mis à jour le

Ethiopie: les membres de l'ethnie sidama votent pour leur autonomie

Les Sidama, une ethnie du sud de l'Éthiopie, se pressaient aux urnes mercredi pour se prononcer par référendum sur la création de leur propre région au sein de l'État fédéral, un scrutin en forme de test pour la stabilité future du pays.

Quelque 2,3 millions d'électeurs étaient appelés aux urnes. Le scrutin semblait mobiliser fortement la population de la capitale régionale Hawassa, à en juger par les longues files d'attente qui se sont formées à l'ouverture des bureaux de vote à 06H00 (03H00 GMT). 

"Le processus de vote est inclusif, facile, transparent et excitant. J'ai voté pour une décision qui, je pense, contribuera au développement, à la paix et à mon bien-être", a déclaré à l'AFP Fantahun Hatiso, un électeur de 27 ans rencontré à Hawassa. 

Ce dernier confie être resté éveillé jusque tard dans la nuit: "L'excitation à l'approche de ce jour qui apportera la liberté et la paix à mon peuple m'a gardé éveillé".

L'Éthiopie, deuxième pays le plus peuplé d'Afrique avec plus de 100 millions d'habitants, est actuellement divisée en neuf régions semi-autonomes dessinées sur les bases d'un fédéralisme ethnique.

Sa Constitution exige que le gouvernement organise un référendum pour tout groupe ethnique souhaitant former une nouvelle entité dans l'année qui suit sa demande.

La route des Sidama pour quitter la région des Nations, Nationalités et Peuples du Sud (SNNP - sud), à laquelle ils appartiennent actuellement, avait débouché sur des violences qui avaient fait plusieurs dizaines de morts en juillet et conduit Addis Abeba à placer la zone sous contrôle de la police fédérale et de l'armée.

- 'Un jour spécial pour moi' -

A l'exception des abords des bureaux de vote, les rues d'Hawassa étaient beaucoup plus calmes qu'à l'ordinaire, mercredi ayant été déclaré jour férié pour faciliter les opérations de vote. Mais des policiers et soldats lourdement armés patrouillaient dans les rues.

"C'est un jour spécial pour moi aujourd'hui. Je serai reconnu pour mon identité et donc je suis content que ce jour (soit arrivé)", a confié Fitsum Anbese, 32 ans, un technicien de laboratoire.

"Je veux que mon pays soit en paix. Je veux que nous nous respections tous et que nous évitions les divisions. Je veux que nous ayons et que nous vivions dans une Ethiopie pacifiée", a-t-il ajouté.

Le scrutin de mercredi pourrait encourager d'autres groupes ethniques - l'Éthiopie en compte plus de 80 - à se lancer dans la même voie et augmenter ainsi le risque de violences intercommunautaires et de fragmentation du pays.

Au moins dix autres groupes dans le sud du pays ont déjà lancé une procédure d'autonomie similaire à celle des Sidama.

Ces derniers caressent le projet de quitter leur région depuis de longues années. Ils ont été galvanisés par l'arrivée au pouvoir en avril 2018 du Premier ministre réformateur Abiy Ahmed, récemment auréolé du prix Nobel de la paix.

- 'La lutte a porté ses fruits' -

"Les Sidama se sont battus pour que ce jour arrive pendant presque 100 ans. Beaucoup d'entre eux ont perdu la vie dans cette lutte et d'autres ont été emprisonnés. Aujourd'hui, je suis témoin d'une lutte qui a porté ses fruits", souligne Hagersew Haso, 30 ans, un employé des télécommunications.

Selon les observateurs, la montée en puissance des revendications régionales et ethniques, en partie due à l'ouverture de l'espace politique initiée par M. Abiy, s'accommode mal de son approche centralisatrice du pouvoir.

Le Premier ministre s'est évertué ces derniers mois à tenter de calmer les ardeurs autonomistes des autres ethnies, invitant les uns et les autres à la patience.

Les premiers résultats de ce référendum sont attendus jeudi. Un vote favorable des Sidama est jugé très probable par les analystes. Mais la création de cette 10e région soulève encore d'épineuses questions pour l'avenir.

Quid notamment du statut d'Hawassa, actuelle capitale de la région SNNP, que les Sidama veulent transformer en leur capitale ?

Un récent accord a permis de déminer pour un temps la question: le gouvernement régional de la région SNNP pourra rester dans la ville pour les deux prochains mandats de cinq ans.

Les militants Sidama favorables à l'autonomie assurent que les nombreuses autres minorités ethniques vivant à Hawassa n'ont aucune raison de se sentir menacées. Mais tout le monde n'est pas complètement rassuré.

AFP

Ses derniers articles: Au Mali, le président lance une initiative de sortie de crise, sans l'opposition  Omar el-Béchir, l'autocrate déchu aux multiples visages  Soudan: Béchir condamné 

autonomie

AFP

Ethiopie: les membres de l'ethnie sidama votent mercredi pour leur autonomie

Ethiopie: les membres de l'ethnie sidama votent mercredi pour leur autonomie

AFP

Au Sénégal, les femmes gagnent en autonomie grâce

Au Sénégal, les femmes gagnent en autonomie grâce

Nabil

Soutenance de thèse de doctorat : Abdramane Berthé analyse le système burkinabè de maintien des personnes âgées en autonomie fonctionnelle

Soutenance de thèse de doctorat : Abdramane Berthé analyse le système burkinabè de maintien des personnes âgées en autonomie fonctionnelle