mis à jour le

Le Parlement béninois adopte un nouveau Code électoral, l’opposition insatisfaite

Le Parlement béninois a adopté à l'unanimité jeudi après 48 heures de discussions un nouveau Code électoral instaurant notamment un poste de vice-président mais qui ne répond pas aux principales revendications de l'opposition qui avait été exclue des dernières législatives. 

Les nouvelles réformes introduites concernent l'organisation à l'avenir d'élections générales regroupant tous les scrutins, l'institution de mesures de discrimination positive au profit d'une meilleure représentation des femmes au Parlement, la création d'un poste de vice-président, la mise en place de nouvelles listes électorales et la réforme de la Commission électorale nationale autonome (Céna) à partir de 2021, année de la prochaine présidentielle.

Autre innovation, le code électoral réduit à 50 millions de francs CFA (76.200 euros), la caution à payer par les candidats à l'élection présidentielle alors qu'elle était de 250 millions auparavant.

Le nouveau code prévoit aussi que pour la validation de leur candidature, les futurs prétendants au poste de président et vice-président de la République "doivent être parrainés par 10% de l'ensemble des députés et des maires".

Le nombre de députés est porté de 83 à 109 sièges dont 24 exclusivement réservés aux femmes à raison d'une femme par circonscription électorale et seules les listes ayant obtenu 10% des suffrages valablement exprimés sont éligibles à l'attribution de sièges.

Toutefois, les conditions introduites en amont des élections législatives d'avril, notamment sur la délivrance des récépissés de reconnaissance des partis et le quitus fiscal demandés aux partis politiques, point d'achoppement qui avait exclu les partis d'opposition du dernier scrutin, restent inchangées. 

L'opposition, qui n'avait pas pu présenter de listes, avait dénoncé un "coup d'Etat électoral" et des manifestations ont entraîné le pays dans une grave crise politique pendant plusieurs mois. 

L'opposition béninoise n'a pas encore réagi publiquement au vote de la nouvelle loi mais un militant du parti USL de l'opposant exilé en France Sébastien Ajavon a affirmé à l'AFP que "le nouveau code n'est en rien une avancée".

"Toutes nos attentes sont restées insatisfaites et rien n'a été fait pour faciliter la reconnaissance juridique des partis d'opposition", a déploré de son côté Sosthène Samson Assogba, un responsable local des FCBE, le parti de l'ancien président Boni Yayi, joint au téléphone.

str-spb/cl/jlb

AFP

Ses derniers articles: Le championnat sud-africain de foot va reprendre dans un épicentre du Covid-19  Le Soudan distribue des aides pour atténuer la crise économique  Décès de la plus jeune fille de Mandela, militante anti-apartheid 

nouveau

AFP

Trois mois après Bohoma, l'armée tchadienne

Trois mois après Bohoma, l'armée tchadienne

AFP

Crise politique au Mali: le président tente un nouveau geste d'apaisement

Crise politique au Mali: le président tente un nouveau geste d'apaisement

AFP

Malawi: le nouveau président appelle au sacrifice pour relever le pays

Malawi: le nouveau président appelle au sacrifice pour relever le pays

parlement

AFP

RDC: deuxième jour de tensions autour du Parlement et dans la coalition au pouvoir

RDC: deuxième jour de tensions autour du Parlement et dans la coalition au pouvoir

AFP

Tunisie: des manifestants réclament le départ du chef du Parlement

Tunisie: des manifestants réclament le départ du chef du Parlement

AFP

Les Maliens élisent leur parlement malgré la guerre et le virus

Les Maliens élisent leur parlement malgré la guerre et le virus