mis à jour le

Législatives

La coalition du Premier ministre sortant Pravind Jugnauth a largement remporté les législatives à l'île Maurice, selon des résultats officiels publiés vendredi, offrant à son leader la légitimité populaire qu'il cherchait après avoir succédé à son père en 2017 sans passer par les urnes.

Après dépouillement vendredi de tous les bulletins placés jeudi dans les urnes, la coalition l'Alliance Morisien (AM, centre droit), composée du Mouvement socialiste mauricien (MSM) de M. Jugnauth et du Muvman Liberater (ML), obtient 38 sièges de députés, ce qui lui donne la majorité absolue à l'Assemblée nationale, fixée à 32 députés.

"J'ai reçu un mandat clair et net", a lancé M. Jugnauth devant ses partisans en liesse rassemblés dans une école de Quartier Militaire, une ville de sa circonscription, dans le centre de l'île principale de ce pays de l'océan Indien. "Je serai toujours le Premier ministre de tous les Mauriciens".

A travers l'île, et notamment dans la capitale Port-Louis, ses partisans vêtus d'orange, la couleur de la coalition, sont descendus dans les rues pour célébrer sa victoire.

Les leaders de la coalition de centre gauche de l'Alliance nationale (14 députés), et du Mouvement militant mauricien (8 députés) ont eux concédé leur défaite.

"Je ne m'attendais pas à cette défaite", a déclaré Navin Ramgoolam, chef de file de l'Alliance nationale, qui n'a pas été élu dans sa propre circonscription, tandis que Paul Bérenger, leader du MMM, a appelé à respecter le résultat "sans amertume".

Fort de sa majorité absolue, M. Jugnauth reste aux commandes de l'île, qui depuis son indépendance du Royaume-Uni en 1968 est l'une des démocraties les plus stables d'Afrique, pour un mandat de cinq ans.

- Légitimité -

Pravind Jugnauth, 57 ans, était en quête de légitimité populaire après avoir succédé à son père Anerood Jugnauth en 2017 en tant que chef du MSM, le principal parti de la coalition au pouvoir, sans passer par des élections.

Sir Anerood, un cacique de la vie politique mauricienne (Premier ministre de 1982 à 1995, de 2000 à 2003, et président de la République de 2003 à 2012), avait décidé de passer la main deux ans avant la fin de son mandat, après avoir été élu en 2014.

Le Premier ministre avait mis en avant son bilan social - introduction d'un salaire minimum (environ 215 euros par mois), revalorisation de la pension vieillesse - et la modernisation des infrastructures publiques, symbolisée par la construction d'un métro.

L'opposition, incarnée par deux anciens Premiers ministres, Navin Ramgoolam (1995-2000 et 2005-2014) et Paul Bérenger (2003-2005), avait dénoncé le "clanisme" et la "corruption" du camp Jugnauth.

- Mobilisation -

Les électeurs devaient choisir 62 députés, dont 60 dans l'île principale, Maurice, et deux à Rodrigues, une petite île située quelque 600 km plus à l'est.

Pour la première fois depuis 1976, ces élections mettaient aux prises trois blocs et non deux. Très concernés, les Mauriciens se sont déplacés en masse aux urnes, avec un taux de participation de 76,84%, légèrement supérieur à celui de 2014 (74,11%).

Si le scrutin s'est déroulé dans le calme, 6.813 personnes n'ont pas pu voter, leur nom ne figurant pas sur les listes électorales, a précisé jeudi soir Me Désiré Basset, un membre de la Commission électorale, selon lequel ces électeurs ne s'étaient pas inscrits.

La Commission électorale doit encore nommer huit députés parmi les non-élus ayant obtenu les meilleurs scores, afin de rééquilibrer la répartition des sièges entre partis et communautés.

L'île Maurice est officiellement divisée en quatre groupes ethniques, selon la Constitution de 1968: les hindous - majoritaires -, les musulmans, les Chinois et la "population générale", composée essentiellement de métis dits créoles et de Blancs d'origine européenne.

Ses 1,3 million d'habitants forment une mosaïque de peuples, de cultures et de langues reflétant l'histoire du peuplement de l'île et coexistent pacifiquement.

L'île Maurice, un des pays les plus riches d'Afrique, a connu une croissance de 3,7% en 2018 à la faveur du dynamisme des activités de construction et de services, surtout le tourisme et le secteur bancaire, selon la Banque mondiale.

En octobre, l'île a été retirée de la liste grise des pays considérés comme des paradis fiscaux par l'Union européenne.

AFP

Ses derniers articles: Tunisie: arrestation d'un député critique du président, indique son parti  Affaire Zongo: le Conseil d'Etat français valide l'extradition de François Compaoré vers le Burkina  Côte d'Ivoire: questions autour de l'avenir politique de Simone Gbagbo 

législatives

AFP

Législatives en Algérie: le Premier ministre présente la démission du gouvernement

Législatives en Algérie: le Premier ministre présente la démission du gouvernement

AFP

Algérie: le FLN au pouvoir proclamé vainqueur des législatives

Algérie: le FLN au pouvoir proclamé vainqueur des législatives

AFP

Loin des promesses, pas d'"Algérie nouvelle"

Loin des promesses, pas d'"Algérie nouvelle"

ministre

AFP

Crise politique en Tunisie: le Premier ministre prêt

Crise politique en Tunisie: le Premier ministre prêt

AFP

Génocide rwandais: l'ancien ministre Ngirabatware transféré au Sénégal

Génocide rwandais: l'ancien ministre Ngirabatware transféré au Sénégal

AFP

Ethiopie: le Premier ministre salue des élections "historiques" après sa victoire

Ethiopie: le Premier ministre salue des élections "historiques" après sa victoire

victoire

AFP

Algérie/élections: victoire du parti au pouvoir mais abstention record

Algérie/élections: victoire du parti au pouvoir mais abstention record

AFP

Algérie: le principal parti islamiste revendique la victoire aux législatives

Algérie: le principal parti islamiste revendique la victoire aux législatives

AFP

Législatives en Côte d'Ivoire: victoire "définitive" du parti au pouvoir

Législatives en Côte d'Ivoire: victoire "définitive" du parti au pouvoir