SlateAfrique

mis à jour le

Le double champion olympique de Mogadiscio soupçonné de terrorisme

L’obsession sécuritaire des Etats-Unis conduit parfois à des incongruités. Et ce n’est pas le double médaillé d’or britannique aux JO 2012 sur 5.000 et 10.000 mètres Mo Farah qui vous dira le contraire.

A son passage devant les douaniers américains, celui-ci a été interrogé et retenu, bien qu’il soit considéré comme l’un des athlètes les plus connus au monde.

Peu avant Noël, alors qu’il s’apprêtait à passer les fêtes de fin d’année avec sa femme Tania et ses enfants Aisha et Amani, il a été arrêté par les douaniers américains. Et les médailles d’or ne valent rien aux yeux des fonctionnaires.

«Je ne pouvais pas y croire. A cause de mon origine somalienne je suis arrêté à chaque fois que je passe les douanes américaines. Cette fois, j’avais même mes médailles afin de montrer vainement qui j’étais», a-t-il déclaré au Sun.

Que lui reprochaient les gardes-frontières? D'être né à Mogadiscio en Somalie. Accompagné de son père d’origine anglaise, Mo Farah est arrivé en Grande-Bretagne à l’âge de 8 ans.

L’an dernier, il a déménagé à Portland dans l'Oregon, au nord-ouest des Etats-Unis, afin de travailler avec son entraîneur Alberto Salazar. Mais obtenir un visa de résidence n’a pas été facile… même lorsqu’une firme comme Nike vous soutient.

Mo Farah est donc obligé de vivre à Portland avec un visa touristique et sortir du territoire pour renouveler le visa. Il dit avoir reçu une lettre lui stipulant que son dossier était étudié car il pouvait représenter une menace terroriste.

Lu sur The Sun, Telegraph

A lire aussi

Notre dossier «Jeux Olympiques de Londres 2012»

Nicolas Batum, le Batman franco-camerounais

David Rudisha, le guerrier massaï des stades

Le sprint n'est pas qu'une affaire de noirs