SlateAfrique

mis à jour le

Ghana - Les handicapés mentaux jouissent enfin du droit de vote

Une petite révolution vient de souffler sur le Ghana, selon le site anglais Think Africa Press.

Pour la première fois dans l'histoire du pays, les personnes handicapées mentales ont pu participer à la vie démocratique de leur nation. Ils ont ainsi pu voter lors de l'élection présidentielle de décembre 2012. 

En juin de la même année, une loi passée par le parlement ghanéen, le Mental Health Act, a enfin permis aux handicapés mentaux de jouir du droit de vote et de participer à la vie politique et civile du pays. Cette avancée a été confirmée ensuite par la ratification par le Ghana de la Convention des Nations Unies sur le droit des personnes handicapées de «bénéficier des mêmes droits légaux que toute autre personne ».

Certains gouvernements africains commencent à envisager des moyens d’intégration de leur population handicapée. Mais les initiatives sont encore peu nombreuses et manquent souvent d’audace.

La Sierra Leone est le premier pays africain à former des policiers handicapés moteur, avait récemment annoncé la BBC. Mais seulement quatre hommes ont été engagés, un chiffre dérisoire en comparaison des nombreux handicapés que compte le pays. 

Evénement historique passé inaperçu, la participation d’électeurs handicapés mentaux aux élections ghanéennes ne doit quant à lui pas masquer les défaillances de la nouvelle loi leur permettant de voter, et les discriminations contre les handicapés.  

Think Africa Press revient ainsi sur le manque de formation du personnel hospitalier et des employés des bureaux de vote, qui n’étaient l’un comme l’autre pas préparés à encadrer le vote de personnes handicapées.

Plus grave encore, les conditions d’accueil des personnes handicapées en hôpitaux ou en centres de soin traditionnels ou religieux sont souvent calamiteuses.

En octobre 2012, Human Rights Watch révélait le mauvais traitement et les humiliations subies par les personnes internées.

Malades attachés comme des animaux à des arbres ou enchaînés à des murs, affamés, gardés dans des conditions d’hygiène déplorables et souvent contre leur gré… le portrait dressé par le rapport de l’ONG fait froid dans le dos.

Lu sur Think Africa Press

A lire aussi

Le Ghana, une démocratie africaine mature

Au Ghana, les handicapés mentaux vivent en enfer