mis à jour le

Neuf milliards de dollars promis pour améliorer les droits des femmes

Plusieurs pays et organisations se sont engagés jeudi à Nairobi à hauteur de 9 milliards de dollars sur les dix prochaines années afin d'améliorer les droits reproductifs des femmes, notamment l'éradication des mutilations génitales, de la violence basée sur le genre et de la mortalité maternelle.

Dans un communiqué publié jeudi avant la fin d'une conférence coorganisée par le Fonds des Nations unies pour la population (UNFPA), le Kenya et le Danemark, les organisateurs ont annoncé que plusieurs gouvernements, dont la France, s'étaient engagés à contribuer à hauteur de 1 milliard de dollars (908 millions d'euros) au total.

Plus tôt dans la semaine, des ONG et des entreprises s'étaient de leur côté engagées à financer 8 milliards de dollars, l'ONG World Vision représentant à elle seule 7 milliards.

Lors d'une conférence de presse, les organisateurs n'ont pas souhaité s'avancer sur d'autres engagements financiers. "Nous sommes en train de collecter les données et les informations", a déclaré Arthur Erken, directeur de la communication de l'UNFPA.

Mardi, une étude de l'UNFPA et de l'Université américaine John Hopkins, avait révélé que les besoins de financement s'élevaient à quelque "222 milliards de dollars sur les dix prochaines années".

Cet argent devait permettre d'atteindre trois objectifs majeurs : éradiquer la mortalité maternelle, mettre fin à la violence basée sur le genre et répondre aux besoins de planning familial (accès à la contraception, notamment).

A Nairobi, 160 pays se sont aussi engagés à mettre en place des actions locales afin d'atteindre ces trois objectifs. Le Kenya a notamment promis "zéro mutilations génitales" d'ici 2022.

En 1994, 179 pays avaient adopté un programme d'action portant principalement sur les droits reproductifs des femmes, lors de la Conférence internationale sur la population et le développement (ICPD), organisée au Caire. 

Vingt-cinq ans plus tard, la conférence de Nairobi, nommée ICPD25, entendait "accélérer la promesse".

"Des progrès ont été faits dans le monde entier", a déclaré M. Erken. "Lorsque nous nous sommes réunis au Caire en 1994, les femmes dans les pays les moins développés avaient plus de 6 enfants. Aujourd'hui c'est 4. (...) S'agissant de la mortalité en couche, nous parlions de 1600 femmes par jour à cette époque. Aujourd'hui, nous parlons de 800. Il y a un progrès mais nous devons accélérer, ce n'est pas assez".

AFP

Ses derniers articles: Covid-19: l'Afrique est "dans une impasse" pour son approvisionnement en vaccins  Pour contrer la pénurie d'eau en Tunisie, un système unique de culture sur sable  Nouvelle attaque dans le nord-est du Nigeria: au moins huit morts et des milliers de réfugiés 

dollars

AFP

Les pays de la Cédéao s'engagent

Les pays de la Cédéao s'engagent

AFP

Madagascar: l'ONU réclame une aide d'urgence de 76 millions de dollars

Madagascar: l'ONU réclame une aide d'urgence de 76 millions de dollars

AFP

Angola: le FMI débloque 487,5 millions de dollars

Angola: le FMI débloque 487,5 millions de dollars

droits

AFP

Ethiopie: plus d'une centaine de civils tués en novembre au Tigré, selon la Commission éthiopienne des droits de l'homme

Ethiopie: plus d'une centaine de civils tués en novembre au Tigré, selon la Commission éthiopienne des droits de l'homme

AFP

Algérie: les femmes dans la rue pour leurs droits et contre le pouvoir

Algérie: les femmes dans la rue pour leurs droits et contre le pouvoir

AFP

Pour les droits des femmes en Tunisie, le grand écart entre loi et pratique

Pour les droits des femmes en Tunisie, le grand écart entre loi et pratique

femmes

AFP

En Afrique du Sud, des femmes s'arment contre la violence

En Afrique du Sud, des femmes s'arment contre la violence

AFP

Covid-19 en RDC:

Covid-19 en RDC:

AFP

A Bisober, au Tigré, les soldats "ont séparé les femmes des hommes"

A Bisober, au Tigré, les soldats "ont séparé les femmes des hommes"