SlateAfrique

mis à jour le

Pourquoi les jeunes français partent travailler au Maroc

Il n’y a pas que le soleil et les belles plages qui attirent les Français au Maroc. 

Récemment une enquête publiée sur Europe1 a révélé que le nombre de jeunes diplômés français qui tentent leur chance de l’autre côté de la Méditerranée dans le royaume chérifien ne cesse d’augmenter.

Mieux encore, «leur nombre a doublé en six ans», estime Charlotte Lefort directrice des opérations de Rekrute.com qui reçoit en moyenne entre 300 et 350 CV provenant de la France chaque mois. 

Les jeunes Français sont séduits par le dynamisme économique du Maroc qui affiche un taux de croissance de 5%. A en croire la spécialiste du recrutement, c’est le contexte de crise qui pousse les jeunes de plus en plus à quitter leur pays pour venir s’installer dans le royaume où il est bien plus facile pour eux de trouver du travail, parce que c’est un pays francophone.

Europe1 s’intéresse au parcours de Vanina, installée au royaume chérifien. La jeune femme explique les raisons qui l’ont poussé à s’exiler.

«J'ai postulé juste comme ça pour faire un petit test et j'ai été contactée immédiatement. En France, ils ne me répondent même pas pour me dire non. Donc je ne vais pas perdre mon temps», avance-t-elle

Si l’embauche est facile, les salaires par contre ne sont pas aussi élevés qu’en France. La jeune française qui débute avec un salaire de 1.200 euros espère gravir très vite les échelons. Et doubler son salaire d’ici un an, car contrairement à la France les progressions de carrière sont rapides au royaume chérifien.

Mais, l’engouement nouveau que suscite le Maroc n’est pas sans inquiéter les autorités qui essaient de freiner un peu cette tendance. Pour donner la priorité aux diplômés marocains, elles imposent aux entreprises du pays qui souhaitent embaucher un Français d’expliquer d’abord pourquoi ils ne prennent pas un Marocain.

Lu sur Europe1

A lire aussi

Les Marocains sont-ils racistes?

Et si les jeunes Européens émigraient en Afrique

Expatrié en Afrique, combien ça coûte?

Immigration: le grand mensonge européen