptères ont participé aux combats.

Deux hélicoptères non identifiés ont tiré sur des positions djihadistes à Konna. Paris ne confirme pas que des hélicoptères français soient engagés sur le terrain.

Selon Le Point, un hélicoptère français engagé au Mali  aurait été abattu et son pilote tué. D’après Jean Guisnel, spécialiste des questions de défense, les militaires français n'ont pas communiqué sur cette affaire et n'étaient pas joignables le 12 janvier au matin pour la commenter: d'après les informations du New York Times, un hélicoptère français appartenant aux forces spéciales participant aux combats contre les miliciens islamistes d'Ansar Dine aurait été abattu le 11 janvier au Mali. Le quotidien américain cite pour source le général américain Carter F. Ham, chef du US Africa Command.

Lu sur RFI, Lepoint.fr et le New York Times

A lire aussi

Militariser la société n'est pas la solution

Retrouvez tous les articles de notre dossier Mali: un pays coupé en deux