mis à jour le

Bureau de vote pour le référendum sur la Constitution le 22 décembre 2012 à Bani Sweif. Reuters/Stringer Egypt
Bureau de vote pour le référendum sur la Constitution le 22 décembre 2012 à Bani Sweif. Reuters/Stringer Egypt

Les Arabes sont-ils mûrs pour la démocratie?

Le chroniqueur algérien Kamel Daoud se demande à quoi cela sert de donner la démocratie à des peuples qui ne savent pas voter.

C'est l'un des dilemmes discrets des élites: faut-il laisser le peuple voter au nom de la démocratie ou sauver la démocratie en interdisant au peuple de voter? Vieille équation algérienne, aujourd'hui égyptienne, par exemple.

Pour ce pays, le piège est total: avec des élections libres, on libère le diable, pas la liberté. Pour la nouvelle Constitution, les Frères musulmans ont joué sur le sentiment religieux du bon peuple: ainsi les «masses» ont voté oui pour cette charia bis. Les élites généralement économiques et culturelles, celles qui font de l'argent et portent les valeurs, sont contre. Elles sont la minorité.

L'ignorance, le tombeau de la démocratie

«Que voulez-vous qu'il advienne lorsqu'on laisse les illettrés décider d'une Constitution qu'ils ne savent même pas lire?», s'écrie une femme égyptienne face à des caméras.

Sauf que cela s'appelle la démocratie: les peuples qui votent. Oui, sauf que le vote d'un PDG d'entreprises qui emploient des milliers de travailleurs est plus important que celui d'un village entier qui ne fabrique rien que de la mastication. 

Sauf que l'avis d'une majorité n'est pas raison et que celui d'une minorité n'est pas un tort, aussi. Les élites dans le monde dit arabe ne le disent pas à haute voix mais le pensent de plus en plus ouvertement.

Laisser voter des peuples culturellement démissionnaires, fatalistes, formatés à la religion de la défaite et au populisme, est un tort. Ils ne peuvent faire que le choix de leur ignorance et ne peuvent élire que les pires qui leur promettent le paradis après la mort, pas avant.

Mais la question des conséquences sera pire: à quoi bon faire une révolution contre une dictature si ce n'est pour donner le droit de vote au peuple, justement?

Pas de révolution sans réforme de l'éducation

D'autres préconisent une autre voix: éduquer le peuple, réformer les écoles et les têtes, séculariser la religion, réformer l'Islam, pousser les gens à prendre conscience de leurs actes, à distinguer religion et gestion de la cité. Sauf que c'est exactement ce que disent et disaient les dictatures.

Chez nous, Abdelaziz Bouteflika l'a souvent répété dans ses discours épistolaires: la démocratie cela s'apprend, culturellement on n'y est pas prêt et il faut donner du temps au temps.

A la fin, on vote mal ou mollement ou pas du tout et on a des Belkhadem au bout de la chaîne de fabrication ou des fils d'ex-ministres qui possèdent des centres commerciaux et font des virements par des banques d'îles lointaines, en employant des suisses de couverture à Alger.

Résumons: il ne faut pas donner la démocratie à des peuples qui ne savent pas voter (position des régimes dits de dictature pédagogique).

Deux: il faut chasser les dictateurs qui empêchent les peuples de choisir leur destin (position des révolutionnaires: peuple et élite et islamistes confondus).

Trois: les peuples ont le droit de voter contre les élites car c'est la loi de la majorité contre la minorité et c'est la démocratie. (position des islamistes pour qui la démocratie est comme le chameau: on peut le monter, le traire, le manger, s'y abriter, s'en vêtir, l'élever mais jamais hésiter à l'égorger ou le vendre ou l'acheter).

Quatre: il ne faut pas laisser des peuples qui ne savent pas voter, voter contre la démocratie justement (position des élites post-révolution ou post-guerre civile à l'algérienne).

Cinq? C'est justement ce que je disais, dit le régime et le dictateur.

Voter est-il bon pour ceux qui ne savent pas voter?

Six: il ne sert à rien de faire la révolution si c'est pour revenir à ce que je disais, dit encore le régime.

Sept: il faut faire la révolution dans les mentalités, les cultures, les esprits et les écoles avant de chasser le dictateur, dit une partie de l'élite qui essaye de trouver une solution.

«Cela ne sert à rien, puisque justement le régime contrôle les écoles, la religion, les esprits, les espaces publics», lui répond l'autre partie qui ajoute: cela prend des siècles et on n'a qu'une vie.»

A la fin, l'on se demande: le principe est bon et beau, mais la question remet en cause l'un des acquis de la fin du Moyen-Âge en Occident: le vote direct et massif. Voter est-il bon pour ceux qui ne savent pas voter?

La démocratie est-elle permise pour ceux qui la tuent démocratiquement? Peut-on choisir démocratiquement une dictature ou le contraire? Les réponses sont toujours terribles. Cela conduit à tuer ou à massacrer ou à voler ou à se libérer.

La solution s'impose pourtant: trouver un moyen pour que tous votent, mais que certains votent plus que d'autres. Mais là aussi: qui sera le grand électeur et qui sera le petit électeur? Celui qui fait le plus de prières? Celui qui a les armes? Celui qui a des entreprises? Celui qui a fait la guerre de libération? Celui qui n'a jamais volé? 

D'ailleurs l'autre question est: quand la moitié d'un peuple s'abstient lors d'une élection, le résultat légitime est-il dans l'abstention ou dans les urnes?

Kamel Daoud (Le Quotidien d'Oran)

 

A lire aussi

L'éducation, le parent pauvre de l'Egypte

Egypte - Référendum: Oui, non, Boycott

La nouvelle révolution des enseignants égyptiens

L'école a besoin d'une autre révolution

Kamel Daoud

Kamel Daoud est chroniqueur au Quotidien d’Oran, reporter, écrivain, auteur du recueil de nouvelles Le minotaure 504 (éditions Nadine Wespieser).

Ses derniers articles: Djihadistes, horribles enfants des dictatures!  Verbes et expressions du printemps arabe  Le 11-Septembre de l'Algérie 

Abdelaziz Bouteflika

Flou

C'est avant que l'opposition aurait dû faire bloc contre Bouteflika

C'est avant que l'opposition aurait dû faire bloc contre Bouteflika

Algérie

Pourquoi l'Algérie doit changer de modèle économique

Pourquoi l'Algérie doit changer de modèle économique

Farce

Un discours d'investiture poussif et inaudible

Un discours d'investiture poussif et inaudible

Constitution

non-jeûneurs

Au Maroc, ne pas jeûner est un crime

Au Maroc, ne pas jeûner est un crime

AFP

Algérie: début des consultations sur la révision de la constitution sans l'opposition

Algérie: début des consultations sur la révision de la constitution sans l'opposition

AFP

Algérie: début des consultations sur la révision de la constitution sans l'opposition

Algérie: début des consultations sur la révision de la constitution sans l'opposition

démocratie

Urgences

Africa Summit: les droits humains d'abord

Africa Summit: les droits humains d'abord

Usafrique

L'Afrique enchantée de Barack Obama

L'Afrique enchantée de Barack Obama

AFP

Kerry en Egypte pour plaider pour la démocratie

Kerry en Egypte pour plaider pour la démocratie